En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES
DOSSIER : Le nucléaire

Double intrusion dans des centrales nucléaires françaises


le 02 mai 2012 à 14h27 , mis à jour le 02 mai 2012 à 22h19.
Temps de lecture
4min
Un militant de Greenpeace photographié en train de survoler la centrale du Bugey (2 mai 2012)

Un militant de Greenpeace photographié en train de survoler la centrale du Bugey (2 mai 2012) / Crédits : TF1/LCI

A lire aussi
EnvironnementMercredi matin, un militant de Greenpeace s'était introduit avec un paramoteur à voile dans la centrale du Bugey, avant d'être interpellé. Dans l'après-midi, c'est Hervé Couasnon, "poète-escaladeur", qui s'est introduit brièvement dans la centrale de Civaux.

 

 

Coup sur coup, deux actions spectaculaires ont visé ce mercredi deux centrales nucléaires françaises, posant une nouvelle fois la question de la fiabilité du dispositif de sécurité qui les entoure. La première émanait de Greenpeace ; la deuxième, d'Hervé Couasnon, autoproclamé "poète-escaladeur". A priori, aucun lien entre ces deux actions, dont les auteurs ont été très vite arrêtés, mais un même malaise perceptible chez EDF, qui assure que la sécurité des centrales n'a jamais été compromise...

L'action de Greenpeace a démarré dès 7h40 : après son opération groupée contre plusieurs centrales nucléaires en décembre dernier, l'organisation écologiste entend bien démontrer qu'il existe toujours des failles. Et c'est depuis la voie des airs, avec un paramoteur à voile, qu'un de ses militants s'est approché de la centrale nucléaire du Bugey, dans l'Ain. La suite est racontée par le colonel Aubanel, commandant de groupement de la gendarmerie départementale de l'Ain : "Il a survolé la centrale, lancé un fumigène puis a atterri à l'intérieur où il a été interpellé". Un autre militant écologiste, qui participait à la même action, a également été interpellé peu après à l'extérieur de la centrale. 

"Adresser un message aux deux candidats"

"L'objectif de cette action est d'adresser un message aux deux candidats à l'élection présidentielle qui nient le risque du nucléaire. On voulait illustrer une agression externe, type chute d'avion", a déclaré Sophia Majnoni, chargée des questions nucléaires à Greenpeace France, en soulignant : "Alors que l'Allemagne a pris en compte la chute d'avion dans ses tests de sûreté, la France refuse toujours d'analyser ce risque pour nos centrales". L'organisation a publié par ailleurs sur son site une étude concernant la vulnérabilité des 58 réacteurs français et des bâtiments abritant les piscines de refroidissement des combustibles irradiés à la chute d'un avion de ligne, un risque qui n'est selon elle pas pris en compte. Le directeur de la centrale, Alain Litaudon, a rétorqué que "Greenpeace n'a rien démontré" en terme de failles,  mais au contraire montré que le "dispositif de protection est efficace puisque l'interpellation a eu lieu en huit minutes".

Pas de chance pour EDF : dans l'après-midi, c'est Hervé Couasnon, célèbre pour avoir approché en 2002 l'ex-Premier ministre Jean-Pierre Raffarin à la tribune de l'Assemblée nationale, qui a pénétré dans l'enceinte de la centrale nucléaire EDF de Civeaux, dans la Vienne. Selon un responsable de la gendarmerie, "il a profité de la présence d'un camion de livraison pour déjouer la surveillance des vigiles". Il a été rapidement interpellé. Mais il a eu le temps de contacter les médias par téléphone pour signaler qu'il avait pu accéder au périmètre de sécurité. Le "poète-escaladeur", qui s'était lancé dans la course à la présidentielle le 1er avril 2011 avant d'abandonner en février, a indiqué qu'il souhaitait ainsi demander aux "candidats qui débattront ce soir qu'ils tiennent leurs promesses (...) car les Français en ont marre de la société dans laquelle ils vivent".  Le "poète escaladeur" devait sortir de garde à vue "en fin de soirée", et fera l'objet d'une expertise psychiatrique pour déterminer son degré de responsabilité, a indiqué le procureur de Poitiers.

Dans un cas comme dans l'autre, l'incident aura donc été de courte durée. Rien à voir avec les 14 heures d'incertitude au cours desquelles des militants de Greenpeace avaient joué au chat et à la souris avec les équipes de sécurité de plusieurs centrales nucléaires. L'opération la plus emblématique avait eu lieu à la centrale de Nogent-sur-Seine, où le "commando" avait filmé son intrusion et déployé une banderole.

Reste que si l'intrus du Bugey et celui de Civeaux ont été arrêtés peu après leur arrivée dans la zone protégée de la centrale, cette double action pose une nouvelle fois la question de la protection des centrales nucléaires. Toutefois, les autorités ont minimisé la portée des deux actions. Les installation nucléaires en France, qui ont été la cible d'intrusions de militants écologistes mercredi, n'ont pas "un seul instant" été mises en danger et les plans de sécurité "ont été efficaces", a affirmé le ministère français de l'Industrie dans un communiqué. Interrogé sur RMC et BFM TV, François Hollande a dit s'en remettre aux autorités administratives pour savoir quelles leçons il fallait éventuellement tirer de l'incident. "S'il devait y avoir des éléments supplémentaires, je fais confiance à l'autorité de sûreté nucléaire pour nous dire quels seraient les travaux nécessaires", a dit le candidat socialiste.

Commenter cet article

  • vinebaut : Pas très intelligent de toutes façons, ils feraient mieux de nous expliquer comment on s'allume autrement qu'à la bougie ...

    Le 10/05/2012 à 18h22
  • metamorph30 : Greenpeace me fait bien rigoler! pourquoi ne font-ils pas ça en Chine ou en Russie? oh oui, là bas c'est tir à vue!!

    Le 03/05/2012 à 09h54
  • mauricien1 : Demandez donc ce qu il en pense au pilote d'ulm qui s'est approche un peu trop pres de la centrale de saint alban dans l isere quand le mirage d interception est venu le faire se poser a l aerodrome voisin ou l attendai le comite d accueuil!!

    Le 03/05/2012 à 02h03
  • atoramix : Paramoteur à voile... c'est un pléonasme.

    Le 02/05/2012 à 18h07
  • dom145 : Et moi je ne suis pas si sûr que vous !!!

    Le 02/05/2012 à 17h53
      Nous suivre :
      Dark Vador en campagne pour les élections législatives ukrainienne

      Dark Vador en campagne pour les élections législatives ukrainienne

      logAudience