En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Guerre d'Algérie : Sarkozy critique la commémoration du 19 mars par Hollande


le 17 mars 2016 à 20h40 , mis à jour le 17 mars 2016 à 20h56.
Temps de lecture
3min
Nicolas Sarkozy
A lire aussi
Politique Nicolas Sarkozy critique le choix de François Hollande de commémorer le 19 mars, date du cessez-le-feu de la guerre d'Algérie, dans une tribune publiée ce jeudi sur le site du Figaro.

Le président du parti Les Républicains, Nicolas Sarkozy, reproche à François Hollande d'avoir choisi la 19 mars pour commémorer la fin de la guerre d'Algérie. "Le président de la République et sa majorité ont choisi délibérément le 19 mars, date du cessez-le-feu qui suivit la signature des accords d'Évian pour commémorer la fin de la guerre d'Algérie. Pour qu'une commémoration soit commune, il faut que la date célébrée soit acceptée par tous. Or, chacun sait qu'il n'en est rien, le 19 mars reste au coeur d'un débat douloureux", écrit l'ancien chef de l'Etat, dans une tribune publiée sur le site du Figaro.

"Choisir la date du 19 mars, que certains continuent à considérer comme une défaite militaire de la France, c'est en quelque sorte adopter le point de vue des uns contre les autres, c'est considérer qu'il y a désormais un bon et un mauvais côté de l'Histoire et que la France était du mauvais côté", explique-t-il. "Le président François Mitterrand, lui-même, refusa catégoriquement de reconnaître cette date pour commémorer la fin de la guerre d'Algérie", argumente-t-il aussi. "Il faut dire qu'il avait été un acteur de l'époque, en prise avec ces événements. Il savait que le conflit n'avait pas cessé au lendemain des accords d'Évian et que la tragédie au contraire s'était poursuivie pendant des mois", poursuit-il.

"Le président Jacques Chirac avait choisi une date, celle du 5 décembre, pour rendre hommage à tous les morts pour la France de ce conflit. J'ai toujours respecté ce choix, un choix de cohésion et d'unité nationale, car il n'opposait pas deux passés", écrit-il encore. Il conclut sa tribune ainsi: "La guerre d'Algérie a été un événement dramatique, des hommes et des femmes portent encore dans leur souvenir comme dans leur chair la trace de cette Histoire vivante, ne déclenchons pas une guerre des mémoires". Le 19 mars est la "Journée nationale du Souvenir Algérie-Maroc-Tunisie". François Hollande se rendra samedi au Quai Branly pour la célébrer pour la première fois, ce qui a suscité des critiques, notamment d'associations de harkis.

Commenter cet article

  • baron_von_bubba : François Mitterrand a toujours refusé toutes forme d'excuses de la part de la France que ce soit pour ça, pour la déportation, pour toutes les guerres faites par la France ... ainsi que toutes formes de réparations, il disait que la France était un grand pays n'avait pas a s'excuser. Ce qui ne fut plus le cas pour ces suivants, notamment Sarko, alors faudrait savoir. En fait c'est drôle parceque à part De Gaulle , le seul Gaulliste de la cinquième république c'est François Mitterrand.

    Le 18/03/2016 à 11h04
  • francaisdeparis : Hollande est la défaite personnifiée. Normal qu'il n'aime que les défaites. En tout cas le jour où il sera jeté dehors, ce sera une victoire, au moins.

    Le 18/03/2016 à 02h29

      Choc de guerre : revenu d'Afghanistan, il souffre d'un syndrome post-traumatique

      logAudience