En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Astronomie : trois nuits d'étoiles filantes (5/5)

Edité par
le 03 août 2006 à 07h00
Temps de lecture
3min
Léonides étoiles filantes comètes astronomes DR: S. Jungers/Ciel & Espace

Crédits : INTERNE

À lire aussi
SciencesDernier rendez-vous de LCI.fr et la revue Ciel & Espace pour découvrir la meilleure amie des astronomes : la nuit. A partir de ce jeudi soir, les observatoires s'ouvrent au grand public pour les Nuits des étoiles. L'occasion d'assister à une pluie d'étoiles filantes.

De jeudi à samedi, les nuits étoiles">Nuits des étoiles célèbrent la nuit partout en France. La nuit noire constitue le seul lien palpable que nous ayons avec l'Univers et avec la nature.

Ce sera donc l'occasion pour les astronomes, outre d'accueillir le public pour les initier aux observations du ciel nocturne, de les sensibiliser aussi sur le problème de la "pollution lumineuse". La multiplication des éclairages nocturnes fait en effet disparaître de plus en plus d'étoiles de la voûte céleste. On estime que seulement 10% des quelques milliers d'astres normalement visibles à l'œil nu seraient observables dans nos cités. Et que plus de la moitié des habitants de l'Union européenne arrivent à discerner la Voie lactée, notre galaxie.

En 2003, l'Association française d'astronomie (Afa), organisatrice des Nuits des étoiles, et l'Union des astronomes amateurs italiens, avaient lancé un appel à la Commission européenne pour qu'elle se penche sur la question. Et adopte une norme à l'échelle européenne pour limiter la pollution du ciel nocturne. Cette demande est restée sans suite. Mais ça et là, des initiatives apparaissent, souvent en collaboration avec des astronomes amateurs, pour mener une réflexion sur l'éclairage public.

Poussières de comète

TF1/LCI Ciel et Espace juillet 2006
Découvrez  le dossier spécial
NUIT dans le numéro d'août .
Cliquez ici pour accéder au site de Ciel & Espace
Pour cette édition 2006 des Nuits des étoiles, les astronomes vous donnent rendez-vous dans 300 sites d'observations. Un événement qui coïncide avec une "pluie" d'étoiles filantes, les Perséides. Comme chaque été, la Terre croise, du 17 juillet au 24 août, la trajectoire d'un essaim de poussières laissées par la comète Swift-Tuttle — du nom de ses découvreurs, Lewis Swift et Horace Tuttle, en 1862. Ces poussières deviennent visibles pendant plusieurs secondes sous forme de traînées lumineuses très brillantes, lorsqu'elles entrent dans l'atmosphère terrestre et s'y consument.

Olivier Las Vergnas, président de l'Afa, donne quelques conseils pour ne rien manquer du spectacle céleste : "Il faut essayer d'observer un ciel le plus noir possible. Il faut donc s'éloigner des sources lumineuses, lampadaires et lampes extérieures, y compris la lampe du jardin. C'est aussi important de s'habituer à l'obscurité avant de regarder le ciel. Enfin, il faut s'installer confortablement, sur une chaise longue assez inclinée par exemple. Ne pas hésiter non plus à prendre une couverture, un thermos de boisson chaude. Il ne reste plus alors qu'à profiter du spectacle".

photo : S. Jungers/ciel & Espace


Commenter cet article

  • Coulet : Jouons le Requiem de Mozart pour les étoiles filantes!...

    Le 03/08/2006 à 20h56
      Nous suivre :
      Sept à huit: Suspendu dans le vide, frissons garantis !

      Sept à huit: Suspendu dans le vide, frissons garantis !

      logAudience