En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Morin veut recoller les morceaux au centre


le 02 septembre 2012 à 08h17 , mis à jour le 02 septembre 2012 à 08h19.
Temps de lecture
3min
Hervé Morin en juillet 2010

Hervé Morin, 16 juillet 2010 / Crédits : Abacapress.com

A lire aussi
PolitiqueFace à l'éclatement centriste, écartelé entre Parti radical, Nouveau Centre, Gauche Moderne, MoDem, Force européenne démocrate, l'Alliance centriste et Alternative libérale, Hervé Morin s'est dit prêt samedi à "s'engager à fond" dans la création d'une fédération.

Il y avait comme un écho de poésie grinçante dans le discours d'Hervé Morin lorsqu'il a clôturé, samedi, les 5e universités d'été du Nouveau Centre, devant quelque 400 à 500 militants dans une manade près de Nîmes. "Le Centre, c'est un peu aujourd'hui comme la voie lactée, cette espèce de traînée blanchâtre qu'on peut apercevoir à l'oeil nu certaines nuits, une écharpe de brouillard blanc avec son halo de constellations et de nébuleuses", a-t-il ironisé. Avant de passer en revue les sept formations de cette galaxie : "Il y a le Parti radical, le NC, la Gauche Moderne, le MoDem, Force européenne démocrate, l'Alliance centriste et Alternative libérale. Une structure pour chaque jour de la semaine".

Il faut dire que le Centre est sorti laminé des législatives. Divisé, il n'a pas pesé lourd lors de l'affrontement droite-gauche dans les urnes. Ce qu'a résumé samedi le président du Nouveau Centre : "Il faut regarder les choses en face. Avec nos divisions internes, avec le voyage en solitaire de François Bayrou, le Centre au sens large, sort affaibli" des élections. Le Nouveau Centre lui-même n'a pas échappé aux tiraillements et aux divisions, dont Hervé Morin a tenté de tirer un bilan optimiste : "Nous avons mis un terme à la confusion (...) qui allait jusqu'à la haine organisée (...) et avons retrouvé le bonheur d'être ensemble", a-t-il dit, en référence à l'exclusion de plusieurs ténors de son parti, dont l'ex-numéro 2, Jean-Christophe Lagarde, qui s'étaient opposés à lui avant de fonder leur propre parti (la FED). "Du coup, nous sommes un petit peu moins nombreux, mais en vérité nous sommes plus forts", a-t-il assuré.

L'UMP, partenaire naturel

A l'Assemblée nationale, les différentes familles se sont réunies au sein d'un même groupe, l'UDI, présidé par Jean-Louis Borloo. 12 députés NC avaient alors rallié l'UDI. Mais, pour autant, l'ex-ministre de la Défense veut encore croire à l'avenir de sa famille politique, à condition, dit-il, de ne pas "éluder d'importantes clarifications". Aussi Hervé Morin se dit-il prêt à "s'engager à fond" dans la création d'une fédération avec les autres formations de centre-droit et à s'atteler à la construction d'un "nouveau partenariat" avec l'UMP, partenaire naturel.

Parmi les personnalités invitées, le sénateur MoDem Jean-Marie Vanlerenberghe n'a pas dit autre chose en constatant l'échec de la main tendue à la gauche de François Bayrou. "Ceux qui au MoDem rêvent encore d'un élargissement de la majorité du PS sont dans la politique fiction", a-t-il affirmé. Pour lui, le partenaire privilégié du centre, c'est bien la droite. "J'ai été content de l'entendre", a réagi Hervé Morin sans croire pour autant que François Bayrou partage cette même ligne. Le président de la Gauche Moderne, Jean-Marie Bockel, s'est dit quant à lui prêt à dissoudre son parti dans une future fédération centriste : "cela n'a plus de sens pour nous de rester indépendants", a-t-il confié.

Pour Hervé Morin aussi, l'avenir se situe bien dans la construction d'une fédération des centres. Mais, "il ne s'agira pas d'une fusion ou d'une absorption", a-t-il prévenu se disant convaincu que ni son parti, ni le Parti radical n'étaient prêts à disparaître. Toutefois, au plan personnel, il a confié à la presse ne pas réclamer le leadership de la future fédération, revendiquée par Jean-Louis Borloo. L'ex-ministre n'a pas mis pour autant ses ambitions dans sa poche mais il est bien conscient de son manque actuel de notoriété. "On est dans une démocratie d'opinion et le chemin qui sera le mien sera de construire une relation avec l'opinion publique", a-t-il dit.

Commenter cet article

  • ond59 : Au centre ? Au centre de quoi ?

    Le 02/09/2012 à 15h57
  • qtalm : Il a pas compris c'est fini pour lui. allez à l'écurie!!!!!!!!!!!!

    Le 02/09/2012 à 08h29
      Nous suivre :
      A la FIAC, Valls à Zahia : "C'est vous l'oeuvre, alors ? "

      A la FIAC, Valls à Zahia : "C'est vous l'oeuvre, alors ? "

      logAudience