En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Présidence des groupes : l'autre bataille

Edité par
le 18 juin 2012 à 16h22 , mis à jour le 18 juin 2012 à 17h58.
Temps de lecture
4min
Noël Mamère, Bruno Le Roux, Christian Jacob et Xavier Bertrand.

Noël Mamère, Bruno Le Roux, Christian Jacob et Xavier Bertrand. / Crédits : AFP/ABACA - Montage TF1 News

À lire aussi
PolitiqueAu PS, la candidature de Bruno Le Roux, proche de François Hollande, semble faire consensus. La bataille devrait être plus âpre à l'UMP, où Xavier Bertrand entend compliquer la tâche à Christian Jacob, candidat à sa réélection.

Les élections sont finies, place à l'organisation dans chaque camp. Outre le perchoir, c'est aussi l'élection à la présidence des groupes parlementaires qui se joue cette semaine. Qui sont les candidats dans chaque groupe ?
 
PS : Bruno Le Roux fait consensus
Bruno Le Roux, député de Seine-Saint-Denis depuis 1997 et actuel porte-parole du groupe, est le favori au poste. L'élection - prévue jeudi - de ce proche de François Hollande ne devrait être qu'une formalité. Il a le soutien de Jean-Marc Ayrault, son prédécesseur, et fait campagne depuis trois mois pour parvenir à son objectif.
 
Philippe Martin, député et président du Conseil général du Gers, est également sur la ligne de départ. "Je reste candidat à la présidence de groupe", a indiqué dimanche Philippe Martin, élu au premier tour dans sa circonscription. Il devrait décider mardi, à l'issue du Conseil national du PS, s'il maintient ou non sa candidature.
 
UMP : bataille âpre en perspective
La liste définitive des candidats sera connue mardi à 18h pour un vote mercredi. Lundi matin, Christian Jacob, député de Seine-et-Marne, a officialisé sa candidature à sa succession. Dans une profession de foi envoyée à chacun de ses collègues UMP, le patron du groupe depuis novembre 2010 et proche de Jean-François Copé, met en avant son "expérience", qu'il a "toujours placée au service du collectif". Mais Xavier Bertrand, proche de François Fillon, pourrait lui mettre des bâtons dans les roues. Ce qui donnerait à l'affrontement un avant-goût du duel féroce qui se jouera à la tête de l'UMP. Selon plusieurs sources UMP, Christian Jacob, très apprécié par ses pairs, part favori pour ce scrutin. Mais Xavier Bertrand travaillerait méthodiquement les parlementaires au corps pour s'assurer de leur soutien.
 
Le Gaulliste Hervé Gaymard songe à se présenter, comme il l'avait fait en novembre 2010, de même que l'ancien ministre radical Jean Leonetti, lui aussi candidat malheureux face à Christian Jacob en 2010.
 
EELV : un bînome homme-femme ?  
Avec ses 17 sièges, Europe Ecologie-Les Verts a réussi son pari et formera un groupe. Noël Mamère, réélu en Gironde, est le seul candidat déclaré. Le député-maire de Bègles a accéléré les choses lundi en proposant que la présidence du groupe soit assurée par "un binôme homme-femme","à l'instar du Parlement européen", pour donner "un signe politique fort" en faveur de la parité et de "toiletter nos institutions". Cette proposition "conforme à la culture politique des Verts", sera faite mardi lors de la réunion du groupe EELV qui compte 17 députés - 9 hommes et 8 femmes après le retrait de la ministre Cécile Duflot en faveur de sa suppléante PS Danièle Hoffman-Rispal -, a affirmé le député, estimant que le groupe EELV "doit se distinguer d'entrée". "Candidat à former ce binôme" en tant que "député qui a de l'expérience",  Noël Mamère, 63 ans et élu depuis 1997, a souhaité que la femme l'accompagnant dans cette tâche incarne "le renouvellement de génération". Selon lui, "la mieux placée est Barbara Pompili" qui a déjà "l'expérience de l'Assemblée nationale et incarne cette nouvelle génération de femmes écologistes". François de Rugy, réélu en Loire-Atlantique, a confié à Libération qu'il serait aussi sur la ligne de départ et l'a confirmé à l'AFP dans l'après-midi. Denis Beaupin, nouvellement élu député de la 10e circonscription de Paris, a de son côté évoqué sa "disponibilité pour prendre des responsabilités".

Commenter cet article

      Nous suivre :
      États-Unis : deux femmes passent sous un train et échappent à la mort

      États-Unis : deux femmes passent sous un train et échappent à la mort

      logAudience