En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

PSA : Hollande fustige un plan 'inacceptable"


le 14 juillet 2012 à 13h41 , mis à jour le 14 juillet 2012 à 22h17.
Temps de lecture
3min
François Hollande discours du 14 juillet 2012 discours5
À lire aussi
PolitiqueL'interview télévisée du chef de l'Etat, en ce samedi 14 juillet, a pris une connotation nettement économique et sociale. Il a notamment jugé que le plan social de PSA, qui veut supprimer 8000 postes, doit être "renégocié".

Que peut faire le gouvernement face à l'annonce de PSA, qui a dévoilé jeudi son intention de supprimer 8000 postes en France, et de fermer en 2014 de l'usine d'Aulnay en Seine-Saint-Denis ? D'ores et déjà, le gouvernement a chargé un expert d'examiner le bien fondé des décisions de PSA. Ce samedi, lors de son intervention télévisée du 14 juillet, François Hollande a assuré que "l'Etat ne laissera pas faire". Et d'ajouter : "Ce plan, je le considère en l'état inacceptable" (...) "il doit être renégocié".

Il s'est montré particulièrement virulent à l'égard de la direction du groupe, accusée de "mensonge" et d'avoir reporté l'annonce du plan à l'après-présidentielle. "Ce plan était déjà une rumeur il y a quelques mois, la direction de Peugeot a nié qu'elle était dans la réflexion de ce plan", a-t-il dit.

Les possibles leviers

Le gouvernement ne peut pas interdire la fermeture du site d'Aulnay, mais "nous pouvons faire en sorte de faire qu'Aulnay reste un site industriel, de la même manière qu'il doit y avoir des garanties sur la pérennisation du site de Rennes", a-t-il ajouté. L'Etat pourra agir avec "le chômage partiel", "la formation professionnelle" et "les crédits que nous pouvons apporter", a-t-il précisé. "Expertise, concertation et plan stratégique pour l'automobile" (qui sera dévoilé le 25 juillet) constituent les différentes étapes de réaction, a-t-il égrené. 

Alors que d'autres plans sociaux devraient intervenir dans les prochains mois, le chef de l'Etat a assuré que l'emploi et le "redressement productif" et industriel figuraient parmi ses priorités au même titre que la réduction de la dette.

Evidemment, les déclarations de François Hollande ont suscité de nombreuses réactions politiques, tant à gauche qu'à droite. Mais la plus attendue était celle du représentant des salariés PSA d'Aulnay, le délégué CGT Jean-Pierre Mercier. Ce dernier a jugé sur LCI que le chef de l'Etat avait fait des propositions "insuffisantes, assurant que les employés du site d'Aulnay attendaient des garanties plus fortes de la part du gouvernement.

Vidéo - la réaction du délégué CGT de PSA :

 

Commenter cet article

  • dtjaubertie : Fustigeons monseigneur, fustigeons!

    Le 18/07/2012 à 12h02
  • goufig : Ce n'est pas d'aides a gogo que les entreprises Française ont besoin mais d'un cout du travail à la baisse et d'une taxation sur les produits importés des pays émergents.

    Le 17/07/2012 à 08h06
  • michalowice : Retournez sur votre route 66, qui est si belle, arrêtez de nous abreuver de vos anciens fans qui n'ont aucune valeur actuellement, c'est de l'histoire ancienne !!! si votre coco avait de la poigne, il serait parmi nous, ce n'est pas le cas !!!

    Le 17/07/2012 à 00h26
  • alcyon01 : @sophie et Matger vous oubliez "La Prime à la Casse" c'est bien une aide publique NON et PSA en n'a bien profité.

    Le 16/07/2012 à 09h13
  • avecsarko30 : Bien dit, bravo.

    Le 16/07/2012 à 08h49
      Nous suivre :
      Sarkozy "touché émotionnellement" ? Ce que traduisait sa gestuelle dimanche...

      Sarkozy "touché émotionnellement" ? Ce que traduisait sa gestuelle dimanche...

      logAudience