En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Les exportations de caviar interdites


le 03 janvier 2006 à 12h33
Temps de lecture
4min
caviar oeufs esturgeons

Crédits : LCI

A lire aussi
SciencesToutes les exportations de caviar sont désormais interdites dans le monde, aux termes mardi d'une décision internationale qui vise à enrayer la contrebande endémique des oeufs d'esturgeon afin d'éviter la disparition de l'espèce. L'exportation d'oeufs d'esturgeon d'élevage reste autorisée.

La Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (Cites) a décidé mardi d'interdire toutes les exportations de caviar et autres produits d'esturgeon issus de zones de pêche partagées entre plusieurs pays, principalement la Mer Caspienne. En pratique, tous les esturgeons vivent dans des eaux que se partagent plusieurs pays.

Interdiction plus large

Outre la Caspienne, la Cites a constaté "un grave déclin" des populations d'esturgeon dans les autres zones de pêche commune comme celles de la mer Noire et du cours inférieur du Danube (Roumanie, Bulgarie), ainsi que dans le fleuve Amour (Heilongjiang en chinois) entre la Chine et la Russie. L'exportation d'oeufs d'esturgeon d'élevage reste autorisée.

La Cites, un organe onusien qui regroupe 169 pays, a rejeté les quotas de pêche soumis par les pays exportateurs pour 2006, estimant qu'ils "ne reflètent pas pleinement la diminution des stocks ou ne tiennent pas suffisamment compte de la pêche illégale". Depuis 1998, la Cites avait déjà pris des mesures d'interdiction des exportations de caviar, mais qui ne portaient que sur certaines espèces d'esturgeon parmi les plus menacées et que sur certaines zones de pêche comme celle de la mer Caspienne, d'où provient 90% du caviar mondial, a expliqué David Morgan, chef de l'unité scientifique du secrétariat de la Cites. "L'interdiction (annoncée mardi) est plus large", a-t-il dit.

Des sources légales

 La Cites demande aussi aux importateurs comme l'Union européenne de "veiller à ce que toutes les importations proviennent de sources légales". Ces pays doivent établir un système d'enregistrement de leurs usines de traitement et de réemballage ainsi que des règles pour l'étiquetage du caviar réemballé. Beaucoup d'entre eux "n'appliquent toujours pas de mesures en ce sens", a regretté l'organe onusien. Les pays producteurs sont par ailleurs invités à "mettre l'accent sur le contrôle du commerce intérieur des esturgeons", le caviar étant "une denrée très prisée localement dans ces pays".

"La Cites a jusqu'au 31 janvier pour prendre une décision sur les quotas" et les exportations sont suspendues "dans l'attente de la décision de la Cites", a déclaré mardi Armen Petrossian, le président de l'Association internationale des importateurs de caviar. "Il n'est pas question qu'on enlève les quotas" de pêche pour l'année 2006 même s'il est "certain qu'il seront réduits", a-t-il souligné. "Aujourd'hui, la priorité, c'est la lutte contre le commerce illégal, ce n'est pas l'interdiction du commerce", a ajouté le président de l'association. En interdisant toute exportation, "on irait à l'envers de la logique qu'on veut poursuivre : si on veut préserver l'espèce, il faut une exportation raisonnée de l'espèce", a-t-il pointé.

La Cites est par définition incapable d'évaluer l'ampleur de la contrebande en provenance des principaux pays exportateurs que sont l'Iran, la Russie et le Kazakhstan, riverains de la Caspienne. Mais le trafic illégal représenterait "plusieurs fois les quantités vendues légalement", a estimé David Morgan. Il alimenterait 90% du marché français, premier marché de l'UE, estime le ministère de l'Ecologie.

La décision de la Cites aura peu d'effet sur le trafic des oeufs d'esturgeon en Russie, selon un responsable du WWF de Russie, Evegueni Chvarts. Motif : "L'essentiel de la consommation se fait à l'intérieur de la Russie". "Ce n'est cependant pas une décision inutile car il y a aussi l'exportation d'Iran et le problème de l'exportation du caviar azerbaïdjanais", a-t-il ajouté. L'essentiel des ventes de caviar russe, soit 1.200 tonnes par an, se fait illégalement, et seules dix tonnes sont vendues via les circuits légaux, a récemment reconnu le ministère russe de l'Agriculture.

(AFP)

Commenter cet article

  • Terlis : Achetez et mangez donc du caviar français d'Aquitaine, tout aussi bon, moins cher et d'élevage.

    Le 03/01/2006 à 18h27
  • BRIGITTE : ENFIN DES BONNES NOUVELLES DEPUIS LE TEMPS, C'EST VENU A L'ESPRIT DE PERSONNE.. MERCI BRIGITTE

    Le 03/01/2006 à 16h10
      Nous suivre :
      Grande-Bretagne : la reine Elizabeth tweete pour la première fois

      Grande-Bretagne : la reine Elizabeth tweete pour la première fois

      logAudience