En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Chiens, Taser et caméras pour protéger les centrales nucléaires


le 06 janvier 2012 à 08h58 , mis à jour le 06 janvier 2012 à 17h54.
Temps de lecture
4min
Centrale nucléaire

Image d'archives / Crédits : TF1/LCI

A lire aussi
EnvironnementClaude Guéant a détaillé vendredi le dispositif de sécurité renforcé qui va être mis sur pied pour surveiller les centrales nucléaires après l'intrusion de militants de Greenpeace. L'organisation écologiste réagit en évoquant un "bricolage".

L'intrusion, début décembre, de militants de Greenpeace aux abords de plusieurs centrales nucléaires avait jeté le soupçon sur le niveau sécurité des sites français. Ce vendredi, Claude Guéant a dévoilé la parade : des caméras, des systèmes d'alarmes et des équipes cynophiles viendront compléter le dispositif de sécurité. Avant de livrer son plan d'action lors d'une visite à la centrale nucléaire de Chinon, le ministre de l'Intérieur a détaillé ces mesures dans les colonnes du Parisien. "On va traquer toutes les failles, si infimes soient-elles (...) Le système de protection passive des centrales va être amélioré", assure-t-il.

Cette amélioration passe notamment par une meilleure communication : "les échanges de renseignements entre EDF et les gendarmes" seront améliorés "pour mieux détecter en amont toute tentative d'intrusion" dans les centrales, indique Claude Guéant. En outre, il sera procédé à des "élagages" de végétation pour améliorer la visibilité, et dans d'autres sites "des caméras, des clôtures supplémentaires, des systèmes d'alarme sonores et des équipes cynophiles" seront déployés. De plus, les gendarmes seront équipés "de pistolets à impulsion électrique pour gérer les problèmes d'intrusion non terroriste sur un site nucléaire". Et Claude Guéant de commenter : "Il n'est pas anodin de s'introduire dans une centrale et il est important que les militants qui l'ont fait soient condamnés".

Des crédits pour la sécurité, mais aussi pour la fiabilité

Cet entretien a été publié par Le Parisien alors que le ministre, en compagnie du PDG d'EDF, Henri Proglio, se rend ce matin au Centre nucléaire de production d'université de Chinon où "il évoquera un plan d'action commun mis en place par EDF et la gendarmerie, destiné à améliorer encore davantage la protection des sites nucléaires". Une convention qui visera à "améliorer la protection des sites et les dispositifs anti-intrusions" sera conclue entre le ministère de l'Intérieur et EDF à cette occasion, a-t-on ajouté. A Chinon, Claude Guéant rencontrera des "gendarmes des pelotons spécialisés de protection de la gendarmerie (PSPG)", unité qui assure depuis 2009 la sécurité des centrales.

L'intrusion de Greenpeace a révélé "des défaillances dans notre dispositif", avait reconnu le ministre dès le mois dernier, lors de l'opération des militants de Greenpeace, tout en relevant que si l'attaque avait été réelle, "les réactions des forces de l'ordre ne seraient pas de la même nature que celles" adoptées contre les activistes. Il avait alors promis que "les choses seraient remises à plat", en évoquant "une mission d'inspection générale" et "des crédits" réservés par EDF pour renforcer la sécurité.

Du "bricolage"

Greenpeace, justement, a réagi vendredi soir aux dernières annonces de l'Intérieur : pour l'organisation, les mesures constituent "du bricolage", a estimé Greenpeace dont plusieurs militants s'étaient introduits début décembre dans deux sites. "Cela vise à dissuader Greenpeace de rentrer dans une centrale mais pas du tout à s'adresser à des terroristes", a déclaré Sophia Majnoni d'Intignano, chargée des questions nucléaires pour Greenpeace. 

Au-delà de la sécurisation des sites, la ministre de l'Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet a réuni jeudi soir les exploitants des installations nucléaires après les recommandations de l'Autorité de sûreté nucléaire qui, dans son rapport post-Fukushima, appelle à renforcer la robustesse des centrales nucléaires. Elle a souligné qu'elle n'entendait pas "entrer dans une logique de marchandage avec les opérateurs" sur le coûts de la mise en oeuvre de ces recommandations. "Le gouvernement a pris position. Toutes les prescriptions de l'ASN devront être réalisées", a-t-elle assuré. EDF a déjà chiffré qu'il devrait supporter jusqu'à 10 milliards d'euros de surcoût suite à ce rapport, en plus des investissements colossaux d'environ 40 milliards qu'il avait déjà programmés pour son parc de réacteurs. Le patron d'Areva, Luc Oursel, s'est pour sa part refusé à tout commentaire à l'issue de la rencontre de jeudi soir. Cinq sites industriels du groupe nucléaire public sont concernés par les recommandations de l'ASN et Areva a assuré dès mardi qu'il se plierait aux exigences de l'Autorité.

Commenter cet article

  • kosotto1 : Je propose aussi les jars, ou bien une barrière aquatique avec des crocodiles ou encore des reptiles.

    Le 07/01/2012 à 10h34
  • lolmi2 : Et pourtant elles se font casser quand même !!!

    Le 07/01/2012 à 08h45
  • solex94 : J'ai l'impression que cela vous inquiète tous maintenant la sécurité des centrales, avant que greenpeace s'introduise a l'intérieure de celles ci personne ne s'en préocuper n'ai je pas raison ? a oui le Français est raleur il faut tout le temps qu'il ronchone

    Le 07/01/2012 à 07h59
  • 421123 : Si "Objectif Stratégique": les consignes devraient être le "TIR à VUE".

    Le 07/01/2012 à 02h39
  • criski : C'était pas déjà fait ?, même pas avec vigipirate ? je commence réellement à douter des rélles capacités de sécurité, et ce n'est pas politique ni de droite, ni de gauche, ni du milieu ,ni de chaque bout, c'est juste un mec qui commence à flipper pour ses enfants.

    Le 06/01/2012 à 20h47
      Nous suivre :
      Il marque 4 paniers en 30 secondes et empoche… 10.000 dollars !

      Il marque 4 paniers en 30 secondes et empoche… 10.000 dollars !

      logAudience