En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Sarkozy sur TF1 : "Il y a eu une volonté de m'humilier"

Michel Veron par
le 02 juillet 2014 à 16h16 , mis à jour le 02 juillet 2014 à 23h00.
Temps de lecture
5min
Nicolas Sarkozy
A lire aussi
Politique Au lendemain de sa mise en examen, l'ancien président de la République dénonce "une instrumentalisation politique d'une partie de la justice", dans un entretien exclusif accordé à TF1 et Europe 1.

Il n'avait pas pris la parole publiquement depuis son départ de l'Elysée. Nicolas Sarkozy a accordé à TF1 et Europe 1 un long entretien au lendemain de sa mise en examen pour recel de violation de secret professionnel, trafic d'influence actif et corruption active. Sans surprise, il clame son innocence et dénonce "une instrumentalisation politique d'une partie de la justice". "Jamais je n'ai commis un acte contraire aux principes républicains ou à  l'Etat de droit", a-t-il juré.

Il critique également la manière dont il a été traité mardi par les magistrats. "Est-il normal que je sois placé en garde à vue pendant  15 heures. Ne pouvait-on pas me convoquer pour que je réponde aux questions des juges", s'étonne l'ancien président de la République.

Sans détour, il évoque "une volonté de (l') humilier". "Je ne suis pas un justiciable au dessus des lois, mais je n'entends pas l'être en dessous". Il a pris soin de rappeler que l'ancien ministre socialiste du Budget, Jérôme Cahuzac, dont Mediapart a révélé l'existence de son compte bancaire caché en Suisse, "n'a pas fait une seconde de garde à vue".

"Je ne suis pas un justiciable au-dessus des lois, mais je n'entends pas l'être en-dessous"

Concernant l'affaire Bygmalion, l'ex-président de la République a tenu à démentir les propos de Jérôme Lavrilleux. L'ancien directeur adjoint de sa campagne a affirmé il y a quelques semaines qu'un système de fausses factures avait été mis en place en 2012 entre l'UMP la société Bygmalion. "En ce qui concerne ma campagne" présidentielle de 2012, "il n'y a jamais eu le moindre système de double facturation". "Monsieur (Jérôme) Lavrilleux aura à répondre devant la justice et la justice fera son travail", a déclaré Nicolas Sarkozy.

L'ancien locataire de l'Elysée a aussi voulu faire passer un message plus politique aux Français et en particulier à son propre camp. "La question de savoir si on renonce ne se pose pas pour moi. Pourquoi ? Parce que vis-à-vis de son pays, on a des devoirs, on n'a pas des droits". Interrogé sur une possible candidature à la présidence de l'UMP, il indique vouloir attendre la fin de l'été pour prendre sa décision. "J'aurais à décider, après un temps de réflexion, à la fin août, début septembre, de ce que je devrais faire".



EN DIRECT. Les réactions à l'interview de Nicolas Sarkozy sur TF1 :
 
21h55. Fasqeulle (UMP) : "Sarkozy est victime d'une injustice". Daniel Fasquelle, député UMP, a jugé mercredi soir l'ancien président de la République "très combatif, très convaincant", après son entretien accordé à TF1 et Europe 1 au lendemain de sa mise en examen. ".

 

21h45. Philippot (FN) : Nicolas Sarkozy est  "autocentré sur ses souffrances". Le vice-président du FN qualifie que la ligne de défense de Nicolas Sarkozy "peu conséquente". Selon lui, "ce climat d'affaires qui s'accumule semaines par semaines le disqualifie  probablement encore plus".

 

21h35. Solère (UMP) : Ne confondons pas la politique et le droit.

 

21h25. Carlos Da Silva (PS) : Nicolas Sarkozy "nous joue la scène de la victime"
Le député socialiste, Carlos Da Silva, s'est montré très critique vis-à-vis de Nicolas Sarkozy. Refusant les attaques notamment le Syndicat de la Magistrature, il accuse l'ancien président de s'en prendre « au pacte républicain » et à « l'équilibre des institutions ».  "Ce qui est grave est qu'un ancien président remette la justice en cause, [...] je ne peux être que scandalisé par cette déclaration », a-t-il ajouté.

 

21h10. Le Syndicat de la magistrature répond à Nicolas Sarkozy. Le SM a accusé ce mercredi soir Nicolas Sarkozy de "tenter de jeter le discrédit" sur les juges, après avoir été mis en cause par l'ancien président qui s'en est pris à une magistrate en charge du dossier. L'ancien chef de l'Etat "persiste à tenter de jeter le discrédit sur ceux dont la profession est de rechercher la manifestation de la vérité", déplore dans un communiqué le syndicat, classé à gauche, assurant qu'"un juge, même syndiqué, n'en est pas moins impartial". L'organisation regrette que Nicolas Sarkozy fasse "l'amalgame entre la critique par un syndicat, personne morale, d'une politique menée et l'action d'un magistrat directeur d'enquête, dans le cadre de ses fonctions".

20h58. Pour Nicolas Dupont-Aignan, Nicolas Sarkozy n'a pas changé.

 

Commenter cet article

  • shooby02470 : Je comprend mieux pourquoi il était proche de berlusconi : il a du lui demander conseils

    Le 04/07/2014 à 09h07
  • : Ah oui .. "Humilier" .... ...??? Quelqu'un a-t-il vu notre chère grandeur avec des menottes aux poignées ??? Non ??? Décidément cette volonté de l'humilier est allé à son paroxisme, puisque les juges ont due vouloir lui démontrer qu'ils n'en n'avaient même pas à sa grandeur immaculée!!!

    Le 03/07/2014 à 17h59
  • : Syndicat..... Si un policier l'arrête pour lui mettre une contravention et que ce policier est dans un syndicat de gauche , Nicolas Sarkozy criera à la contravention politique... Puis l'aveu induit dans cette défense de Nicolas Sarkozy, c'est qu'il n'aurait donc pas laissée la justice dans un état "impartiale" selon lui.... Décidément il reconnaît tellement d'erreurs implicitement que pour son propre bien, il devrait tenir sa dernière fausse promesse de se retirer de la vie politique ... Plus de conférences en vue ???

    Le 03/07/2014 à 17h55
  • 412bid : Allez, une nouvelle p'tite collecte pour Sarko !!! vous n'allez pas lui refuser ça après cette prestation de chez Barnum....

    Le 03/07/2014 à 15h28
  • bravokosotto : Quel culot ce personnage. Il est de plus en plus lamentable. Comment Tf1 a pu se prêter à une telle mascarade.

    Le 03/07/2014 à 07h56

      Euro 2016 : "L'inquiétude Griezmann", quand le frère du joueur répond à "L'Equipe" sur Twitter

      logAudience