En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Assemblée : standing ovation pour Bartolone élu au perchoir


le 26 juin 2012 à 15h19 , mis à jour le 26 juin 2012 à 18h52.
Temps de lecture
3min
Claude Bartolone félicité par ses pairs sur les bancs de l'Assemblée nationale le 26 juin 2012

Claude Bartolone félicité par ses pairs sur les bancs de l'Assemblée nationale le 26 juin 2012 / Crédits : TF1 News

À lire aussi
PolitiqueLa nouvelle Assemblée nationale a tenu sa première réunion mardi pour procéder à l'élection de son président, le socialiste Claude Bartolone. Il a été élu sans surprise avec 298 voix contre 185 au président sortant UMP Bernard Accoyer.

- 17h30 :   le nouveau président de l'Assemblée a appelé les députés au "strict respect" des "valeurs de la République", promis de protéger les droits de l'opposition et de faire du Palais-Bourbon "une maison de verre".  Dans un discours prononcé à la tribune juste après son élection, Claude Bartolone s'est présenté comme "un fils de prolétaire, un enfant de Tunis, né de père italien et de mère maltaise". "Rien ne me destinait à m'élever. Rien ne me vouait à me transcender. Rien, sauf la République, ses valeurs, son école, qui sont les seules à pouvoir donner à des parents aimants la force de contrarier les mauvais destins", a-t-il souligné. "J'attends de chacun d'entre nous, dans cette enceinte, un strict respect de ces valeurs qui sont l'identité de la France", a-t-il lancé après avoir rappelé la mémoire de la minorité de parlementaires qui en 1940 avaient refusé de voter les pleins pouvoirs au maréchal Pétain.

- 17h05 : Claude Bartolone (PS) a été élu par les députés président de l'Assemblée nationale, par 298 voix contre 185 au président sortant UMP Bernard Accoyer, 55 bulletins blancs et 2 voix pour d'autres candidats, a annoncé à la tribune le doyen d'âge, François Scellier (UMP), qui présidait la séance. Très ému, Claude Bartolone a été ovationné par ses pairs.

- 16h30 : le président du groupe PS Bruno Le Roux minimise l'accroc entre les députés PS et les écologistes à propos de la commission sur le développement durable qui leur a été refusé par vote, au profit d'un député PS.

- 15h45 : les députés votent pour la présidence de l'Assemblée nationale, entre le PS Claude Bartolone et l'UMP Bernard Accoyer. C'est Marion Maréchal-Le Pen qui joue le rôle d'assesseure pendant le scrutin et qui surveille l'urne. Rares sont les députés qui lui serrent la main..

- 15h30 : les députés sont assis par ordre alphabétique. Du coup, certains parlementaires ont des voisins qu'ils n'auraient pas forcément souhaité... Ainsi, le patron de l'UMP Jean-François Copé se retrouve à côté du député proche de Marine Le Pen Gilbert Collard.

 - 15h05 : la séance a été ouverte par le doyen d'âge, le député UMP François Scellier, 76 ans, qui a appelé comme secrétaires de séance les six plus jeunes députés, dont la benjamine Marion Maréchal-Le Pen, 22 ans, une des deux élus du Front national à faire son entrée au Palais-Bourbon.  "Je rends hommage à ma maman, qui vient d'avoir 100 ans et qui me regarde à la télévision", a déclaré François Scellier en débutant son allocution.

- 15 h00 : la nouvelle Assemblée nationale, issue des élections législatives des 10 et 17 juin, a débuté sa première réunion pour procéder à l'élection de son président, qui devrait être sans surprise le socialiste Claude Bartolone.

 

Marion Maréchal-Le Pen, une benjamine très médiatisée

Commenter cet article

  • norm8739 : Plus facile de passer des heures à poster que de chercher du travail... depuis le temps que vous dites que vous êtes sans emploi... ah oui au fait votre président il ne vous en a pas offert un au lendemain de son élection??

    Le 27/06/2012 à 00h55
  • gerard4807 : Et collard ...hahahahah

    Le 26/06/2012 à 23h04
  • riviera13 : Voyez, moi je vous souhaite de trouver du boulot.

    Le 26/06/2012 à 22h11
  • vinebaut : Je ne partage pas les idées de Mr Bartolone, mais il a le mérite d'être un homme de dialogue non sectaire .

    Le 26/06/2012 à 18h08
  • matger : En tout cas,il a gagné !

    Le 26/06/2012 à 17h09
      Nous suivre :
      Yannick Agnel de retour en France : "La méthode américaine ne me convenait pas vraiment"

      Yannick Agnel de retour en France : "La méthode américaine ne me convenait pas vraiment"

      logAudience