En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Nicolas Sarkozy a plein d'amis à Nice


le 24 août 2012 à 10h55 , mis à jour le 24 août 2012 à 11h17.
Temps de lecture
4min
Nicolas Sarkozy en mars 2012/Image d'archives

Nicolas Sarkozy en mars 2012/Image d'archives / Crédits : ABACA

À lire aussi
PolitiqueChristian Estrosi et Brice Hortefeux organisent vendredi et samedi le premier rassemblement des Amis de Nicolas Sarkozy. L'occasion pour les candidats à la présidence de l'UMP de rivaliser d'amabilités envers l'ancien chef de l'Etat.

A trois mois de l'élection par l'UMP d'un nouveau leader, la quasi-totalité des ténors du parti, François Fillon excepté, se sont donné rendez-vous vendredi et samedi à Nice pour célébrer leur ancien champion Nicolas Sarkozy, absent du rassemblement mais présent dans tous les esprits. Si l'UMP n'a pas organisé cette année d'université d'été, ce "premier rassemblement" de l'Association des amis de Nicolas Sarkozy, créée dans la foulée de la défaite de l'ex-président, y supplée tant les responsables de la droite se bousculent pour figurer sur la photo de famille. Les festivités, organisées par l'ancien ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, et le maire de Nice, Christian Estrosi, sarkozystes historiques et respectivement président et secrétaire général de l'Association, ont lieu aux arènes de Cimiez, sur les hauteurs de la cité azuréenne.
 
Le secrétaire général de l'UMP et presque officiellement candidat à l'élection de novembre, Jean-François Copé, est de la partie tout comme les autres prétendants - déclarés ou encore hésitants - à la présidence du parti Nathalie Kosciusko-Morizet, Bruno Le Maire et Xavier Bertrand. Seul absent de poids: le favori des sondages (auprès des sympathisants UMP) François Fillon, la jambe toujours dans le plâtre. Ses trois lieutenants, Valérie Pécresse, Eric Ciotti et Laurent Wauquiez, le représentent, et M. Estrosi va lire un message de l'ancien Premier ministre. Vendredi après-midi, une réunion à huis clos des membres fondateurs de l'Association précèdera la photo de groupe devant le musée Matisse et une conférence de presse de MM. Hortefeux et Estrosi.

"Le label Sarkozy"
 
Séquence nostalgie samedi matin avec la projection d'un film d'une dizaine de minutes sur le quinquennat Sarkozy, qui insistera sur le bilan à l'international. "On ne pourra pas ne pas faire la comparaison avec le président banal" François Hollande, ironisent les organisateurs. Quelque 3.000 personnes sont attendues au rassemblement de samedi lors duquel, outre les discours de MM. Hortefeux et Estrosi, de nombreux responsables ont demandé à prendre la parole pour rendre hommage à Nicolas Sarkozy. "Tout ce petit monde est bien conscient que le label Sarkozy vaut de l'or et qu'on ne peut pas être élu à la tête de l'UMP sans faire assaut de sarkozysme, tant le coeur des militants bat encore" pour lui, ironise un proche de l'ancien chef de l'Etat.
 
Mais M. Estrosi met en garde: "il est totalement exclu de faire de ce rassemblement une tribune personnelle" en vue du congrès de l'UMP. Selon un tout récent sondage Ifop, 53% des sympathisants UMP veulent que Nicolas Sarkozy "revienne dans la vie politique et soit candidat de la droite"
à la présidentielle de 2017. Chez les dirigeants de l'UMP, chacun y va donc de son couplet. NKM, qui n'a pas eu de mots assez durs pour dénoncer une campagne présidentielle trop droitière, juge que l'absence de Nicolas Sarkozy crée "un très grand vide à droite", tandis que M. Copé ne manque pas une occasion d'évoquer son "lien très singulier" avec l'ancien président.
 
M. Fillon a d'ailleurs surpris en revendiquant sa "différence" avec M. Sarkozy et en voyant dans le "fillonisme" une "approche plus sereine et pragmatique". Dans un contexte de duel très tendu, le camp Copé y a aussitôt vu un faux pas et rappelé M. Fillon à l'orthodoxie sarkozyste. Selon Christian Estrosi, l'Association voit ses adhérents gonfler de jour en jour: "on est à 6.000", assure-t-il. Mais promis juré, il ne s'agit absolument pas de préparer en sous-main un quelconque retour sur la scène politique de Nicolas Sarkozy. "Si un jour, il décidait de revenir, nous lui ouvririons grand les bras", admet un élu sarkozyste.

Fillon sur Sarkozy : "j'assume"

Commenter cet article

  • saneman : Et vos propos sont modestes ...pour moi c'est le PIRE !

    Le 26/08/2012 à 08h23
  • quelavenir : Monsieur le Président Sarkosy ; dites aux mous de quitter votre Parti !

    Le 25/08/2012 à 18h36
  • __camille__ : @mataf7475: "complices" diriez vous plutôt ?

    Le 25/08/2012 à 12h47
  • __camille__ : Amis ou courtisans ? Ce n'est pas exactement la même chose !

    Le 25/08/2012 à 12h45
  • mcg35 : @tousamis - Et quand on voit le niveau à "la fête de la Rose" ... !!!

    Le 25/08/2012 à 11h32
      Nous suivre :
      EXTRAIT Sept à Huit : aux Etats-Unis, la police est dans l'école

      EXTRAIT Sept à Huit : aux Etats-Unis, la police est dans l'école

      logAudience