ARCHIVES

Copé crée la polémique avec son pain au chocolat


le 06 octobre 2012 à 10h57 , mis à jour le 06 octobre 2012 à 20h32.
Temps de lecture
4min
Jean-François Copé, à Draveil, le 13 juin 2012.

Jean-François Copé, à Draveil, le 13 juin 2012. / Crédits : AFP/K.TRIBOUILLARD

À lire aussi
PolitiqueJean-François Copé a déclenché la polémique pour avoir évoqué en meeting le cas d'un jeune qui se serait fait "arracher son pain au chocolat" au motif "qu'on ne mange pas au ramadan".

Après le racisme anti-blanc, Jean-François Copé a déclenché une nouvelle polémique. Lors d'un meeting à Draguignan vendredi soir, le candidat à la présidence de l'UMP a évoqué le cas d'un jeune qui se serait fait "arracher son pain au chocolat par des voyous" au motif "qu'on ne mange pas au ramadan".

"Il est des quartiers où je peux comprendre l'exaspération de certains de  nos compatriotes, père ou mère de famille rentrant du travail le soir, apprenant que leur fils s'est fait arracher son pain au chocolat par des voyous qui lui expliquent qu'on ne mange pas pendant le ramadan", a déclaré le  secrétaire général de l'UMP vendredi soir. "Il y a des familles de France qui vivent en silence leur souffrance et à  qui personne ne parle jamais autrement qu'en les stigmatisant et en les  traitant de tous les noms au point qu'ils sont obligés de baisser la tête et de  partir s'il le peuvent le plus loin possible alors qu'ils sont citoyens de la  République française", a-t-il ajouté.

Le web s'empare de la remarque

Samedi matin, les propos du candidat à la présidence de l'UMP étaient  abondamment commentés sur la toile, nombre d'internautes y voyant un appel du  pied aux électeurs du Front national. Mais cette "anecdote" n'est pas nouvelle : dans son livre "Manifeste pour une droite décomplexée" où il dénonce un "racisme anti-blanc" dans certains quartiers, Jean-François Copé évoque déjà le cas de collégiens à qui on arrache leur goûter pour cause de ramadan. "Je pense  à ces parents d'élèves traumatisés parce qu'un de leurs fils, qui prenait son  goûter à la sortie du collège, s'est fait arracher sa nourriture des mains par une bande de jeunes qui se prenait pour une brigade iranienne de promotion de  la vertu: pas pendant le ramadan !, avait-elle ordonné", écrit-il page 41.

Jean-François Copé a justifié ses propos samedi, en expliquant qu'il y avait "derrière ce type de comportements une volonté d'instrumentaliser les religions". Il a expliqué avoir voulu décrire "des petites scènes du quotidien qui sont autant de petites blessures, de petites souffrances qui, parfois, sont plus grandes qu'on ne le croit". "Je trouve que le rôle d'un responsable politique, c'est à la fois de le dénoncer et lorsqu'il est républicain, comme c'est mon cas, de proposer des réponses", a-t-il poursuivi. Les réponses, selon lui, "existent" et "appellent à la fois la fermeté mais aussi l'ouverture d'esprit, la lutte contre toutes les formes d'ignorance et puis de tout faire pour éviter les amalgames". "Les religions n'ont rien à voir avec tout cela lorsqu'elles sont pratiquées dans le cadre de la République. Elles sont toutes respectables".

Un virage trop à droite

La porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, a dénoncé "la volonté manifeste de Jean-François Copé d'instrumentaliser le vivre ensemble". "Il faut en prendre chacun des aspects ? il faut se poser sérieusement la question: comment on fait pour que les Français vivent bien. Le jour où il (M. Copé) voudra s'exprimer sereinement au lieu de chercher à exploiter les peurs et les fantasmes, alors je serai prête à l'écouter", a ajouté la porte-parole. Selon le premier secrétaire par intérim du PS, Harlem Désir, Copé "agit cyniquement" et "se ridiculise".

Le président de l'Observatoire contre l'islamophobie, Abdallah Zekri, a de son côté accusé le maire de Meaux de "virer à l'extrême droite". "Il veut faire plaisir aux extrémistes de son parti, et comme d'habitude, il faut taper sur les musulmans et les jeunes des quartiers", a estimé M. Zekri. "Je ne regrette pas d'avoir déchiré il y a deux ans ma carte de l'UMP, dont certains dirigeants tiennent des discours plus extrémistes que celui du Front national", a ajouté le président de l'Observatoire contre l'islamophobie, qui dépend du Conseil français du culte musulman (CFCM).

Commenter cet article

  • guyguette2 : Et......????????? Tout ça pour en venir où ???

    Le 07/10/2012 à 15h33
  • garrouch : On préfère l'original à la copie,Monsieur Copie!!!!!!!!!!

    Le 07/10/2012 à 11h19
  • kosotto1 : Il espère quoi Copé en attisant ainsi les haines entre communautés ? C'est tout ce qu'il reste à la droite comme projet de société pour l'avenir de notre pays?

    Le 07/10/2012 à 09h03
  • prairie4x4 : Pour une fois qu'un politicien dit la verité , on va pas lui en vouloir !!!

    Le 07/10/2012 à 08h48
  • nebuleuse57 : Tout va bien,sauf que l'on subit le quotidien.

    Le 07/10/2012 à 08h42
      Nous suivre :

      Qui est cette reine qui règne sur la feria d’Arles ?

      logAudience