En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Le suicide, deuxième cause de mortalité des jeunes


le 15 mai 2006 à 16h02
Temps de lecture
3min
Suicide via Internet

Crédits : INTERNE

À lire aussi
SciencesEnviron 13.000 personnes se sont suicidées en France en 2003, selon le ministère de la Santé. Il s'agit de la deuxième cause de mortalité chez les jeunes mais les hommes âgés de 85 ans et plus sont les plus touchés.

En 2003, 10.664 décès par suicide ont été identifiés en France (7.943 hommes et 2.721 femmes), soit autant que l'année précédente, selon une étude publiée par les services statistiques du ministère de la Santé. Il s'agit de données encore provisoires établies sur la base des certificats de décès. Mais, de 20 à 25% des suicides ne seraient pas répertoriés comme tels, ce qui porterait en fait leur nombre "aux alentours de 13.000".

Les 35-44 ans et les 45-54 ans sont les classes d'âge les plus touchées, avec, pour chacune, près de 2.200 décès par suicide identifiés en 2002. Les suicides masculins représentent près de 80% de l'ensemble des suicides chez les 15-24 ans et les 25-34 ans, alors que les suicides féminins constituent près du tiers des suicides parmi les 55-64 ans. Si le décès par suicide concerne surtout les hommes, "les tentatives sont majoritairement le fait des femmes, surtout jeunes", souligne la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees).

"Quasi-indifférence"

Le taux de suicide croît fortement avec l'âge et atteint son maxima chez les hommes de 85 ans et plus : sur 100.000 hommes de cet âge, 124 se sont suicidés en 2002. "Le taux de décès par suicide des hommes est ainsi dix fois plus élevé après 84 ans qu'entre 15 et 24 ans", soulignent les auteurs de l'étude. En effet, pour 100.000 jeunes de 15-24 ans, on a enregistré 12 décès par suicide en 2002. Les décès étant rares à cet âge, le suicide représente néanmoins la deuxième cause de mortalité (14% des décès en 2002) après les accidents de transport, c'est pourquoi "l'on parle davantage du suicide des adolescents", note l'étude.

Tous âges confondus, la pendaison est le mode de suicide le plus fréquent (45% en 2002), suivi par l'utilisation d'une arme à feu (16%) et l'intoxication (15%). Environ 8% des adultes déclarent avoir fait une tentative de suicide au cours de leur vie. Au total, quelque 195.000 tentatives de suicide seraient prises en charge chaque année par le système de soins.

S'inquiétant de la "quasi-indifférence de la société" face à ce phénomène, le président de l'Union nationale pour la prévention du suicide (UNPS), Michel Debout, avait fin janvier préconisé des "mesures ciblées à destination des adultes". La "tentation suicidaire, avait-il résumé, intervient souvent lorsque la personne est dans une situation de rupture : licenciement, divorce, surendettement ou deuil".

Commenter cet article

  • Georges apertis : Le probleme du suicide n'est pas lié à la frustration, mais au DESESPOIR. Preferer se donner la mort que d'agoniser dans un hopital pourri me parait justifié. Les statistiques en effet ne precisent pas les causes du suicide, ni les origines sociales des victimes... Peut etre que la vie n'est pas aussi confortable pour tout le monde, messieurs les ministres? Bientot une loi pour interdir le suicide, avec amende pour la famille et tout... c'est sûr....

    Le 21/05/2006 à 15h00
  • Bibou : Et bien concernant le suicide c'est clair qu'en vivant ds une société aussi pourrie que la notre, ces chiffres ne sont pas surprenants. J'ai fait une longue dépression il y a plusieurs années et donc plusieurs tentatives. La solitude, les échecs successifs, le manque de solidarité... Tout ça peut pousser au desespoir et à l'envie d'en finir une bonne fois pour toutes. Aujourd'hui j'ai la chance d'avoir trouvé la paix, ce qui n'est pas le cas de tous ceux qui réussissent ou tentent le suicide. Commençons par ouvrir l'oeil et nous nous apercevrons que des gens souffrent pas loin de chez nous, parmi nos proches parfois... Il faudrait plus de moyens et de solidarité... Je rêve peut-etre un peu trop. Merci de me publier....

    Le 21/05/2006 à 13h54
  • Margaux : Voilà quelque chose que l'on sait depuis longtemps et qui devrait amener tout le monde à réfléchir, parce que n'importe qui peut être touché par ce drame. C'est à mon avis un problème bien plus important que l'affaire Clearstream ou que les démêlés de nos politiques...

    Le 20/05/2006 à 14h27
  • Blandine : Je pense que dans le suicide, ce n'est pas l'affaire de "mesures générales" mais surtout de compréhension de l'entourage proche. Dépression intérieure, une déception non exprimée, ou un grand manque de "dialogue et compréhension" dans les familles ou amis ou proches. On a souvent le coeur trop froid, parce que nous, nous sommes "bien".Mais la personne qui souffre ne vit pas les choses de la meme façon. Nous devrions etre moins egoiste parfois.

    Le 19/05/2006 à 16h23
  • Béa : Merci d'avoir publier, tous ses témoignages, dont 2 qui m'ont terriblement touché : Opticon de st brieuc, et Ptilu de Nantes. merci encore d'avoir donné a tous ses personnes la possibilité de s'exprimer sur un sujet aussi grave

    Le 19/05/2006 à 08h19
      Nous suivre :
      Australie : des surfeurs de l'extrême défient les rochers

      Australie : des surfeurs de l'extrême défient les rochers

      logAudience