En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

L'aile gauche du PS écartée de la direction du parti

Edité par
le 17 novembre 2012 à 13h34 , mis à jour le 17 novembre 2012 à 13h39.
Temps de lecture
3min
Harlem Désir

Harlem Désir / Crédits : ABACA

À lire aussi
PolitiqueLes sénateurs David Assouline et Frédérique Espagnac ont été choisis comme porte-paroles, et Alain Fontanel, sera conseiller politique et responsable des fédérations. L'aile gauche du parti est écartée.

Harlem Désir a choisi pour porte-parole du PS les sénateurs David Assouline et Frédérique Espagnac, comme conseiller politique et responsable des fédérations Alain Fontanel, selon l'organigramme présenté samedi lors du Conseil national du parti. Pressentis un temps pour le porte-parolat, le député Olivier Faure, ex-conseiller spécial de Jean-Marc Ayrault à Matignon, obtient le poste de secrétaire à la communication, tandis que la députée Karine Berger, proche du ministre des Finances, Pierre Moscovici, devient secrétaire à l'économie.

L'équipe Désir, son secrétariat national (le "gouvernement" du parti) totalement paritaire, compte 56 secrétaires nationaux. Guillaume Bachelay, numéro deux, est responsable de la coordination. Alain Fontanel est secrétaire aux fédérations et conseiller politique auprès d'Harlem Désir. 

Un "soutien absolu et discipliné" à Hollande

La motion de l'aile gauche du PS pour le congrès de Toulouse n'aura donc pas de représentant au sein du secrétariat, a affirmé samedi son représentant, Emmanuel Maurel. A Toulouse, fin octobre, M. "Désir avait lancé un vibrant appel au rassemblement (...) J'ai le regret de vous dire, la volonté de rassemblement du premier secrétaire n'est pas avérée", et "la motion 3 ne participera pas à la direction du PS", a-t-il dit devant les membres du Conseil national. Il a expliqué qu'il y avait eu une "évolution sensible de la ligne depuis Toulouse", avec les propositions du pacte de compétitivité, critiqué par l'aile gauche du parti.
  
"Ce qui était vrai au moment du Congrès de Toulouse n'est plus vrai aujourd'hui", a renchéri Jérôme Guedj, membre de cette motion, devant des journalistes. "Il y a eu une inflexion de la ligne politique qui est intervenue", celle de "la conférence de presse du président de la République", mardi. Donc "Harlem Désir attend que le parti socialiste soit dans le soutien absolu et discipliné" au président de la République, a-t-il dit.

Commenter cet article

  • nebuleuse57 : Il va entrainer le PS dans sa chute .......cela à déjà commencé.

    Le 18/11/2012 à 08h50
  • gilkayo : Le potlite bureau quoi !!

    Le 18/11/2012 à 08h28
  • many48 : Ca sent le roussi. On se regroupe entre "amis" et on écarte ceux qui ont voté pour vous. Moi président je regrouperai toutes les bonnes volontés. Moi président je ne diviserai pas.

    Le 17/11/2012 à 23h29
  • 69waly : Après la majorité presidentielle, c'est au tour du ps de se fissurer!

    Le 17/11/2012 à 22h55
  • vinebaut : Pensée unique quand tu nous tiens !!

    Le 17/11/2012 à 15h34
      Nous suivre :
      Le pire du foot

      Le pire du foot

      logAudience