En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES
DOSSIER : Mariage gay

Mariage gay : Taubira veut corriger "une situation d'inégalité flagrante"


le 27 janvier 2013 à 08h26 , mis à jour le 27 janvier 2013 à 08h29.
Temps de lecture
3min
La ministre de la Justice Christiane Taubira/Image d'archives

La ministre de la Justice Christiane Taubira/Image d'archives / Crédits : AFP/F. DUFOUR

A lire aussi
PolitiqueLa ministre de la Justice redit sa certitude que ce projet de loi dont l'examen commence mardi à l'Assemblée nationale corrigera "une situation d'inégalité flagrante". Et refuse un référendum.

Alors que les partisans au projet se prépare à manifester à Paris, la ministre de la Justice s'exprime dans le JDD. "Le projet de loi donne simplement les mêmes droits et confère les mêmes  devoirs aux couples homosexuels : les conditions du mariage sont inchangées",  martèle Christiane Taubira. Dans le livret de famille, répète la garde des Sceaux, "rien (ne change)  pour les couples hétérosexuels". En effet, dit-elle, "nous avons choisi de ne  pas désexuer le livret de famille : y sera donc maintenue la référence au père  et à la mère. Pour les couples homosexuels, les travaux sont en cours. Ce qui est certain, c'est que nous ne ferons pas comme aux Pays-Bas, nous ne  retiendrons pas les termes de parent 1 ou parent 2". "Ce projet de réforme pour tous corrige une situation d'inégalité  flagrante", assure Christian Taubira, qui dit entendre le trouble qu'il provoque. 

"Je reconnais que cette question provoque un vaste débat", poursuit-elle,  mais "notre démarche n'a rien d'hostile à la famille. Au contraire, nous  prenons en compte une réalité sociale et humaine."  "La France, rappelle-t-elle, tente de tracer depuis quarante ans une ligne  de justice qui a fait progresser le statut des enfants. Ce texte va  protéger les familles, toutes les familles. Ce texte protégera les droits des  enfants." D'après le garde des Sceaux, "plusieurs milliers de familles  homoparentales" ou des "centaines de milliers d'enfants vivant dans des familles homoparentales" pourraient être concernés par cette réforme.

A titre d'exemple, elle cite l'Espagne où "on a recensé plus de 12.800  mariages et 240 divorces depuis l'instauration du mariage de couples homosexuels en 2005". Dans cet entretien au JDD, la ministre écarte de nouveau tout recours au  referendum sur une telle "question de société" et confirme que la procréation  médicalement assistée (PMA) "n'a jamais été dans le projet de loi sur le  mariage adopté en Conseil des ministres le 7 novembre" car elle "relève  d'autres textes que le seul Code civil".

Commenter cet article

  • eveetpat : L'art et la manière de diviser le peuple.

    Le 30/01/2013 à 07h01
  • shooby02470 : Pourtant sabyne, c'est bel et bien un cliché l'argument "deux papas ou deux mamans ne vaudront jamais un papa et une maman" utilisé par les opposants, alors que dans ce domaine celui de la gauche sur l'égalité des droits et un chouilla plus crédible, et surtout en rapport avec le l'article 1 du texte constitutionnel

    Le 29/01/2013 à 09h04
  • mcg35 : @ababord - et bien oui ... Figurez-vous qu'il existe encore des gens qui ont "des principes" ... et qui s'y tiennent!!!!

    Le 28/01/2013 à 23h59
  • shooby02470 : Inexact sabyne, sur le coup c'est plutôt la votre qui est aveugle. Ne me dits surtout pas que c'est le gouvernement de droite qui va mettre en application des réformes comme les contrats de génération, le pacte de compétitivité, la flexisécurité [...] car vous en seriez pas crédible pour un sous. Par contre,ce qui est évident, c'est que c'est bien cet ancien gouvernement qui aurait du les faire, ses réformes, mais ils ont préféré eu cela soient d'autres qui s'en charge.

    Le 28/01/2013 à 18h58
  • usbek75 : Oui ça marchait bien moyen-âge. Aujourd'hui, vu qu'un mariage sur deux tourne court, votre idée de la famille sent un peu le renfermé. Mieux vaut une maman ou un papa ? Selon vous ?

    Le 28/01/2013 à 18h45
      Nous suivre :
      Quand Juppé se moque gentiment de Valls : "Tout va bien, ça vous surprend M. le Premier ministre ?"

      Quand Juppé se moque gentiment de Valls : "Tout va bien, ça vous surprend M. le Premier ministre ?"

      logAudience