En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×

L'actualité Politique

De Rugy sur l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes : "On en n'a pas fini avec les problèmes"

De Rugy sur l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes : "On en n'a pas fini avec les problèmes"

Politique

Invité d'Arlette Chabot ce mardi sur LCI, François de Rugy, ancien membre d'EELV et opposant à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, a commenté le résultat de la consultation qui a vu le "pour" l'emporter. "Rien ne sera réglé dans les six mois ou un an qui viennent", a-t-il estimé, ajoutant que "les gouvernements actuel et futur auront des problèmes juridiques à régler."

Il avait proposé une consultation sur l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes: De Rugy "respecte le résultat"

Il avait proposé une consultation sur l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes: De Rugy "respecte le résu

Politique

Invité d'Arlette Chabot ce mardi sur LCI, François de Rugy, ancien membre d'EELV et opposant à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, a commenté le résultat de la consultation qui a vu le "pour" l'emporter. "Il ne faut pas être pour les référendums que quand est sûr que le résultat va dans son sens", a-t-il expliqué, ajoutant que "c'est de la démocratie directe."

Chabotmatin

L'édito d'Arlette Chabot : le référendum, un pari risqué

Politique

Après le référendum du Royaume-Uni, l'idée fait des émules : en France, c'est le FN qui souhaiterait voir la France se plier au même exercice. Mais cette procédure est très risquée, comme l'explique Arlette Chabot. Pour preuve, David Cameron, lui-même instigateur du référendum anglais, a été contraint de démissionner suite au résultat de celui-ci. En France, en 1969, c'est le général de Gaulle qui en fait les frais après avoir consulté le peuple sur une possible réforme du Sénat et des régions. "Depuis, en France, il est souvent dit que les citoyens ne répondent pas "oui" ou "non" à la question posée, mais plutôt à celui qui la pose", explique Arlette Chabot.

A la recherche des électeurs perdus de François Hollande

A la recherche des électeurs perdus de François Hollande

Politique

En 2012, 18 millions de Français ont accordé leur vote à François Hollande. Que sont-ils devenus ? Devant le siège du PS, à Paris, des soutiens à Jean-Luc Mélenchon et des activistes de Nuit Debout donnent de la voix pour la gauche… mais pas pour le PS, alors que beaucoup d'entre eux avaient voté François Hollande en 2012. S’estimant déçus, trahis et mécontents, ils ne cachent pas leur colère. Mais d'autres restent fidèles au chef de l’Etat…

balkanypetition

120.000 signatures contre une candidature Balkany aux législatives

Politique

OEIL DU WEB. Alors que Patrick Balkany, député-maire de Levallois-Perret, a été choisi pour faire campagne pour Les Républicains aux prochaines législatives 120.000 personnes - pour l'instant - s'oppose à cette investiture via une pétition publiée sur Internet. Un nombre de signataires atteint en 4 jours seulement. Selon le texte accompagnant la pétition, celle-ci a pour but "d'obtenir le retrait de cette candidature, au nom de la déontologie la plus élémentaire". Pour rappel, Patrick Balkany est mis en examen dans 4 dossier, notamment pour fraude fiscale, blanchiment de fraude fiscale e déclaration mensongère de patrimoine, corruption passive

Nouveau traité européen: Florian Philippot tacle Nicolas Sarkozy

Florian Philippot: "Il faut autoriser les manifestations"

Politique

Le député européen FN est revenu sur les positions contradictoires du parti concernant les manifestations contre la loi Travail. Marion Maréchal-Le Pen prôanit l'interdiction, tandis que Florian Philippot s'y opposait. Il réfute d'éventuels tensions et la "théorie d'une répartition des rôles" pour attirer des électeurs. Le n°estime que les du FN réaffirme sa position quant aux manifestations: il faut les autoriser.

Brexit: Réunion extraordinaire du bureau politique des Républicains sous tension

Brexit: Réunion extraordinaire du bureau politique des Républicains sous tension

Politique

Le bureau politique des Républicains se réunit ce lundi pour une réunion extraordinaire. Le but: trouver une position commune et afficher une unité avant la tenue du Conseil européen. Mais si tous les membres du parti s'accordent sur la nécessité d'une nouvelle direction de l'Union européenne, ils sont divisés sur la forme et sur le calendrier. Notre journaliste Claire-Hélène Bouzgarrou fait le point.

Valéry Giscard d'Estaing sur le Brexit : "Un événement grave" mais qu'il ne faut pas "exagéré"

Valéry Giscard d'Estaing sur le Brexit : "Un événement grave" mais qu'il ne faut pas "exagérer"

Politique

Valéry Giscard d'Estaing est l'invité du 20h afin de réagir sur le Brexit. Après avoir œuvré à mettre en place l'Union Européenne, l'ancien président affirme avoir ressenti "un sentiment de surprise" à l'annonce du résultat du référendum britannique. Il ajoute pourtant : "Il ne faut pas exagérer, on en peut pas dire que les Britanniques sortent d'une Union européenne... dont ils ne faisaient pas vraiment partie !"

Brexit : tour d'horizon des réactions politiques en France

Brexit : tour d'horizon des réactions politiques en France

Politique

Ce n'est pas tant le départ du Royaume-Uni qui inquiète la classe politique française que le constat d'une Europe malade que l'on ne peut plus occulter. "Je suis furieux, affirme Daniel Cohn-Bendit, ancien député écologiste européen, parce que l'on paye les pots cassés de dirigeants de politiques européens qui n'ont pas construit l'Europe". Pierre Moscovici, commissaire européen aux affaires économiques, lui, affirme qu'il faut "contre une Europe populiste" opposer une "Europe populaire". Nicolas Sarkozy de son côté soulève "la question de la refondation profonde" de l'UE.

François Hollande : "Le vote des Britanniques met gravement l'Europe à l'épreuve"

François Hollande : "Le vote des Britanniques met gravement l'Europe à l'épreuve"

Politique

Dès cet après-midi, François Hollande a convoqué un conseil des ministres extraordinaire pour évoquer la question du Brexit. Lundi, il rencontrera la chancelière allemande Angela Merkel. Le chef de l'Etat a appelé dès ce matin à "un sursaut de l'Europe" tout en indiquant que l'Europe "doit montrer dans ces circonstances sa solidité et sa force". François Hollande ajoute encore que le vote Britannique pousse à "prendre conscience lucidement des insuffisances du fonctionnement de l'Europe".

Le PS entérine le principe d'une primaire à gauche

Le PS entérine le principe d'une primaire à gauche

Politique

La décision prise en concertation avec François Hollande a pour but de faire taire les critiques, notamment celles des frondeurs. Samedi, le Conseil national du Parti socialiste a adopté à l'unanimité le principe d'une primaire à gauche. Le scrutin qui doit se dérouler les 22 et 29 janvier 2017 sera ouvert aux partis à gauche du PS. Jean-Luc Mélenchon et Cécile Duflot n'y participeront pas. François Hollande a accepté de s'y soumettre.

2017 : Cambadélis propose une primaire à gauche, qui y participera ?

2017 : Cambadélis propose une primaire à gauche, qui y participera ?

Politique

Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, propose l'organisation d'une primaire pour désigner le candidat à la présidentielle de 2017. Ce scrutin, au format proche de celle de 2011, pourrait être organisé fin janvier 2017. Le feuilleton dure depuis des mois : une cinquantaine de personnalités avait lancé il y a six mois l'idée d'une primaire de toute la gauche pour avoir un seul candidat. Jean-Luc Mélenchon a très vite dit non, tout comme Les Verts et le Parti communiste.

Cambadélis au 13 h de TF1: Hollande "peut toujours se présenter en dehors d’une primaire"

Pour Cambadélis invité du 13 h de TF1, Hollande pourrait se soumettre à une primaire

Politique

Jean-Christophe Cambadélis, était l’invité du 13h de TF1, ce samedi. Le premier secrétaire du PS, va proposer au conseil national du parti l’organisation d’une primaire pour désigner le candidat à la présidentielle de 2017. "Un acte d’unité des socialistes", a-t-il déclaré. François Hollande pourrait s’y soumettre. Le président "peut toujours se présenter en dehors d’une primaire, mais je ne le crois pas", a-t-il assuré.

Brexit : Marine Le Pen déçue par son entretien avec François Hollande

Brexit : Marine Le Pen déçue par son entretien avec François Hollande

Politique

François Hollande a invité ce samedi les chefs des principaux partis à l'Élysée afin de recueillir leur propositions sur la réaction de la France face au Brexit. À la sortie de cet entretien, Marine Le Pen s'est dite déçue. La présidente du FN, qui souhaite proposer un référendum sur la sortie de la France de l'Union européenne si elle est élue, ne s'est pas sentie écoutée par le président de la République.

HOLLANDE

Brexit : Hollande reçoit les chefs des principaux partis

Politique

Le chef de l'État recevra ce samedi après-midi tous les chefs les chefs des principaux partis, Jean-Christophe Cambadélis pour le PS Nicolas Sarkozy, pour les Républicains et encore Marine Le Pen pour le Front national. Francois Hollande recevait ce matin le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki Moon. Celui-ci a souhaité que l'Union européenne continue d'être un partenaire solide des Nations Unies sur les questions humanitaires, la paix et la sécurité. ?

Nous suivre :

"Huh ! For Iceland" : communier avec l'équipe d'Islande grâce à un "clapping" virtuel

logAudience