En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Grippe aviaire: l'Allemagne offre son aide à la Turquie


le 07 janvier 2006 à 19h15
Temps de lecture
4min
poules coq oiseaux grippe aviaire élevage
À lire aussi
SciencesLa présence de foyers de grippe aviaire en Turquie inquiète l'Allemagne, qui craint l'arrivée d'oiseaux migrateurs porteurs du redoutable virus. Le ministre allemand de la Santé a proposé l'envoi d'experts au gouvernement turc. Quatre cas humains de la maladie ont été confirmés en Turquie.

"Nous proposons formellement notre aide à la Turquie. Si le gouvernement d'Ankara le souhaite, nous enverrons sans tarder des virologues de l'institut fédéral de recherche vétérinaire (BLI) de Riems", qui travaille sur un prototype de vaccin contre la grippe aviaire. Cette proposition d'assistance a été faite par le ministre allemand de la Protection des consommateurs, Horst Seehofer, dans le journal Bild am Sonntag de dimanche.

Il faut dire que la situation en Turquie inquiète l'Europe. "Les cas (de grippe aviaire) en Turquie montrent que nous devons aussi être très prudents. Bientôt, des millions d'oiseaux migrateurs voleront au-dessus de l'Allemagne. Certains pourraient être infectés", rappelle ainsi le ministre allemand. Les cas humains confirmés de la maladie se succèdent : un quatrième a été signalé samedi par les autorités turques, qui ont recensé de nouveaux foyers d'infection de volailles dans l'est du pays. L'Organisation mondiale de la santé a déjà dépêché en Turquie une équipe d'experts chargés d'évaluer la situation aux portes de l'Europe.

Cliquez ici pour accéder
à notre dossier
Nombreuses demandes d'hospitalisation

"Il y a quatre cas (humains) confirmés par les laboratoires, trois en provenance de Dogubeyazit et un de Van. Deux de Dogubyazit sont morts, comme vous le savez", a déclaré samedi le ministre turc de la Santé. Trois enfants d'une même famille originaire de la petite ville de Dogubeyazit, près de la frontière iranienne, sont morts entre dimanche et vendredi après avoir joué avec la tête d'un poulet malade, abattu et mangé par la famille. Le H5N1 a été détecté chez deux des enfants décédés, devenus les premières victimes humaines de la grippe aviaire hors d'Extrême-Orient, les tests s'avérant négatifs pour le troisième. Les autorités n'ont pas indiqué si le quatrième enfant de cette fratrie, lui aussi hospitalisé, était porteur du virus.

Le ministre turc de la Santé a indiqué par ailleurs qu'une grande majorité de la trentaine de personnes actuellement hospitalisées pour grippe aviaire présumée provenaient de Dogubeyazit - l'un des foyers identifiés. Il s'est toutefois efforcé d'apaiser la panique - concrétisée par de nombreuses demandes d'hospitalisation - en affirmant qu'il n'y avait pour l'heure aucune indication d'une transmission du virus de l'homme à l'homme. "Nous ne nous attendons pas à une épidémie qui puisse affecter l'ensemble du public", a-t-il souligné. Les experts affirment en effet que la maladie ne se contracte pour l'heure qu'au contact de volailles infectées, mais craignent une éventuelle mutation du virus permettant une contamination plus facile dans les populations.

Le gouvernement turc montré du doigt

Le ministre turc de l'Agriculture a annoncé pour sa part que la grippe aviaire avait été détectée sur des volatiles dans deux nouvelles provinces de l'est de la Turquie, Bitlis et Erzincan. Trois foyers d'infection avaient été confirmés la veille en Anatolie orientale, un autre dans une bourgade du sud-est anatolien et un cinquième près d'Ankara.

Les autorités font face à de nombreuses critiques les accusant de traîner des pieds: les premières alertes à la grippe aviaire dans l'est du pays remontent à près de deux mois. Un chef de village de la province d'Agri a affirmé avoir été contraint d'appeler à l'aide un fonctionnaire qu'il connaissait à Ankara pour faire face à la mort de ses volailles alors qu'une équipe de vétérinaires avait effectué des prélèvements un mois plus tôt mais n'avait pas communiqué les résultats des tests. L'Union des vétérinaires turcs a accusé le gouvernement d'avoir fait preuve de "lassitude" après avoir endigué une première flambée de grippe aviaire dans le nord-ouest en octobre.

Le danger des moutons

Le transport de moutons à travers la Turquie pour le sacrifice rituel de la fête qui marque la fin du pèlerinage à la Mecque pourrait favoriser l'extension de la grippe aviaire dans ce pays, a prévenu le président de l'ordre des médecins d'Istanbul. Bien que les moutons et le bétail ne soient pas affectés par la grippe aviaire, les animaux qui ont vécu à proximité d'oiseaux malades peuvent porter le virus sur leur peau ou leurs pieds, a-t-il précisé devant la presse selon l'agence Anatolie.

Photo d'ouverture : archives

Commenter cet article

  • Jean-Marc Demoulin : Bonjour, Je trouve que l'Europe en général, ne prend pas assez compte des risques émanents de Pays non seulement comme la Turquie mais en fait également comme la Géorgie, pays frontalier de la mer Noire. La chaine de télévision RUSTAVI-2 www.rustavi2.com annonce des problèmes dans des élevages de centaines de poulets mais pour eux ce n'est pas la grippe aviaire. Qui contrôle donc ces pays qui seront un jour considérés comme Européens et qui sont peut-être finalement à la base de la contamination turque, roumaine, allemande, et de plus en plus à l'ouest...

    Le 09/01/2006 à 12h58
  • TITI : La Turquie, qui prétend vouloir adhérer à l'Europe ... faut-il rire ? Nous n'en voulons pas pour des raisons politiques et de comportements humains. En outre, elle est dépassée par la menace de la grippe aviaire et fait appel à l'Allemagne. Elle a traîné les pieds dans cette affaire et il est à redouter que les cas qui seront relevés montreront son incapacité et son hypocrisie à faire face à ce genre d'évènement.(le virus a été identifé depuis des semaines ... le temps a passé et nous voilà aux portes de l'impensable et de l'incompréhensible ! Ce pays ne fait pas face à ses responsabilités.

    Le 07/01/2006 à 20h21
      Nous suivre :
      Impressionnantes éruptions à la surface du soleil

      Impressionnantes éruptions à la surface du soleil

      logAudience