En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Marine Le Pen aurait dit non si Sarkozy l'avait appelée


le 10 octobre 2012 à 10h17 , mis à jour le 10 octobre 2012 à 10h30.
Temps de lecture
2min
"Ce n'est qu'un début, continuons le combat", a lancé Marine Le Pen, la candidate du FN arrivée en troisième position de la présidentielle.

"Ce n'est qu'un début, continuons le combat", a lancé Marine Le Pen, la candidate du FN arrivée en troisième position de la présidentielle. / Crédits : AFP

A lire aussi
PolitiqueMarie Le Pen (FN) a assuré mercredi qu'elle aurait refusé de devenir ministre de l'Intérieur de Nicolas Sarkozy si celui-ci avait songé à lui proposer la place Beauvau, une hypothèse avancée dans un livre à paraître.

Marie Le Pen (FN) a assuré mercredi qu'elle aurait refusé de devenir ministre de l'Intérieur de Nicolas Sarkozy si celui-ci avait songé à lui proposer la place Beauvau, une hypothèse avancée dans un livre à paraître. "Il serait tombé sur un os, j'aurais dit non", a tranché la présidente du Front national, interrogée par BFMTV et RMC. "J'ai contesté et continue à contester" sa politique faite "essentiellement d'enfumage", a-t-elle expliqué. Aux yeux de l'eurodéptué, un tel geste n'aurait pu avoir que des "raisons électoralistes".
 
Selon le livre "Ca m'emmerde ce truc", des journalistes Eric Mandonnet et Ludovic Vigogne, à paraître chez Grasset, l'équipe de campagne de Nicolas Sarkozy aurait envisagé de faire nommer Marine Le Pen au ministère de l'Intérieur, une idée aussitôt abandonnée.
 

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Quand Nikos Aliagas se découvre en Une du Point à seulement 20 ans

      Quand Nikos Aliagas se découvre en Une du Point à seulement 20 ans

      logAudience