En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Hollande abordera probablement le "tweetgate" le 14 juillet


le 12 juillet 2012 à 11h44 , mis à jour le 12 juillet 2012 à 16h50.
Temps de lecture
3min
valérie trierweiler
A lire aussi
PolitiqueRelancée par les propos de Thomas Hollande rapportés par Le Point, le chef de l'Etat François Hollande pourrait s'expliquer pour la première fois sur la polémique lors de l'interview samedi sur TF1 et France 2, à en croire l'entourage élyséen.

Les propos de Thomas Hollande sur le tweet de Valérie Trierweiler rapportés par le magazine Le Point relancent la polémique sur le soutien de celle-ci à Olivier Falorni pendant la campagne législative. Pour Thomas Hollande, la situation actuelle "est un facteur d'instabilité... soit elle est journaliste, soit elle a un cabinet à l'Elysée".  "Et surtout, ajoute-t-il, pas de deuxième tweet !".Interrogé sur l'avenir politique de Ségolène Royal, il répond: "Ministre, pourquoi pas, dans quelques mois: en politique, on n'est jamais mort".
 
Questionnée sur ces propos, la porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem a jugé sur BFMTV que cette affaire était "derrière nous". "Objectivement, aujourd'hui il n'y a pas plus de commentaire à apporter", a-t-elle ajouté.

Néanmoins, cette affaire de tweet a affecté le président de la République puisqu'il avait promis durant sa campagne de séparer vie privée et vie publique. Il pourrait s'en expliquer. En effet, dans l'entourage du président, on estimait mardi probable que le chef de l'Etat réponde à des questions sur ce sujet lors de son interview télévisée du 14 juillet.

A l'issue d'un véritable marathon diplomatique, il devrait revenir sur les grandes orientations qu'il a défendues sur la scène internationale plaçant la croissance et la régulation des marchés au coeur des scénarios de sortie de crise. Le retrait des troupes françaises d'Afghanistan, la Syrie, devraient aussi être au coeur de cette interview, après le défilé des forces armées. Mais son intervention devrait surtout marquer le retour du chef de l'Etat  sur la scène intérieure après cette longue séquence internationale imposée par le calendrier.

Quelques jours après la grande conférence sociale, où il a prôné "compromis" et "dialogue social" pour sortir de la crise et du chômage, François Hollande affronte son premier vrai coup dur : l'annonce jeudi de plus de 8.000 licenciements par le groupe PSA Peugeot Citroën, avec la fermeture de son site d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) en 2014. Qualifiant de "véritable choc" cette annonce, qui a semé l'émoi dans toute la classe politique, le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a aussitôt demandé à la direction de l'entreprise d'engager "sans délai" une "concertation" avec pour objectif "le maintien d'une activité industrielle sur tous les sites français".

Pendant plus d'une demi-heure samedi à 13h15, François Hollande fera un tour d'horizon complet de l'actualité face à la journaliste de TF1 Claire Chazal et son confrère de France 2 Laurent Delahousse. 
 
 
 
 

Commenter cet article

  • xxxxxo : D'accord avec vous ! " normal " mon oeil .

    Le 14/07/2012 à 16h48
  • xxxxxo : Sauf que la famille Duraton c'était bien plus drôle !

    Le 14/07/2012 à 16h34
  • le chat : Aquand un refererendum sur dame valerie?

    Le 14/07/2012 à 00h18
  • missilabeth : "pas avant la fin"

    Le 13/07/2012 à 14h17
  • chachacon : C'est hors sujet

    Le 13/07/2012 à 14h09
      Nous suivre :
      Attaque à la hache à New-York : l'auteur est un ancien corps de la Marine

      Attaque à la hache à New-York : l'auteur est un ancien corps de la Marine

      logAudience