En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Bureaux "luxueux" : vilipendée par le Canard Enchaîné, la BPI répond

Edité par
le 05 juin 2013 à 16h12 , mis à jour le 05 juin 2013 à 17h24.
Temps de lecture
3min
Les locaux de la BPI à Paris, boulevard Haussmann.
À lire aussi
PolitiqueLe Canard Enchaîné reproche cette semaine à la BPI d'avoir choisi des bureaux "haut de gamme" de 10.000 m2 dans le coeur de Paris. Appelé par MYTF1News, l'établissement d'Etat dénonce une "polémique honteuse" et "un tissu de mensonges".

La BPI est-elle victime de la folie des grandeurs ? Le Canard Enchaîné assure ce mercredi que les nouveaux locaux parisiens de la Banque publique d'investissement sont loin d'afficher la sobriété que la situation économique préconise. Selon l'hebdomadaire satirique, le loyer annuel de ce bâtiment, d'environ 10.000 m2, situé Boulevard Haussmann, serait de 6,6 millions d'euros.
 
Un chiffre totalement bidon, jure à MYTF1News Antoine Boulay, le directeur des Relations Institutionnelles de la BPI. L'établissement d'Etat, ayant négocié son bail, va débourser 369 euros le mètre carré, et non 630 euros, comme l'avance le Canard Enchaîné, explique-t-il. Dénonçant une "polémique honteuse", il pointe de nombreuses erreurs factuelles au sein de l'article, comme la durée du bail, de 6 ans en réalité, alors l'hebdomadaire évoque le double. "C'est un tissu de mensonges", résume-t-il.

Un "bâtiment fonctionnel", répond la BPI
 
Présentée dans sa plaquette publicitaire comme "un édifice spectaculaire qui s'organise autour d'un atrium central planté d'arbres exotique", cette antenne de la BPI est avant tout, selon Antoine Boulay, un "bâtiment fonctionnel", située dans le cœur de la capitale, et donc au plus près des PME parisiennes avec lesquelles elle va collaborer.
 
Par ailleurs, le Canard Enchaîné indique que des locaux situés à Maisons-Alfort (où se trouve le siège social de la BPI) devaient être libérés fin 2014 pour accueillir l'antenne parisienne de la BPI. Mais le directeur des Relations Institutionnelles de la BPI juge absurde l'idée d'un double déménagement en raison du coût qu'entrainerait une installation provisoire en attendant une installation définitive à Maisons-Alfort en 2014.

 

 

Commenter cet article

  • mactan.1 : Avec 6,6 millions d'euros de loyer par an, je pense que l'on aurait pu faire quelques appartements chaque année pour des milliers de personnes qui attendent un logement.....l'argent publique gaspillé en France on sait faire....

    Le 07/06/2013 à 03h30
  • tommy2323 : Royal nous dira qu'elle n'était pas d'accord avec le choix des locaux : les politiques commandent nous avait-elle expliquer l'autre jour ... Ben là va falloir nous expliquer le pourquoi de ce commandement !

    Le 06/06/2013 à 15h11
  • tommy2323 : A-t-on le choix ?

    Le 06/06/2013 à 15h09
  • al38240 : Les impôts et les taxes continuent à augmenter : pourquoi ce gouvernement ne se paierait-il pas des bureaux luxueux pour son BPI ??? BPI qui est l'émanation d'OSEO mais comme OSEO avait été conçu sous Sarkozy..........

    Le 06/06/2013 à 14h15
  • al38240 : Et qu'en pense notre prolixe shooby ??? C'est encore un coup des "umpistes" et de Sarko !

    Le 06/06/2013 à 14h11
      Nous suivre :
      Une journaliste démissionne en direct pour se battre pour la légalisation du cannabis

      Une journaliste démissionne en direct pour se battre pour la légalisation du cannabis

      logAudience