En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

MAM et Ben Ali: des contacts "d'Etat à Etat"


le 16 février 2011 à 22h51 , mis à jour le 16 février 2011 à 22h53.
Temps de lecture
3min
[Expiré] [Expiré] MAM

Crédits : AFP

À lire aussi
PolitiqueDans Métro jeudi, la ministre affirme n'avoir eu "aucun contact privilégié" avec Ben Ali avant sa fuite. "Nos entretiens ou nos rencontres bilatérales ont toujours été dans le strict cadre de mes fonctions", explique-t-elle.

La ministre des Affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie, a affirmé dans une interview n'avoir "jamais eu rien de personnel" dans ses contacts avec l'ancien président tunisien Ben Ali, aux différents postes qu'elle a occupés. Alors que ses vacances controversées fin 2010 en Tunisie, son offre de  coopération sécuritaire au régime Ben Ali et ses liens d'amitié avec un homme d'affaires tunisien ont été vivement dénoncés par l'opposition, le site Mediapart avait révélé mercredi qu'elle avait eu un bref entretien téléphonique  avec Ben Ali durant la même période.

Interrogée par le journal gratuit Metro sur cet entretien et la raison pour  laquelle elle avait déclaré n'avoir eu "aucun contact privilégié" avec Ben Ali  avant sa fuite, Mme Alliot-Marie a répondu: "parce que c'est la vérité! Je  n'avais en effet aucun contact privilégié avec lui. Nos entretiens ou nos rencontres bilatérales ont toujours été dans le strict cadre de mes fonctions,  d'Etat à Etat. Cela n'a jamais rien eu de personnel".

"Mes parents font ce qu'ils veulent"

Son dernier tête-à-tête datait de 2006 quand elle était ministre de la  Défense, avait précisé son cabinet. "C'est le métier du ministre des Affaires étrangères de parler avec des  ministres ou des chefs d'Etat étrangers. J'ai eu brièvement au téléphone le président tunisien de l'époque comme j'ai eu pendant mes vacances des entretiens téléphoniques avec les présidents du Sénégal, du Tchad, du Gabon et  avec nombre de mes homologues", a-t-elle dit.

Elle a dit n'avoir eu "aucun" contact avec Ben Ali depuis son départ. MAM a par ailleurs affirmé n'avoir pas su que ses parents projetaient de conclure une transaction immobilière avec l'homme d'affaires Aziz Miled, en  marge de leurs vacances de Noël: "Non. Mes parents font ce qu'ils veulent de  leur temps et de leur argent", a-t-elle dit. La ministre a démenti aussi que ses vacances aient été programmées afin de finaliser la transaction. "Evidemment non. Quant à mes parents, s'ils ont saisi l'occasion de leur présence en Tunisie pour finir leurs papiers, ils auraient  pu le faire à n'importe quel autre moment", dit-elle.

Commenter cet article

  • davinci.71 : Elle est tout de meme ministre des affaires etrangeres et propose l'experience et les armes francaises pour aider au maintient d'un dictateur. La France se veut la vitrine des droits de l'Homme et vous osez encore la soutenir ?? Les frasques des "hommes" politiques du passé ne changent rien et ne motivent en rien son comportement !!!

    Le 17/02/2011 à 19h05
  • davinci.71 : Merci et bravo,tout à fait d'accord avec vous.

    Le 17/02/2011 à 18h59
  • didierbretagne : Je l'ai écouté aussi : un homme intelligent ayant une grande habitude de cette sorte d'exercice. C'est peut-être cela aussi qui peut amener un doute sur la spontanité de ses réponses. Voyez le discours d'Alliot Marie qui a dix jours d'intervalles redit mot pour mot les objets de sa défenses. Ce qui ne l'a pas empêché auparavant de "s'empêtrer" dans ses explications contradictoires et ses non-dits. Même la protection des parents est mise en avant par son père qui n'en a certainement pas besoin si l'on s'en tient à sa prestation télévisée. Que l'on le regrette ou pas Mme Alliot Marie a accumulé un ensemble d'erreurs qui ne la rendent plus crédible dans ce qu'elle dit.

    Le 17/02/2011 à 13h09
  • nini_1985 : Nous voulons des ministres exemplaires et ce n'est pas le cas pour elle, elle doit démissionner et c'est tout !!!

    Le 17/02/2011 à 13h04
  • baal_ : Parce que vous ne connaissez pas le respect, c'est tout. Quand on entre on dit bonjour, quand on reçoit on dit merci, quand on a pas élevé les cochon ensemble on vouvoie et on dit mon sieur ou madame, et enfin quand on s'adresse à "MAM" on dit madame la ministre. Et pour le président on dit "Monsieur le Président" et pas "sarko". On se plaint de la perte des valeurs de la part d'autrui mais faut dire que personne ne fait le nécessaire pour qu'elles se perpétuent, en premier les gens qui nous présente ce qu'on voit du monde (les médias).

    Le 17/02/2011 à 13h04
      Nous suivre :
      Assassin's Creed en vrai dans les rues de Paris

      Assassin's Creed en vrai dans les rues de Paris

      logAudience