En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Un moratoire sur la construction du réacteur EPR de Flamanville ?

Edité par
le 30 mars 2011 à 22h47 , mis à jour le 30 mars 2011 à 22h54.
Temps de lecture
2min
nucléaire stop fumée nuke centrale
EnvironnementL'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) pourrait envisager de suspendre la construction du réacteur EPR de Flamanville 3, premier de ce type en France, en réaction à la crise nucléaire japonaise.

Est-ce le deuxième effet Fukushima ? L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) pourrait envisager de suspendre la construction du réacteur EPR de Flamanville 3, premier de ce type en France, en réaction à la crise nucléaire japonaise, a déclaré mercredi son président, André-Claude Lacoste.
 
A la question de savoir si l'accident de la centrale nucléaire de Fukushima déclencherait un moratoire sur le projet d'un EPR à Penly (Seine-Maritime), le président, s'exprimant devant le Parlement, a estimé qu'il restait encore du temps pour y réfléchir, alors que la mise en chantier de ce réacteur nouvelle génération n'a pas encore commencé. Toutefois, le patron de l'Autorité nucléaire française a ajouté qu'il faudrait étudier en priorité la suspension de la construction de l'EPR à Flamanville, fourni par Areva et qui doit être opéré par EDF, au Nord-Ouest du pays. "Je pense que si la question d'un moratoire se pose, et nous nous la posons, ce sera sur la construction de Flamanville 3", a déclaré André-Claude Lacoste.  "C'est typiquement le genre de réflexion que nous aurons dans les prochains mois", a-t-il poursuivi.
 
L'entrée en service du réacteur de Penly, qui sera opéré par l'électricien EDF, est attendue pour 2017.  Le site de Flamanville a quant à lui, où la construction a déjà démarré, a deux ans de retard sur l'échéancier initialement prévu.

Commenter cet article

  • gp34090 : L'EPR est un fiasco total. La France a été jusqu'à maintenant incapable de mené à bien la construction d'une centrale de ce type et il n'y a que très peu de chance qu'elle y parvienne un jour. L'EPR est l'arlésienne du nucléaire.

    Le 01/04/2011 à 18h25
  • humanoide56 : Alkira200 Oui d'ou la suspension du projet ITER, le thorium est certe beaucoup plus facile à manipuler, reste à trouver les moyens techniques "long terme" pour le contenir et surtout comment éliminer un isotope Th 228 qui représenterait un volume considérable en tant que déchet, probable l'incinération in situ !

    Le 01/04/2011 à 02h47
  • herve543 : Le projet ITER répondra sans doute avec un risque mesuré aux attentes énergetiques du futur: la fusion nucléaire engendrant moins de composés radioactifs.....mais bien sûr il faut tester ces technologies tout comme l'EPR .

    Le 31/03/2011 à 20h47
  • alkira200 : Ben justement le mox contient du plutonium ... Les chinois, indiens, américains entre autres, font des recherches sur un autre combustible nucléaire, le thorium, qui pose beaucoup moins de problèmes de retraitement et d'utilisation, et qui est également largement plus abondant que l'uranium... Pourquoi ne pas l'avoir utilisé avant ? Il ne produit pas de plutonium, les militaires n'en voulaient pas!

    Le 31/03/2011 à 19h10
  • alkira200 : SuperPhénix était un vrai cauchemar! Rien que le fluide calo-porteur ( le liquide qui évacue la chaleur du réacteur pour produire de la vapeur et ensuite faire tourner une génératrice) posait de sérieux problèmes, c'était du sodium liquide! Pour info le sodium pur brûle au contact de l'air et a une réaction explosive avec l'eau ...

    Le 31/03/2011 à 18h51
      Nous suivre :
      Les images du groupe d'Indiens qui émerge de la forêt amazonienne pour la première fois

      Les images du groupe d'Indiens qui émerge de la forêt amazonienne pour la première fois

      logAudience