En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Pour PSA, le plan social ne "devait pas être un enjeu de campagne"


le 13 juillet 2012 à 10h06 , mis à jour le 13 juillet 2012 à 11h01.
Temps de lecture
3min
Usine de Peugeot PSA en France.

Usine de Peugeot PSA en France. / Crédits : TF1/LCI

A lire aussi
PolitiqueFrédéric Saint-Geours, directeur général des marques du constructeur, a confirmé sur France Inter que le plan avait bien été retardé après les élections.

Vendredi matin, les questions sur le timing de l'annonce du plan social après l'élection présidentielle, se posent encore. Dès l'officialisation du choc social, les dirigeants de gauche ont affirmé que le plan avait été volontairement retardé par la direction. Ainsi, le ministre du Travail Michel Sapin avait accusé mercredi Nicolas Sarkozy d'avoir amené avant l'élection présidentielle la direction de PSA à repousser la décision officielle. un plan de suppression de postes, une attitude qu'il juge "criminelle".

"Est-ce que vous avez remarqué que M.(le président du directoire Philippe) Varin avait été plusieurs fois convoqué dans le bureau de Nicolas Sarkozy ? Vous pensez que c'était pour parler du nouveau modèle qui allait sortir chez Citroën et Peugeot ? Non, c'était pour parler de ces sujets-là", a dit le socialiste Michel Sapin sur France Inter. "Ce ne sont pas de bonnes méthodes. J'ai entendu le terme de 'criminel' utilisé par un ancien ministre à propos des débats que nous avions eus au sein de la grand conférence. Voilà, me semble-t-il, un point sur lequel un terme aussi violent pourrait être utilisé", a-t-il ajouté.
 
Vendredi matin sur France Inter, un dirigeant de PSA a reconnu que l'annonce du plan social avait bien été repoussée après les élections. «  Il ne fallait pas en faire un enjeu de campagne », a-t-il affirmé. 
 
 Selon le patronat et les syndicats, il se prépare dans les entreprises privées une vague de plans de suppressions de postes qui pourrait affecter d'ici la rentrée, selon les sources 60.000 à 80.000 postes et qui aggraveront encore un chômage déjà au
 

Commenter cet article

  • cousinhub67 : L'immobilisme conduit à la suppression de 8000 emplois chez PSA, la preuve est là, donc il faut se bouger. Sarkozy proposait le transfert des charges sur la TVA, l'assouplissement des contrats et la flexibilité, Mélenchon proposait l'interdiction des licenciements, on peut être contre tout ça, mais vous monsieur Hollande vous proposez quoi ? rien du tout !

    Le 14/07/2012 à 02h11
  • matger : Depuis quand un président doit-il rendre des comptes d'une société privée ?

    Le 13/07/2012 à 23h19
  • francisk1 : Regardez qui s'enrichit ,ensuite vous pourrez parler. Pour l'instant les riches sont à droite et les bourgeois au PS, la misère est pour le peuple.

    Le 13/07/2012 à 22h32
  • alain-paris : @rose-marie : ce sont les socialistes qui ont fait 600 milliards de ttes en 5 ans (900 milliards en 10 ans) ?

    Le 13/07/2012 à 20h57
  • neobum : Sarko n'a rien avoir avec le problème de PSA, c'est une société privé

    Le 13/07/2012 à 19h02
      Nous suivre :
      Quand un ourson brun erre dans les rayons d'un magasin

      Quand un ourson brun erre dans les rayons d'un magasin

      logAudience