En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES
DOSSIER : Révolte en Syrie

La presse peu convaincue par le "coup" de Sarkozy


le 09 août 2012 à 09h19 , mis à jour le 09 août 2012 à 10h32.
Temps de lecture
3min
Des journaux de presse quotidienne (illustration).

La compagnie Air Caraïbes a abandonné mardi la presse papier à bord de ses avions au profit d'une version tout numérique disponible sur tablettes. / Crédits : sxc.hu / DR

À lire aussi
PolitiqueLes critiques, directes et indirectes, adressées par Nicolas Sarkozy à son successeur François Hollande sur le dossier syrien convainquent peu les éditorialistes ce jeudi. La "diplomatie parallèle" de l'ex-chef d'Etat s'apparente pour certains à de la "gesticulation".
En s'en prenant implicitement à l'immobilisme supposé de François Hollande face à l'ampleur prise par la crise syrienne, Nicolas Sarkozy fait écho à "la frustration générale ressentie devant tant d'impuissance", analyse Pierre Rousselin dans Le Figaro. Et l'ancien président, fer de lance du front anti-Kadhafi en Libye, "de brandir la nécessaire intervention au nom de la libération des peuples opprimés. La cause est noble, Sarkozy en use", commente Philippe Palat dans le Midi libre. Mais "en laissant croire (...) que la France pourrait intervenir de son propre chef", Nicolas Sarkozy "passe le mur du son de la démagogie", dénonce Maurice Ulrich dans L'Humanité, qui fustige un "De Gaulle à la petite semaine". Pour La République des Pyrénées, sous la plume de Jean-Marcel Bouguereau, "Sarkozy vient conforter la tactique estivale de l'UMP" consistant à "stigmatiser la ‘passivité’ de François Hollande". Daniel Ruiz, dans les colonnes de La Montagne, estime surtout qu'il "énonce une contre-vérité lorsqu'il affirme que la situation en Syrie est comparable à celle qui avait conduit à la chute de Kadhafi à Syrte"."
"Une influence désormais réduite"
"Sarkozy relève d'ailleurs des ‘similitudes’ entre les deux crises, "mais il omet les différences", insiste dans Le Courrier Picard Didier Louis, qui fait le distinguo "entre deux dictateurs : l'un, Kadhafi, essoufflé et isolé ; l'autre, Al-Assad, loin d'être désarmé" et entre deux "contextes géo-politiques : le veto russe et chinois rend toute résolution impossible en Syrie, ce qui n'était pas le cas en Libye". Pour Daniel Ruiz, "sans doute cherche-t-il ainsi à faire oublier que s'il n'avait pas aussi outrageusement pris des libertés avec la résolution du Conseil de sécurité sur l'intervention en Libye, les Russes seraient aujourd'hui moins crispés sur la défense du boucher Assad".
Christophe Lucet observe d'ailleurs dans Sud-Ouest que "l'ex-président se garde d'ailleurs de parler d'action armée" et "sait que, si son avis compte, son influence est désormais réduite". "A l'Elysée, il faisait dans l'hyper-présidence ; le voici reconverti dans la diplomatie parallèle" mais, "en réalité, tout ceci ressemble fort à de la gesticulation, dont la Syrie ne serait qu'un objet annexe: Sarkozy ne veut-il pas d'abord se rappeler au souvenir des Français... et à celui de l'UMP ?", demande perfidement Patrick Fluckiger dans L'Alsace.
Ces réserves émises par la presse font suite aux réactions virulentes du Parti socialiste. Mercredi, Martine Aubry avait accusé l'UMP et Nicolas Sarkozy de tenir des propos "irresponsables". Ce jeudi, c'est au tour de Laurent Fabius de s'étonner que M. Sarkozy "souhaite susciter une polémique sur un sujet aussi grave, alors qu'on attendrait autre chose de la part d'un ancien président".
Commenter cet article

  • antigrade68 : Non.....mais j'ai une télécommande qui zappe certaines personnes!!!!!!

    Le 29/08/2012 à 15h24
  • morin777 : Vous avez vu Sarkozy à la TV faire des déclarations !!!!!????

    Le 28/08/2012 à 18h45
  • bidou2012 : Quand quelqu'un gesticule ça ne fait pas de bruit, enfin par définition. A la limite, on lit des textes, des écrits, des articles et on écoute un discours, une émission, quelqu'un qui parle. Enfin c'est ce que nous dit le dico. On peut aussi mettre un "S" à Sarkozy et un "H" à Hollande, qu'on les aime ou pas, on peut les respecter.

    Le 28/08/2012 à 09h28
  • lemazet13 : De toute façon la presse, en général, est favorable au gouvernenent en place. Alors !...

    Le 18/08/2012 à 07h05
  • mbl55 : C'est vrai ça...on se demande comment ça se fait qu'Hollande n'ait pas été élu à 220 % quand on voit le nombre de j'aime...

    Le 17/08/2012 à 10h50
      Nous suivre :
      Passation de pouvoir : l'intégralité de l'allocution d'Arnaud Montebourg

      Passation de pouvoir : l'intégralité de l'allocution d'Arnaud Montebourg

      logAudience