En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Fillon "pas choqué" par Copé sur "le racisme anti-blanc"


le 26 septembre 2012 à 14h23 , mis à jour le 26 septembre 2012 à 14h25.
Temps de lecture
3min
"Racisme anti-blanc" : Fillon "pas choqué par Copé
A lire aussi
PolitiqueLe candidat à la présidence de l'UMP s'est déclaré mercredi "pas choqué" par le fait que son son rival Jean-François Copé reprenne une expression du Front national en dénonçant le racisme "anti-blanc", mais préfère "apporter des réponses".

François Fillon, candidat à la présidence de l'UMP, a présenté mercredi trois "règles "inénervable" dans sa rivalité avec Jean-François Copé. L'ex-Premier ministre veut une règle d'or pour l'Etat - zéro déficit -, une autre sociale - "que les dépenses de santé ne progressent pas plus que la croissance", avec la fin de l'accès gratuit à la CMU et l'AME - et une règle d'or locale: sanctionner les collectivités qui dépensent et augmentent les impôts. Au fil de ses trois "pactes" - productif, national, européen -, le député de Paris a égrené devant la presse des mesures précises: suppression de 1.000 normes dans le droit français en cinq ans, 80.000 places de prison, ramener les corps de la fonction publique de 300 à 20 ou 30...
 
Son "pacte national" s'appuie sur un tryptique école-sécurité-immigration, avec des peines-planchers pour tous les délits et un débat annuel au Parlement pour "fixer précisément (...) le nombre de migrants qui pourront être accueillis en France".L'ex-Premier ministre a répété que la France et l'Europe vivaient "une crise existentielle": "Nous sommes face au risque de déclassement des économies européennes". Il a reconnu qu'il y avait entre lui et Jean-François Copé des "différences d'histoires, de personnalités, de parcours, mais pas pour l'essentiel", avant de résumer son état d'esprit, surtout quand des proches de son rival le compare à un "Hollande de droite": "Je suis inénervable!".
 
Il était entouré de ses principaux soutiens: Valérie Pécresse, Eric Ciotti, Gérard Larcher, Laurent Wauquiez, Christian Estrosi, Chantal Jouanno, Jérôme Chartier...
 

Commenter cet article

  • mcg35 : @yzae84 - Vous avez raison. Des ACTES!!! ...

    Le 26/09/2012 à 21h59
  • 421123 : Il ne faut pas nier les réalités!

    Le 26/09/2012 à 20h47
  • yzae84 : Dénoncer je trouve ça bien ça permet d'évacuer mais ce j'aimerais savoir c'est que vont ils faire concrétement quand ils auront tous parler et approuver ??

    Le 26/09/2012 à 18h37
  • mcg35 : Sachons appeler "un chat, un chat" ... Sans généraliser, bien sûr, il est évident que LES racismes existent. Dès lors que certains taux sont dépassés, ou dès lors qu'une communauté se sent assez forte, parce que nombreuse, les rejets, les provocations et les insultes existent. Sans exagérations, en sachant garder la tête froide, il serait bon que l'on se préoccupe aussi de ce problème. Assez de faire l'autruche! Assez du "politiquement correct"!

    Le 26/09/2012 à 16h54
  • dario02 : Comme ils n'ont rien à dire et qu'on t il fait dehors tous ces politiques il faut changer de systeme politique et de république dehors ces seigneurs de droite et de gauche

    Le 26/09/2012 à 16h50
      Nous suivre :
      "Air umbrella", le parapluie invisible

      "Air umbrella", le parapluie invisible

      logAudience