En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Peillon et les rythmes scolaires : des maires en colère


le 13 février 2013 à 18h20 , mis à jour le 13 février 2013 à 19h07.
Temps de lecture
3min
Peillon : il ne faut pas importer dans l'école les débats de société
A lire aussi
PolitiqueLe gouvernement vient d'amputer les ressources des communes pour 2014 et 2015. La semaine de 4,5 jours a du plomb dans l'aile.

Vincent Peillon n'avait vraiment pas besoin de ça. Empêtré depuis des semaines dans une contestation enseignante contre sa réforme des rythmes scolaires, voilà que le ministre de l'Education nationale voit la grogne des élus locaux redoubler. En effet, le passage à la semaine des quatre jours et demi a un coût financier pour les communes.  La demi-journée supplémentaire est prévue le mercredi matin, sauf dérogation, pour le samedi matin. Or les maires s'inquiètent du financement de la réforme : frais de personnels, cantine, ramassage scolaire, chauffage/éclairage des écoles et équipements sportifs... Selon eux, la première année sera difficile, mais un fonds d'amorçage de 250 millions d'euros a été débloqué pour les communes qui passeront aux nouveaux rythmes dès 2013. L'aide est prolongée en 2014 pour les plus en difficulté.
 
Mais c'était sans compter les annonces du gouvernement mardi. Après l'arbitrage de  Jean-Marc Ayrault, une brochette de ministres a annoncé une baisse des dotations de l'Etat aux collectivités locales de 3 milliards d'euros, contre 1,5 milliard prévu en septembre dernier. Pour la première fois depuis le début du quinquennat, l'exécutif s'est mis à dos les élus, à commencer par les socialistes, furieux de l'annonce jugée unilatérale d'une cure d'austérité renforcée pour les collectivités locales en 2014-2015.
 
Combien de villes à la rentrée 2013 ?
 
Mardi, le principal syndicat enseignant a expliqué sur RTL une nouvelle fois la colère de ses troupes. « Nous sommes sur une action qui met en lumière la déception de la communauté éducative sur une réforme des rythmes scolaires, qui était attendue et nécessaire, et qui aujourd'hui n'offre pas de garantie", a déclaré le secrétaire général du SNUipp-FSU, Sébastien Sihr. Mais d'ajouter : « Les principaux opposants à la réforme des rythmes scolaires sont avant tout les communes, qui sont en train de traîner les pieds pour 2013".
 
A Paris, la participation à la grève de mardi était de près de 60% où les instituteurs sont très remontés contre le maire, Bertrand Delanoë, qui avait décidé le passage à 4,5 jours, contre 4 actuellement, dès la rentrée 2013. Mais le maire de la capitale lancé un appel au dialogue tout en amorçant un léger recul. "La décision (sur l'application de la réforme à la rentrée 2013 ou 2014) sera prise fin mars", a-t-il dit sur France Info. Dans d'autres grandes villes, la réforme des rythmes scolaires pour 2013 semble ajournée. Le maire socialiste de Lyon Gérard Collomb a affirmé mardi au Figaro qu'avec l'annonce du gouvernement de réduire les dotations aux communes, il « prendrait le temps pour réussir cette réforme ». A Marseille, Jean-Claude Gaudin a déjà fait savoir qu'il n'appliquerait la réforme qu'en septembre 2014.  
 
Si les plus grandes et les plus riches villes de France ne peuvent ou veulent appliquer la semaine des quatre jours en 2013, comment le ministre Vincent Peillon pourra-t-il convaincre des petites communes si réticentes ?  Celui qui n'a jamais été élu local va devoir faire preuve de diplomatie avec des maires mis au régime sec. Rentrée 2013 ou 2014 ? Le temps de la concertation prend fin dans un mois et demi. 
 

Commenter cet article

  • clara_75 : Tout à fait d'accord avec vous et je suis parisienne et il m'arrive de partir en week end aussi ! je connais plein de profs auj. retraités qui sont tous d'accord car ils ont testé les deux systèmes : avec la classe le mercredi, les gamins étaient "claqués" le vendredi après-midi, donc peu concentrés ! Par contre, avec la classe le samedi matin, cela allait bcp mieux... Franchement, on peut partir en week end le samedi à 11H30 après la classe. Et puis, il y a aussi des parents qui travaillent en horaires décalés, qui travaillent le week end...sans parler de ceux qui passent le samedi après-midi au supermarché en famille ; ceux-là feront les courses dans le calme pendant le temps de classe le samedi matin...après ils auront 1 jour 1/2 pour consacrer du temps à leurs enfants, non ?

    Le 19/02/2013 à 09h33
  • stba : L'idée est très bonne de modifier le rythme scolaire des enfants, en effet nous sommes dans un pays où leurs journées sont trop longues, MAIS le gouvernement oublie une chose en se comparant aux autres pays (Allemagne, Suède, etc...) c'est que le rythme des adultes est du coup adapté à celui des enfants, il quitte plus tôt le travail et ont une pause de midi très courte loin des 2 heures de la France ! Et il commence aussi plus tôt le travail le matin, ils ont de quoi profiter du reste de leur journée avec les enfants, et les enfants ont beaucoup plus de loisirs ! Bref ! L'idée est bien mais il y a encore bien des choses à changer !

    Le 18/02/2013 à 00h30
  • jamesap : Bla bla bla... une demi-journée de plus et c'est la fin du monde! Mais quel pays de flemmards, sérieusement. On envoie pas ses enfants pour qu'ils soient "gardés" à l'école, mais parce que c'est obligatoire et que ça fait partie du devoir d'éducation. A ceux qui râlent, arrêter de faire des marmots sur des coups de tête ou sans avoir peser le pour et le contre : trop d'entre vous ne sont pas capables de s'en occuper dignement... et vous nous coûter cher!

    Le 14/02/2013 à 23h55
  • dindonne69 : Evidemment que le chauffage est coupé dans les écoles le mercredi, de même que le weekend, et ça on le sait bien quand on vient bosser dans notre classe le mercredi matin pour préparer notre fin de semaine ! Mais comme le dit enzococo cela ne représente pas grand chose au vu de la dépense que les communes devront faire pour assurer un encadrement de qualité

    Le 14/02/2013 à 22h40
  • flavias : On veut prôner cette réforme pour le bien être des enfants, quand on voit encore le nombre de fermeture des classes qui est envisagé pour la rentrée 2013 il y a de quoi s'inquiéter, cela me dérange pas qu'ils aillent à l'école le mercredi matin, mais quand on voit maintenant les devoirs qu'ils ont quand ils rentrent à la maison et même après qu'ils ont fait une heure de plus après l'école, comment voulez vous qu'ils ne sont pas fatigués, on ne peut pas blâmer l'enseignante comment peut elle apprendre a des enfants quand elle a 3 section a s'occuper comme CP CE1 CE2 !!! mais ça on n'en parle pas !!!

    Le 14/02/2013 à 16h12
      Nous suivre :
      PDG de Total : les premières images du crash

      PDG de Total : les premières images du crash

      logAudience