En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Le livre de Bachelot est d'une "vulgarité effrayante" selon Guaino


le 02 juillet 2012 à 11h11 , mis à jour le 02 juillet 2012 à 11h45.
Temps de lecture
3min
Henri Guaino en juin 2012

Henri Guaino en juin 2012 / Crédits : Mousse/ABACAPRESS.COM

À lire aussi
PolitiqueL'ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy a fustigé lundi le livre de l'ancienne ministre, publié mi-juin, qui critique la stratégie électorale de Nicolas Sarkozy et de son entourage et dénonce les conseillers de l'Elysée.

Henri Guaino s'est insurgé lundi contre le livre de Roselyne Bachelot publié le 20 juin, "A feu et à sang, Carnets secrets d'une présidentielle de tous les dangers". Les critiques de l'ex-ministre UMP contre la stratégie électorale de Nicolas Sarkozy et son entourage sont d'"une vulgarité effrayante" à l'image de leur auteur, a déclaré sur France Info Henri Guaino. "Je ne commente pas un livre d'une telle vulgarité de pensée, d'attitude, de comportement, les auteurs ressemblent souvent à leur livre. C'est d'une profonde vulgarité", a-t-il commenté sur France Info. "Quand on a fait des pieds et des mains pendant cinq ans pour être ministre et pour rester ministre, on a un peu de dignité", a-t-il souligné. "Si moi je n'assumais pas la totale responsabilité de ce qui s'est passé, je serais parti. Je ne suis pas parti, j'assume. Que les autres assument aussi. Ce n'est pas une question de loyauté, mais de dignité", a insisté Henri Guaino.

Dans son livre, Roselyne Bachelot, proche de François Fillon, critique notamment les conseillers de l'ancien président, dont Patrick Buisson, qualifiés d'"âmes noires" à l'origine de "stratégies désespérées et désespérantes". François Fillon, qui a annoncé samedi sa candidature à la direction de l'UMP, a pris ses distances avec Roselyne Bachelot dans une interview au Journal du Dimanche, soulignant que "toute critique visant Nicolas Sarkozy me vise en même temps". Interrogé sur l'"inventaire" que réclame notamment l'ancienne ministre des Solidarités, il répond ne juger "ni opportun ni utile d'organiser un exercice qui ne sert pas la reconstruction de l'UMP".

Commenter cet article

  • shooby02470 : Tu fais bien de nous rappeler ça matger : pendant toute la campagne les ump ont bien raillé ces primaires socialistes, prétendant que cela ne servait à rien, que c'était idiot, Sarkozy a vivement critiqué ce système le 11 octobre 2011, prétendant que c'était non conforme à l'esprit de la Vème République, l'UMP a même produit un document pour contrer tous les arguments prôné par le PS pour ces primaires, en relativisant la portée du scrutin ou en critiquant la stature du candidat choisi, et tout ça pour quoi ? Pour faire eux-même des primaires pour choisir leur candidat en 2007 ! Est-ce que cela signifie que les primaires chez la droites sont constitutionnelles et légitimes là où ce n'est pas le cas à gauche ?

    Le 03/07/2012 à 09h38
  • andalou2a : Mort de rire... Pauvre bonhomme va...

    Le 02/07/2012 à 22h12
  • matger : Alain-paris,ça me rappelle une certaine période pré-primaire socialiste .

    Le 02/07/2012 à 17h45
  • sly.68 : Enfin les masques tombent !! A qui le prochain ? le roi n'est plus là ...

    Le 02/07/2012 à 16h08
  • commenteur : "Vulgaritas" dans le sens compréhensible par le bas peuple ? Hé! pourquoi pas. N'en déplaise aux envolés lyriques des langues de bois.

    Le 02/07/2012 à 15h45
      Nous suivre :
      Sarkozy, le retour ? Mais il n'est jamais vraiment parti... 2 minutes 30 pour vous le prouver

      Sarkozy, le retour ? Mais il n'est jamais vraiment parti... 2 minutes 30 pour vous le prouver

      logAudience