En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

A l'écoute du bruit en Ile-de-France


le 13 septembre 2006 à 16h47
Temps de lecture
3min
[Expiré] train voies ferrées gare Paris

Crédits : sxc.hu

À lire aussi
EnvironnementL'organisme Bruitparif mesurera pendant près d'un an la pollution sonore en région parisienne. Le bruit est la principale nuisance identifiée par les Franciliens.

L'observatoire du bruit en Ile-de-France, Bruitparif, lancera en octobre une campagne de mesures du bruit dans la région. Les mesures, qui dureront jusqu'en fin 2007, renseigneront sur la multi-exposition des Franciliens aux différentes sources de pollution sonore : ferroviaire, routière, aérienne, industrielle...

"Le bruit est identifié comme la principale nuisance" par les habitants de la région parisienne, a souligné mercredi Pascal Marotte, directeur de l'observatoire. "Le bruit sera mesuré sur 250 sites en un an, pendant une durée de un à sept jours pour documenter les différentes typologies d'exposition au bruit", a précisé la directrice de l'organisme, Fanny Mietlicki.

Cette campagne répond aux exigences d'une directive européenne qui impose d'ici au 30 juin 2007 aux agglomérations de plus de 250.000 habitants et aux grandes infrastructures de transport d'établir des "cartes stratégiques" du bruit devant permettre d'élaborer des plans de lutte. "Paris sera sûrement prêt, mais l'ensemble des collectivités d'Ile-de-France ne le sera pas", a averti Michel Vampouille, vice-président du Conseil régional chargé de l'Environnement.

Voitures, trains, avions...

Selon les données collectées par Bruitparif, un demi-million de personnes résideraient en zone de "point noir" pour le bruit routier, plus de 55.000 sont exposées au bruit des voies ferrées et 2,34 millions sont régulièrement survolées par des avions dont 334.000 de façon quotidienne.

"Jusqu'ici les seules mesures du bruit étaient effectuées par les sources émettrices, comme les compagnies aériennes, et ce facteur a été trop négligé dans les plans d'aménagement des infrastructures", a remarqué Jean-Paul Huchon, président du Conseil régional d'Ile-de-France. Il a affirmé que la région a dépensé 330 millions d'euros depuis 1998 pour la protection acoustique, notamment la couverture du boulevard périphérique parisien.

D'après AFP

photo : voies ferrées à Paris (sxc.hu)

Commenter cet article

  • Pierre marie vallez : Je rassure les parigots, ils ne sont pas seuls à subir les "pétrolettes" , en face de chez moi des timbrés roulent jours et nuits avec leurs engins, impossible de dormir la fenêtre ouverte, je précise que j'habite un petit village (750 habitants)et que personne ne fait rien alors que tout le monde de la rue râle!!!à quoi serve les lois , les maires, les gendarmes ????

    Le 15/09/2006 à 07h27
  • Albert : C'est une très bonne chose que cette étude. Le bruit est une telle nuisance que beaucoup de Parisien se sentent désormais oppressés lorsqu'ils sont à la campagne, oppressés par le silence des lieux. Ca fait peur.

    Le 14/09/2006 à 14h18
  • Ségolène : Ca c'est sur!!Il suffit de se ballader dans Paris ou en banlieue pour le constater : le bruit, en plus de la pollution de l'air, est une nuisance considérable et tape sérieusement sur les nerfs des urbains!!

    Le 14/09/2006 à 13h57
  • BRIGITTE : Et comme faire? car autout de bruit il y à des terriens avec deux oreilles ET QUI VIVENT et depuis toujours la question reste SANS REPONSE... bb

    Le 14/09/2006 à 12h53
  • Tony : Blabla et blabla et rebabla comme d'habitude ! encore une vaste co... et oui 2007 approche !

    Le 13/09/2006 à 17h46
      Nous suivre :
      Multiplication des mails frauduleux pour la rentrée

      Multiplication des mails frauduleux pour la rentrée

      logAudience