En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Le MoDem disponible pour un élargissement de la majorité


le 05 août 2012 à 20h44 , mis à jour le 05 août 2012 à 20h51.
Temps de lecture
3min
Robert Rochefort (MoDem), le 3 mai 2012.

Robert Rochefort (MoDem), le 3 mai 2012. / Crédits : BERTRAND LANGLOIS / AFP

À lire aussi
PolitiqueLe MoDem est disponible pour participer à un élargissement de la majorité de François Hollande, qui serait dans l'intérêt de la France, a déclaré Robert Rochefort, vice-président du parti de François Bayrou.

Dans une interview à paraître lundi dans La Croix, il pose toutefois comme conditions que cet élargissement soit "vrai et sincère" et que le gouvernement reprenne certaines propositions du MoDem, "comme cela a été le cas, par exemple, avec la commission Jospin sur la déontologie de la vie publique." Pour Robert Rochefort, "la dureté de la situation économique impose une démarche d'ouverture."

"Il y a suffisamment de questions importantes pour trouver des points de rencontre", dit-il, ajoutant : "C'est dans l'intérêt de la France que François Hollande élargisse son équipe. Nous sommes la première pièce politique disponible pour son élargissement." "Les possibilités sont là, il faut juste que François Hollande exorcise sa peur de mécontenter (le dirigeant du Front de gauche) Jean-Luc Mélenchon", déclare-t-il encore.

A la question de savoir s'il regrette que François Bayrou ait voté pour François Hollande à la présidentielle, Robert Rochefort répond par la négative, même s'il souligne que ce choix a eu un coût politique "extrêmement élevé", avec la défaite du président du MoDem aux législatives. "Si nous n'avions pas fait ce choix, certains auraient dit que nous avions été achetés par l'UMP. Je regrette simplement le comportement politicien brutal et sectaire du PS, qui a maintenu un candidat face à François Bayrou", indique-t-il.

"Je regrette aussi que notre système ne comprenne pas que l'on peut accompagner une majorité politique sans y être complètement intégré. Nicolas Sarkozy a su le faire avec Martin Hirsch pour le RSA, il ne lui a pas demandé allégeance", dit-il encore dans une allusion à l'ancien haut commissaire aux solidarités actives. "Il est possible de faire un bout de chemin avec l'équipe de François Hollande", juge le vice-président du MoDem.

Commenter cet article

  • gac87 : Ça rappelle 1981 et quelques indéfectibles giscardiens devenus ministres de François Mitterrand. Par peur de n'avoir aucun maroquin, le MODEM a joué le PS contre l'intérêt du Pays. C'était lamentable et c'était ignorer l'histoire récente : depuis 31 ans, le parti socialiste a toujours utilisé ses alliés pour mieux les écraser ensuite. Non seulement les dirigeants du MODEM ont trahi leurs électeurs mais, en plus, ils n'ont rien compris. Leur titre de gloire restera d'avoir permis le retour de la gauche au pouvoir avec toutes ses conséquences néfastes pour la France. Honteux !

    Le 10/08/2012 à 13h25
  • carte2 : Ils sont tellement amer d'avoir tout perdu, qu'ils sont prêts à tout pour exister enfin...!!!!

    Le 09/08/2012 à 18h36
  • phil_grenoble : Si une force du centre doit se reconstituer, près le coup d'éclat aux présidentielles, ça sera sans le MoDeM et certainement pas unie avec le PS.

    Le 08/08/2012 à 15h16
  • louanna75 : Cela s'appelle l'art de la traitrise

    Le 08/08/2012 à 13h04
  • shooby02470 : Qui vivra verra, mais moi j'en doutes fort

    Le 08/08/2012 à 09h55
      Nous suivre :
      Italie : une exposition photo au fond de la mer

      Italie : une exposition photo au fond de la mer

      logAudience