En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×

Discours de N. Sarkozy à Daumeray : réactions !

Edité par
le 20 février 2009 à 16h10
Temps de lecture
3min
[Expiré] [Expiré] festival avignon

Crédits : AFP

À lire aussi
Actu en continu

La déclaration de Nicolas Sarkozy, à Daumeray (Maine et Loire), en faveur d'une modernisation « offensive » de l'agriculture française (avant la réforme de la PAC de 2013), ainsi que l'annonce du suspens du gel des crédits budgétaires 2010 du Ministère de l'Agriculture, ont été accueillis favorablement par les responsables agricoles. 



Nous vous donnons quelques réactions :
  •  Christiane Lambert, vice-présidente nationale de la FNSEA : «Dire qu'il faut préparer 2013, aujourd'hui, c'est bien. Ce qui est primordial aussi, c'est que le gel budgétaire qui planait au dessus du ministère a été levé. Je retiens aussi que le président de la République a affiché son opposition au découplage total des aides, sa volonté d'appuyer la préférence communautaire et le soutien aux hommes plutôt qu'aux hectares. Mais nous attendrons le détail des mesures que présentera le ministre (Michel Barnier) lundi pour nous prononcer vraiment.»
  •  Jérôme Volle, secrétaire général des JA (Jeunes Agriculteurs) : «Nous sommes rassurés. Il y a eu, de la part de Nicolas Sarkozy, une volonté politique de repositionner l'agriculture dans son rôle alimentaire. Nous travaillons pour produire et de le réentendre dire par le chef de l'Etat, ça a du sens. Satisfaction aussi que le budget consacré à l'installation soit jugé "non négociable" même si nous aimerions aller au delà de l'objectif de 7.000 installations aidées par an».
  •  Luc Guyau, président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture (APCA) : « Quand on commence par replacer l'agriculture dans la balance commerciale française, c'est rassurant. C'est bien qu'un président reprécise la vocation de l'agriculture. Je perçoit plus d'équité, plus de sécurité dans les propositions avancées. Je pense que le contexte est maintenant favorable pour concrétiser l'idée d'un meilleur partage des marges (entre distributeurs et producteurs) »
Commenter cet article

      Les dernières infos

      L'enseignement moral et civique est l'une des nouveautés de cette rentrée. Cette nouvelle matière instaurée après les attentats de janvier ne sera pas facile à enseigner estime Julie Van Rechem, professeur d'Histoire-Géographie et auteure du livre "Prof, jusqu'au bout des ongles" (Stock). "Nous-mêmes, face à des attentats, on n'a pas de réponse, affirme-t-elle. Les experts eux-même n'ont pas de réponse. Et il faudrait qu'en deux heures d'enseignement moral, accompagner les élèves vers une forme de réponse ? Ce n'est pas possible".
      Nous suivre :

      Palmyre : le temple de Bel détruit par l'Etat islamique, les images satellite le confirment

      logAudience