En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Encore une semaine de perturbations ?


le 17 avril 2010 à 12h33
Temps de lecture
4min
Gaz

Le mercaptan qui s'est échappé lundi d'une usine chimique de Rouen est un gaz nauséabond, qui peut être toxique à forte concentration. / Crédits : TF1/LCI

A lire aussi
EnvironnementSelon l'Institut météorologique d'Islande, les vents vont probablement continuer à pousser les cendres du volcan vers l'Europe pendant encore 4 à 5 jours. La France sera en tous les cas touchée à 90% par les particules dimanche.

On ne les voit pas, mais elles continuent leur chemin. Les poussières volcaniques venues d'Islande continuaient samedi de se déplacer vers le sud de la France. Lentement certes, du fait des faibles vents, mais sûrement. Elles devaient ainsi atteindre dans la soirée les Pyrénées, la Méditerranée puis l'Espagne, selon Météo France. Au final, dimanche matin, la quasi-totalité de la France (au moins 80 à 90% du pays, à l'exception sans doute de la Corse) devrait se retrouver sous les poussières volcaniques, selon un ingénieur à Météo France. "Lundi, quelques pluies devraient remonter de l'Aquitaine aux Pays de la Loire avec un léger vent de sud. A priori, les poussières ne devraient pas aller plus loin que l'Espagne", a-t-il ajouté. "Il est possible que sous ces précipitations quelques particules arrivent au sol et puissent éventuellement créer une pollution", a-t-il dit. Et ce n'est pas fini. Le volcan islandais continuant de cracher, le nord du pays ne sera pas pour autant totalement épargné par l'extension des poussières vers le sud. 

Pour le reste, difficile d'être sûr et exact. "Un flux de sud, une dépression en formation au sud de l'Espagne et du Portugal, risque aussi de contrarier le flux de nord en cours et les poussières risquent de stagner sur l'Europe. Rien n'est encore sûr", a indiqué un autre ingénieur à Météo France.  Outre une grande partie du nord de la France, le nuage de poussières volcaniques se trouvait samedi "au-dessus des îles britanniques, des pays scandinaves, de l'Europe centrale et de l'ouest de la Russie", a-t-il précisé. Plus inquiétant, selon la météo britannique, le nuage semble s'ancrer au Nord de l'Europe, alors qu'il poursuit sa course vers le Sud dans le même temps.

Une semaine sans avions ?

Et pour l'institut météo islandais, les vents vont probablement continuer à pousser les cendres du volcan vers l'Europe dans les 4 à 5 prochains jours au moins. "Les cendres vont continuer à être dirigées vers le Royaume-Uni et la  Scandinavie", a déclaré le météorologue de permanence à l'Institut. "C'est la prévision générale pour les jours à venir, plus ou moins dans les deux jours qui viennent et probablement pour les quatre à cinq jours prochains", a-t-il ajouté.  Ces poussières peuvent atteindre une altitude de 11 km mais sont concentrées à quelque 6 km du sol, c'est-à-dire précisément à l'altitude empruntée par les avions.

Une lueur d'espoir cependant. L'éruption semblait baisser en intensité samedi. Selon l'Office météorologique islandais, le volcan de l'Eyjafjallajokull rejette des cendres avec moins de force, la colonne de fumée culminant entre 5.000 et 8.000 mètres d'altitude après avoir oscillé entre 6.000 et 11.000 mètres quand il est entré en éruption cette semaine. Le volume de magma semble également baisser. "Des signes indiquent que la pression est en train de décroître et que l'éruption sera plus calme", a dit Armann Hoskuldsson, vulcanologue à l'Universé d'Islande.

Bergthora Thorbjarnardottir, géophysicienne à l'Office météorologique, met toutefois en garde: "Cette éruption pourrait se poursuivre longtemps, chaque volcan est différent et nous n'avons pas beaucoup de recul sur celui-là - il n'était plus entré en éruption depuis 200 ans. Il nous faut l'observer très attentivement, parce que tous les volcans se comportent différemment les uns des autres. La dernière fois qu'il était entré en éruption, le phénomène s'était poursuivi avec des phases d'activité et d'inactivité pendant plus d'un an", a-t-elle ajouté.

Commenter cet article

  • vincent59000 : On peut pas savoir quand le volcan s'arretera ...

    Le 18/04/2010 à 11h13
  • k3lly75 : Bonjours a tous, j'ai prévu d'aller au sud de l'europe et je me demande si tou va revenir o normal...?? pensez-vous que cela va durée long temps? j'espére avois des reponces a mes questions je vous remerci

    Le 18/04/2010 à 01h24
  • alexandre2012 : Nous sommes entre Roissy et Paris, on se croirait désormais en Dordogne depuis avant-hier. Il règne un calme surprenant. Plus de bruit de fond permanent...

    Le 18/04/2010 à 00h18
  • missilabeth : La SNCF serait bien inspirée dans un cas pareil de stopper ses grêves, si la situation doit continuer voir s'agraver, il faudra bien que les gens se déplacent et rentrent chez eux.

    Le 18/04/2010 à 00h15
  • lucien31 : Je suis d'accord avec vous, je pourrais très bien aller aux Caraïbes, mais comme je ne sais pas ce que nous réserve l'avenir, je préfère faire les jolies régions campagnardes de notre France par les petites routes sympas,, quel repos, et pas de stress.

    Le 17/04/2010 à 23h57
      Nous suivre :
      Ces pandas ne veulent vraiment pas prendre leurs médicaments

      Ces pandas ne veulent vraiment pas prendre leurs médicaments

      logAudience