ARCHIVES

Que retenir du grand oral de Jean-Marc Ayrault ?


le 03 juillet 2012 à 17h33 , mis à jour le 03 juillet 2012 à 21h01.
Temps de lecture
4min
Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault devant l'Assemblée nationale, mardi 3 juillet 2012.

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault devant l'Assemblée nationale, mardi 3 juillet 2012. / Crédits : LCI

À lire aussi
PolitiqueLe Premier ministre a rappelé les réformes voulues par François Hollande lors de la campagne présidentielle avant d'obtenir la confiance du Parlement. L'accent a été mis sur la réduction des déficits publics et la croissance.

Retour du budget à l'équilibre en 2017
Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a confirmé mardi, lors de son discours de politique générale devant l'Assemblée nationale, l'objectif d'un retour à l'équilibre budgétaire en 2017, passant par une réduction du déficit public à 4,5% du PIB cette année. "Oui, la maîtrise des dépenses publiques est indispensable. Mais elle ne sera pas suffisante. De nouvelles recettes fiscales seront mobilisées", a-t-il déclaré.

Abaissement de la prévision de croissance
Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a annoncé mardi que le gouvernement abaissait ses prévisions de croissance à 0,3% pour 2012 et à environ 1,2% pour 2013, contre 0,4% et 1,7% attendus respectivement jusqu'à présent.

Abrogation de la hausse de la TVA
Le Premier ministre a confirmé que la TVA sur le livre et le spectacle vivant, passée à 7% sur décision du précédent gouvernement, allait repasser à 5,5%. Il a aussi confirmé l'annulation du choix du précédent exécutif de faire passer le 1er octobre de 19,6% à 21,2% le taux de TVA "normal". "Les classes populaires et les classes moyennes seront épargnées, puisque sera abrogée la hausse de la TVA programmée pour octobre par le précédent gouvernement", a-t-il déclaré.

Appel au "patriotisme" économique et fiscal
Le Premier ministre s'est adressé "à ces femmes et ces hommes qui par leur savoir-faire, leur intelligence, leur art, créent de la richesse, des emplois de l'activité", espérant les voir "au premier rang" du "combat pour le redressement". "Mobilisez-vous sans attendre ! Aidez la France en créant de l'emploi, en préservant l'activité dans notre pays, en relevant le défi productif", a-t-il lancé. Prenant soin de préciser qu'il n'était "pas l'ennemi de l'argent", M. Ayrault a vilipendé l'utilisation du terme de "fiscalité confiscatoire" par "ceux-là même qui s'autorisent parfois des rémunérations au-delà de tout entendement". "Le patriotisme, c'est servir son pays (...) Le patriotisme ce n'est pas fuir la France pour les paradis fiscaux et laisser à ceux qui restent le poids de l'effort", a-t-il martelé.

Fonction publique : pas de "tournant de la rigueur"
Les créations d'emplois publics annoncées dans certains "secteurs prioritaires" ne constituent pas un "tournant de la rigueur" pour la fonction publique, a déclaré Jean-Marc Ayrault. Les "effectifs de l'Etat connaîtront une stabilité globale, alors que le précédent gouvernement les détruisait massivement", a affirmé le Premier ministre devant l'Assemblée.

Une conférence environnementale à la rentrée
Jean-Marc Ayrault a annoncé l'ouverture "dès la rentrée" d'une conférence environnementale consacrée à la transition énergétique et à la biodiversité, ainsi qu'une réforme du code minier, texte qui régit l'exploitation du sous-sol et donc la recherche de pétrole et de gaz. Il a classé cette conférence parmi les concertations que le gouvernement souhaite mener sur "les priorités du quinquennat". Cette conférence, qui doit permettre de relancer le dialogue environnemental, quelque peu essoufflé depuis les tables rondes du Grenelle de l'environnement en 2007, avait été promise pendant la campagne présidentielle par François Hollande.

Un plan de lutte contre la pauvreté
"Un plan de lutte contre la grande pauvreté sera engagé sans retard", a-t-il déclaré. Une conférence sera organisée "à l'automne avec les associations, les collectivités locales, les organismes de protection sociale, qui sont au cœur de la lutte contre la pauvreté, non, mesdames et messieurs de l'opposition, pas pour parler mais pour trouver ensemble les solutions que les Français attendent", a poursuivi M. Ayrault, rappelant qu'une famille sur sept vit "dans une grande précarité".

Part de proportionnelle aux législatives, fin du cumul des mandats
"Afin de conforter notre démocratie, tout en garantissant la stabilité que permet le scrutin majoritaire, une part de proportionnelle sera introduite dans le mode de scrutin des législatives, pour la prochaine législature", a déclaré M. Ayrault. "Pour permettre aux parlementaires de se consacrer pleinement à leur mission, il sera mis fin, comme c'est déjà le cas pour les membres du gouvernement, au cumul entre un mandat de parlementaire et l'exercice de fonctions exécutives locales" à partir de 2014, a-t-il ajouté. M. Ayrault présentera aussi un projet de loi sur la moralisation de la vie politique "pour prévenir efficacement les conflits d'intérêts et pour adapter les règles de financement des partis politiques", a-t-il dit. Le gouvernement proposera par ailleurs l'ouverture du droit de vote pour les élections municipales "aux étrangers résidant en situation régulière depuis au moins cinq ans sur notre territoire". "Notre ambition est de promouvoir une République rénovée et de moderniser nos institutions", a-t-il souligné. En ce qui concerne les collectivités locales, M. Ayrault a annoncé le dépôt d'un projet de loi "avant la fin de l'année".

Commenter cet article

  • vazin : C'est vrai vous avez raison plus de pouvoir mais nous au moins on 'en 'as eu du pouvoir , vous on ne peux pas en dire autant avec m hollande c'est pas du pouvoir , mais de la soumission et du grand n'importe quoi en ce qui concerne les pauvres oui encore raison nous allons l'être de plus en plus

    Le 13/07/2012 à 16h48
  • michalowice : Encore la droite qui accuse !!! ils sont jaloux, ils n'ont pas su gérer convenablement , le PS redresse le pays, merci Monsieur Hollande !!! La droite se décompose petit à petit ...... Bonnes vacances !!

    Le 07/07/2012 à 12h24
  • tousamis : Oui , il a repete le programme de son "patron"...parfait ? vous ne devez pas être trop dans le besoin ! Ils ont déja dépensé 20 milliards et après ils vont faire payer les français ! 33+7 = 40 milliards la moitié pour les entrprise et la moitié pour les ...français, tous les français...

    Le 04/07/2012 à 19h52
  • tousamis : Oui, c'est très triste pour la France...

    Le 04/07/2012 à 19h50
  • 421123 : L'argent prélevé par les impôts et taxes ne sera plus dans le circuit économique: conséquence, l'activité va encore se réduire. C'est ce qu'ils veulent?

    Le 04/07/2012 à 14h46
      Nous suivre :

      Inde : un léopard sème la panique

      logAudience