En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Nucléaire : un document "confidentiel défense" sur Internet

Edité par
le 17 mai 2006 à 17h53
Temps de lecture
3min
manif contre EPR à Cherbourg
A lire aussi
SciencesLes Verts, Greenpeace et le réseau Sortir du nucléaire ont mis en ligne sur Internet un document sur l'EPR classé "confidentiel défense". Un mouvement de solidarité en réaction à la garde à vue d'un militant anti-nucléaire pendant 14 heures par la DST.

Le réacteur du projet de centrale nucléaire EPR pourrait-il résister au crash d'un avion de ligne ? Un document émanant d'EDF et classé "confidentiel défense" qui aborde cette question est disponible depuis jeudi sur Internet. Il a été mis en ligne par des associations anti-nucléaires mais aussi par plusieurs élus de la République, comme la sénatrice Dominique Voynet et le député Yves Cochet, tous deux membres des Verts.

Ce "mouvement de désobéissance civile", comme l'appelle Hélène Gassin (Greenpeace France), a été décidé mercredi soir après la garde à vue pendant près de 14 heures de Stéphane Lhomme, porte-parole du Réseau "Sortir du nucléaire". Le matin même, "à 8 heures, une dizaine de membres de la DST [Direction de la surveillance du territoire] et autant de policiers bordelais ont débarqué à mon domicile", raconte Stéphane Lhomme à LCI.fr. "Vous ne fermez pas votre porte à clé et les policiers rentrent chez vous, c'est ça, l'insécurité !", plaisante-t-il, en précisant plus sérieusement que les forces de l'ordre ont été "très correctes".

"Pourquoi ne se sont-ils réveillés que maintenant ?"

Le militant a été placé un epremière fois en garde à vue chez lui, pendant 5 heures : "ils ont épluché tout ce qu'ils trouvaient" avant de saisir documents, téléphone mobile, ordinateur portable et disque dur. Stéphane Lhomme a ensuite été conduit au commissariat central de Bordeaux, où il a été placé en garde à vue pendant encore 9 heures. Il a longuement été interrogé sur la provenance du document d'EDF, que le réseau a rendu public dès 2003.

"Pourquoi ne se sont-ils réveillés que maintenant ?, demande le porte-parole de Sortir du nucléaire. Je ne sais pas mais il est hors de question de livrer des noms." Ces documents émanent de collaborateurs d'EDF, poursuit-il, "éventuellement de gens haut placés". Car, "en off, les dirigeants d'EDF trouvent le projet trop coûteux", assure-t-il. Stéphane Lhomme est désormais en attente d'être convoqué par la DST et le Parquet de Paris. "On nous accuse de mettre en danger les gens en divulguant ces informations, précise-t-il, et nous répondons qu'on ne met personne en danger puisque l'EPR n'est pas encore construit !"

"Pied de nez"

Les anti-nucléaires ont été nombreux à dénoncer le sort réservé à Stéphane Lhomme. La mise en ligne du document d'EDF et l'appel à sa publication généralisée constituent "une manifestation de solidarité à l'égard de Stéphane ainsi qu'un pied de nez à cette opacité qui entoure le nucléaire en France", explique à LCI.fr Sergio Coronado, le porte-parole des Verts. Le document est ainsi présenté sur le site du parti ainsi que sur ceux de certains de ses élus (Dominique Voynet, Yves Cochet, Jean Desessard), de Greenpeace, de Sortir du nucléaire, de la Confédération paysanne et même d'ONG étrangères. "Poursuivre en justice tout le monde serait ridicule, pointe Sergio Coronado. En même temps, le gouvernement, qui a considérablement durci ses positions sur le nucléaire ou les OGM, est prêt à tout."

"Sur l'EPR, Iter ou les déchets nucléaires, les Français ont droit à un débat", justifie Hélène Gassin, de Greenpeace France. Or, pointe-t-elle, "le gouvernement et les industriels du nucléaire n'en tiennent pas compte". Et les anti-nucléaires estiment que la transparence est impossible depuis qu'un arrêté ministériel d'août 2003 interdit la divulgation d'informations sur le nucléaire jugées sensibles.

photo : manifestation d'opposants à l'EPR à Cherbourg, le 15 avril dernier (LCI)

Commenter cet article

  • Ben : @ robert : l'ouverture du marché énergique à la concurrence ne rendra les énergies plus propres, il ne faut pas réver... Privatisation = course aux bénéfices, les producteurs font chercher à produire moins cher les uns que les autres, ils vont donc tous se tourner vers l'énergie la moins chère à produire : le nucléaire... L'économie de marché ne cherche pas à etre propre mais à etre rentable..... PS : bon courage pour pédaler quand il n'y aura ni assez de vent ni assez de soleil pour te fournir de l'énergie (ca consomme une maison moderne : PC, lave-linge, lumière, chauffage, etc.....)

    Le 22/05/2006 à 09h07
  • Robert : J'en vois un ici qui trouve les centrales nucléaires très belles et qui les contemple de l'autoroute à chaque fois qu'il passe devant : attends qu'elle pète, mon garçon, tu verras, c'est très joli aussi (la radioactivité très concentrée parfume l'air : on a l'imprssion qu'il est très frais... Pendant ce temps, ça pénètre partout dans ton corps ppour te tuer à petit feu....). Très intéressant aussi le calcul sur le nombre d'éoliennes qu'il faut pour remplacer le nucléaire : multiplier par 83 ce qui existe : vous trouvez que c'est beaucoup pour vivre en sécurité ? Moi pas - en tout cas, je fais construire en ce moment et ce qui est sûr c'est que dans 6 mois je serai indépendant en production d'énergie : solaire, éloienne, etc., ça sera dans mon jardin et les criminels d'EDF, BASTA! La privatisation d'EDF, c'est pas si mal puisqu'on va pouvoir choisir son énergie - moi, ça sera vert, c'est clair!!!

    Le 21/05/2006 à 19h58
  • Yves : Le temps des militants écolos anti-nucléaires rock'n'roll est révolu... Fini le cinéma, les démonstrations en costume de carnaval devant les médias... Qu'on se le dise, chez nos gentils écologistes. S'ils veulent servir l'écologie, qu'ils arrêtent de jouer sur les phobies des gens. La population a appris à réfléchir, elle pèse le pour et le contre de manière rationnelle.

    Le 20/05/2006 à 15h32
  • Eric : Voilà un bon sujet polémique (pour ne pas dire de troll). Le problème est que les anti et les pro ont raisons tous les deux. Le nucléaire présente un risque non négligeable et un problème dans le long terme mais c'est la seule énergie 'utilisable partout' qui soit non émettrice de CO2 et économiquement intéressant. (on ne peut pas construire de barrage hydro-électrique ou d'usine marémotrice où l'on veut, et encore moins un champs de photopiles et d'éoliennes).Toutefois le nucléaire ne supprime pas le problème du pétrole pour les automobiles. Pour les peureux, le panache blanc des centrales nucléaires n'est que de la vapeur d'eau et les 'cheminées' des tours de condensation pour récupérer l'eau refroidit sortant des turbines à vapeur qui génèrent l'électricité. C'est aussi simple qu'une locomotive, sauf que cela ne consomme pas du charbon. On peut toutefois essayer de réduire drastiquement notre consommation. La technologie nous aide pour cela : les appareils électriques, bien que de plus en plus nombreux, consomment de moins en moins individuellement. Moi je suis pour le nucléaire et pour son remplacement dès que possible. Le problème le plus difficile sera plutôt de remplacer nos moteur à pétrole pour les voitures et surtout pour les avions.

    Le 19/05/2006 à 15h34
  • Jerome : J habite en suisse et y a pas si lgtps que ca, les ecolos ont fait stopper un projet de montage d eolinne pour ne pas dénaturer le paysage. Donc voila, aux finals ils veulent quoi les écolos?? On sait tres bien que pour l instant la seul solution pour produire le moins chere en quantite c est le nucleaire. ET si y avai pas eu de 11 septembre personne ne se poserait la question de savoir si un reacteur peut resister aux crach d un avion de ligne. il faut arreter la psychose.

    Le 19/05/2006 à 13h45
      Nous suivre :
      Leur avion gèle, ils descendent pour le pousser

      Leur avion gèle, ils descendent pour le pousser

      logAudience