En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Stop à la construction de l'incinérateur de Fos


le 02 août 2006 à 20h46
Temps de lecture
4min
fos usines futur incinérateur
A lire aussi
SciencesLe tribunal d'Aix-en-Provence a ordonné mercredi la suspension des travaux du futur incinérateur, voulu par Marseille à Fos-sur-Mer, sous peine d'une astreinte de 10.000 euros par jour, et a nommé un expert pour recenser les espèces protégées sur le site.

Y'aura-t-il un jour un incinérateur à Fos-sur-Mer? Mercredi, les juges d'Aix-en-Provence ont intimé l'ordre d'arrêter les travaux en cours pour la construction du futur incinérateur, souhaité par la ville de Marseille, sur le site de Fos-sur-mer. Le tribunal des référés a également soumis les responsables du projet à une astreinte de 10 000 euros par jour de travaux supplémentaires.

L'intercommunalité Ouest Provence, sur les bords de l'étang de Berre, et l'association écologiste Fare Sud, qui bataillent pour éviter l'implantation sur leur territoire de l'incinérateur destiné à traiter les déchets des Marseillais, avaient saisi le tribunal en référé à la suite de la découverte d'une plante protégée, le lys maritime.

Le lys protégé par un arrêté ministériel de 1994

L'audience a eu lieu mardi et le tribunal a statué mercredi en faveur des demandeurs, rappelant qu'un permis de construire délivré par arrêté ministériel ne permettait pas de déroger à la protection de cette plante, instituée par un arrêté ministériel de 1994. La société EveRé, chargée de la construction de l'incinérateur, avait fait élaborer par la société Biotope une étude écologique sur le lys maritime et les moyens de le protéger, que le tribunal juge "pour le moins succincte et très théorique" et "sans véritable démarche scientifique".

Cette étude a par ailleurs été commandée "manifestement sous la pression des opposants au projet" et alors que "la déclaration d'ouverture du chantier avait déjà été établie pour le 1er août", souligne le tribunal. Les juges ont nommé un expert chargé notamment de "recenser les espèces végétales et animales protégées", qui disposera de deux mois pour rédiger un rapport, un délai susceptible d'être prorogé, selon le jugement.


"Une petite fleur réduit à néant la belle assurance"

Pour Bernard Granié, le président socialiste de Ouest Provence, qui regroupe six communes autour de Fos-sur-mer, "il aura suffi d'une petite fleur pour réduire à néant la belle assurance" des "initiateurs de ce projet scandaleux" qui "croient pouvoir imposer leur propre loi". "Nous sommes dans tous les cas conscients que le combat ne s'arrête pas là et que nos adversaires ne sont pas encore dans l'incapacité de nuire", a-t-il ajouté.

"Une persécution de plus"

De son côté, Robert Assante, l'adjoint au maire de Marseille délégué à l'environnement et au traitement des déchets, a dénoncé "une persécution de plus sur ce dossier". "Nous sommes stupéfaits de voir que ce n'est que sur ce périmètre de 20 hectares qu'il existe le lys maritima", a-t-il poursuivi. Et d'ajouter : "de là à ce qu'il y ait des mesures discriminatoires vis-à-vis de nous, la question reste posée". Pour l'élu marseillais, ""rien n'est arrêté", "c'est une parenthèse" qui "ne remet pas en cause le fond du dossier".

L'incinérateur est destiné à traiter 410.000 des 600.000 tonnes d'ordures ménagères de la communauté urbaine de Marseille, 100.000 tonnes par méthanisation, 300.000 par incinération. L'incinérateur doit remplacer l'immense décharge à ciel ouvert d'Entressen, près de Marseile.

D'après AFP

Génération Ecologie veut une vraie politique des déchets

La présidente de Génération Ecologie, France Gamerre, a souhaité mercredi une "véritable politique nationale" sur les déchets  ménagers, réagissant à la suspension judiciaire des travaux du futur incinérateur à Fos-sur-Mer. L'interdiction prononcée par le tribunal d'Aix-en-Provence de poursuivre le projet "montre que le principe de précaution, inscrit dans la charte sur l'Environnement, n'a pas été entièrement pris en  compte initialement", a-t-elle souligné. Avant d'aller plus loin "avec les procédés d'incinération des déchets  ménagers, il est nécessaire d'avoir un débat clair sur la question au lieu de  les régler au coup par coup avec force procès", plaide France Gamerre. La candidate déclarée à l'élection présidentielle estime notamment qu'une  "véritable politique de gestion des déchets doit passer avant tout par une réduction de de ces derniers à la source", mais aussi par des "valorisations par  tri".

Commenter cet article

  • EMILE.S : Comment peut on se regarder dans une glace,dormir la nuit, et bafouer allègrement le droit à la santé de gens qui ne demandent qu'à vivre tanquille.Des responsables comme le préfet devrait se poser la questions,mais j'avais oublié qu'il est aux ordres de Sarkozy,le grand ami de Gaudin.PENSEZ Y LORS DES ELECTIONS PRESIDENTIELLES.

    Le 03/08/2006 à 20h17
  • Seguier : On nous parle de développement durable, et à juste titre vu l'état de la planète. Pour moi, le projet d'incinérateur est tout le contraire. Il existe des moyens, certes plus coûteux, de se débarrasser des déchets, on en a largement fait le tour dans les débats qui ont opposé la ville de Fos et la communauté urbaine de Marseille. Heureusement qu'il existe des fleurs à préserver, car en les préservant on se préserve nous aussi de la débacle des hommes.

    Le 03/08/2006 à 16h53
  • Etienne Flouw : Faut-il encore une fois rappeler que l'Europe ne demande pas la fermeture de la décharge d'Entressen mais sa mise aux normes? L'ex-futur incinérateur n'a donc pas vocation à remplacer un équipement certes à aménager mais déjà existant.A qui la construction d'un four à ordures géant et dangereux est-il profitable?

    Le 03/08/2006 à 16h31
  • Etienne : Si Co de Chartres veut venir passer des vacances à Fos sur mer, il trouvera de grandes places propres entourées de rafinerie avec des seuils de pollution largement au dessus du tolérable. Alors il y a des projets alternatifs à l'incinérateur proposés par ouest provence mais, Marseille est tellement préhistorique en matière de recyclage, qu'il est surtout urgent d'aller augmenter la pollution des communes de l'étang de Berre (sur un terrain appartenant hélas au port autonome) contre l'avis unanime des élus locaux (qui ne sont même pas maitre de ce qui est construit sur leur commune), de la population, de la région et du préfet qui préfèrent les alertatives. Mais M gaudin a dit alors ... vive le ro... heu... vive la démocr... enfin qu'il en reste. merci à TF1 de me publier

    Le 03/08/2006 à 14h21
  • Philippe : Le débat sur l'incinérateur vient de loin. il pose à la fois des questions techniques (est-ce la meilleurs solution quand on a même pas encore été fichu de mettre en place le tri ?) et politiques (est-il normal d'aller brûler ses déchets chez un voisin qui par ailleurs a une politique volontariste de tri ?) l'affaire est donc devenue largement politique. vu de l'extérieur le combat devient risible (les opposants s'accrochent à chaque possibiltié, y compris un lys maritime, la fin justifiant les moyens) vu d'ici il paraît tout à fait pertinent de TOUT mettre en oeuvre pour arrêter ce projet dont personne ne veut (à part M. Gaudin et son équipe).

    Le 03/08/2006 à 11h11
      Nous suivre :
      ZapNet - Noël : c'est quoi ces animaux aux mains d'humains ?!

      ZapNet - Noël : c'est quoi ces animaux aux mains d'humains ?!

      logAudience