En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Pressée de quitter le gouvernement pour le perchoir, Lebranchu résiste


le 19 juin 2012 à 15h50 , mis à jour le 19 juin 2012 à 18h45.
Temps de lecture
3min
Marylise Lebranchu, le 17 mai 2012.

Marylise Lebranchu, le 17 mai 2012. / Crédits : AFP/L.BONAVENTURE

À lire aussi
PolitiqueLa ministre de la Fonction publique Marylise Lebranchu est soumise à de fortes pressions pour se porter candidate à la présidence de l'Assemblée nationale mais refusait toujours d'y céder mardi en début d'après-midi, selon plusieurs sources.

Dans les couloirs de l'Assemblée nationale, son nom revient avec de plus en plus d'insistance. "Il y a consensus autour d'elle alors qu'il n'y a aucun consensus autour d'Elisabeth Guigou" souligne un responsable socialiste, l'objectif pour l'Elysée et Matignon étant qu'une femme accède au perchoir. Elle, c'est Marylise Lebranchu, ministre de la Fonction publique. Soumise à de fortes pressions pour se porter candidate à la présidence de l'assemblée, elle refusait toujours d'y céder mardi en début d'après-midi.
 
Marylise Lebranchu veut rester au gouvernement pour accomplir sa mission de réforme de l'Etat et de décentralisation, affirme son entourage, tout en reconnaissant qu'elle était soumise à des "sollicitations" pour revenir sur sa décision. Marylise Lebranchu possède en outre un double avantage : elle connait  parfaitement l'Assemblée, où elle détenait dans la précédente législature un des postes clés de questeur (en charge des finances et de l'administration), et, largement réélue dans le Finistère dimanche, elle est députée de province, contrairement à Elisabeth Guigou et Claude Bartolone, tous deux de Seine-Saint-Denis, comme Bruno Le Roux, probable futur président du groupe PS.
 

Intenses tractations


La situation devrait évoluer très rapidement, selon une autre source parlementaire, qui confirme les intenses tractations autour de Marylise Lebranchu. Dans la salle des Quatre-colonnes, la députée PS de la Vienne Catherine Coutelle, qui n'est pas d'accord "pour mettre une femme pour une femme à tout prix", ne cache en revanche pas sa préférence pour Marylise Lebranchu qu'elle a "appréciée en tant que questeur". Elle aimerait qu'elle se porte candidate. "J'ai eu Marylise Lebranchu il y a 30 minutes qui m'a personnellement Confirmé qu'elle ne serait pas candidate" au perchoir, a déclaré devant la presse Claude Bartolone, candidat au poste, avant le conseil national.

Elisabeth Guigou, qui s'est déclarée "disponible", et Claude Bartolone continuaient de placer leurs pions mardi (lire notre article >Perchoir : Bartolone conteste à Guigou l'argument de la parité). 

 

Commenter cet article

  • 421123 : En fait: Ségolène aurait parfaitement convenu...

    Le 20/06/2012 à 02h39
  • pagan29200 : Lebranchu est une femme de caractère, à la forte personnalité et aux compétences déjà prouvées, mais en tant que Breton, j'aimerais qu'elle demeure à son poste de ministre de la décentralisation. Ce pays en a en effet, très besoin et je pense qu'une Bretonne est sûrement plus consciente de ces problèmes et est donc plus à même de réformer les structures de ce pays sclérosé administrativement.

    Le 20/06/2012 à 02h08
  • concileo : Et sinon, la crise économique et financière, la crise politique, la crise sociale, la crise immobilière, la crise de l'emploi, la crise identitaire et culturelle, ils s'en occupent quand ?

    Le 19/06/2012 à 23h37
  • hdsxm : Elle a raison, droite dans ses bottes.

    Le 19/06/2012 à 22h58
  • iletait1xlhomme : Désolé mais ton point de vue fait très macho...

    Le 19/06/2012 à 19h45
      Nous suivre :
      Sarkozy, le retour ? Mais il n'est jamais vraiment parti... 2 minutes 30 pour vous le prouver

      Sarkozy, le retour ? Mais il n'est jamais vraiment parti... 2 minutes 30 pour vous le prouver

      logAudience