ARCHIVES

Pourquoi la droite craint la modification du calendrier électoral


le 05 octobre 2012 à 19h39 , mis à jour le 05 octobre 2012 à 19h44.
Temps de lecture
3min
Jean-François Copé

Jean-François Copé lors du bureau politique de l'UMP du 10 mai 2012. / Crédits : LCI

À lire aussi
PolitiqueL'UMP suspecte François Hollande de "retarder d'un an les cantonales et les régionales pour pouvoir jouir un an de plus du pouvoir dans les départements et les régions détenues par les socialistes".

C'est parti pour une polémique des plus classiques sur le calendrier électoral. François Hollande a en effet demandé vendredi que les élections régionales et cantonales prévues en 2014 se tiennent l'année suivante, le même jour. La raison invoquée ? Eviter un embouteillage électoral. Il y aurait sans ce report quatre scrutins le même jour. "Je considère que pour le respect de nos concitoyens et de nos assemblées concernées, il est préférable de reporter à 2015 l'organisation des deux consultations, le même jour, régionales et départementales", a déclaré François Hollande lors d'un discours à La Sorbonne à l'occasion des Etats généraux de la démocratie territoriale. Il a ajouté avoir demandé au gouvernement de consulter des associations d'élus "pour la confirmation de ce calendrier". Le président de la République a en outre prôné pour les cantonales un nouveau mode de scrutin fondé sur deux principes : l'ancrage territorial et la parité.
 
Pour la droite, le président et le PS cherchent à manipuler les électeurs. "C'est profondément choquant : ça s'appelle tout simplement une machine à manipuler les élections", a déclaré Jean-François Copé, le secrétaire général de l'UMP, lors d'un point de presse. "Devant l'inquiétude sur la dégringolade dans les sondages,on préfère limiter à un seul vote, celui des municipales, et retarder d'un an les cantonales et les régionales pour pouvoir jouir un an de plus du pouvoir dans les départements et les régions détenues par les socialistes", a-t-il souligné.  Le député-maire UMP de Nice, Christian Estrosi, a lui aussi déploré une décision prise "sans concertation". "Cette précipitation démontre un mépris de François Hollande pour lesélus locaux", écrit-il dans un communiqué.
 
En réalité, la droite craint que la gauche retarde les élections régionales et cantonales pour éviter que le Sénat ne change de majorité. En effet, si ces scrutins sont mauvais, ils changeront la couleur des grands électeurs. Or ces grands électeurs votent pour désigner les sénateurs. Donc gagner un an, de 2014 à 2015, peut être utile. 
 

Commenter cet article

  • toutamis : Et quand on sait qu'en 2007, c'est Sarkozy qui ne voulait pas changer les règles quand Royal demandait plusieurs débat ...

    Le 08/10/2012 à 12h33
  • toutamis : Aller, encore le coup du référendum !

    Le 08/10/2012 à 12h30
  • toutamis : D'un autre côté pascal, c'est Copé. Plus rien ne devrait nous étonné de sa part, non ?

    Le 08/10/2012 à 12h07
  • toutamis : Exact kosotto, la droite n'a pas changé ce calendrier en 2008 alors qu'elle aurait du le faire, on a vu le résultat catastrophique que cela a eu pour nous. Bref,c e n'est pas parce que al droite n'a pas eu le courage de faire ça qu'elle doit reprocher à ceux qui l'ont eu de l'avoir eu !

    Le 08/10/2012 à 12h04
  • kosotto1 : Vous savez pas lire ? pour éviter un embouteillage électoral, exactement comme le gouvernement précédent l'a fait en 2008 !

    Le 08/10/2012 à 10h17
      Nous suivre :

      Entre Morano et Philippot, ça clashe, ça clashe...

      logAudience