En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ALERTEZ-NOUS ! Une info sur ce sujet ? Envoyez-nous vos photos et vidéos
ARCHIVES

Fuite massive de gaz à Rouen : un tiers du mercaptan a été neutralisé

Edité par
le 23 janvier 2013 à 16h00 , mis à jour le 23 janvier 2013 à 22h29.
Temps de lecture
5min
À lire aussi
EnvironnementLa neutralisation de la fuite dans une usine de Rouen, qui a provoqué un dégagement de gaz nauséabond, devrait durer jusqu'à la fin de la semaine. Mercredi soir, seules 12 des 36 tonnes de gaz avaient été neutralisées.

Une enquête judiciaire pour "mise en danger  de la vie d'autrui" a été ouverte mardi et confiée à la gendarmerie à la suite  du dégagement de mercaptan à l'usine Lubrizol de Rouen, a indiqué mercredi  le parquet. "Il s'agit de se doter d'un cadre pour voir si la cause est de nature  pénale", a indiqué la même source. L'enquête a été confiée à la section de  recherches de la gendarmerie de Rouen qui sera assistée d'un office spécialisé  dans l'environnement.

L'usine parle de plusieurs nuits de travaux pour colmater la fuite. La ministre de l'Ecologie est plus prudente encore, évoquant "un certain temps" pour achever les travaux. Dans la soirée, 12 tonnes de ce gaz nauséabond qui s'échappe depuis lundi de l'usine chimique Lubrizol de Rouen, avaient été neutralisées, sur un total de 36 tonnes. 12 autres tonnes devraient être traitées dans la nuit, espérait le préfet de Seine-Maritime mercredi soir.

Un numéro de téléphone en cas de questions

Les émanations ont commencé lundi matin à la suite d'une fuite de mercaptan au sein de cette usine de fabrication d'additifs pour lubrifiants, située en zone urbaine. Les odeurs ont été senties sur une surface très vaste, du sud de l'Angleterre à la région parisienne, mais les autorités ont démenti tout risque sanitaire. "Il peut y avoir des effets sanitaires légers, gênes, maux de tête ou symptômes passagers, mais il n'y a pas de danger", a déclaré la ministre. "Tous les riverains qui ont des questions peuvent téléphoner au 02.32.76.55.66, ils auront des réponses à toutes leurs questions, mais il n'y avait pas de mesure d'évacuation à prendre parce que la situation est maîtrisée", a déclaré Delphine Batho.

Delphine Batho, ce mercredi sur Europe 1

"On a des indications, mais il est nécessaire qu'il y ait une enquête. Il y a sans doute eu une négligence ou une faute qui a entraîné cette réaction chimique" à l'origine de cette fuite, a dit la ministre revenue mardi soir en urgence de Berlin pour se rendre à Rouen, précisant que ce gaz peut être "très toxique à des niveaux de concentration 20.000 fois supérieurs" à ceux de l'usine. "Tout à l'heure, le préfet communiquera le relevé des mesures qui ont été prises ce matin" permettant de garantir l'absence de toxicité.

De son  côté, Lubrizol assure que les premières opérations de neutralisation se déroulent bien. Les opérations de neutralisation du mercaptan ont commencé, avec 3h de retard dans la nuit de mardi à mercredi.

Transférer d'un bac à l'autre 

Le gaz nauséabond s'échappe depuis lundi d'une usine chimique de Rouen, incommodant les habitants d'une très large zone située entre la Normandie et la région parisienne. Les odeurs ont même été recensées dans la grande banlieue de Londres ! La presse anglaise a d'ailleurs rivalisé d'humour pour qualifier l'arrivée de l'odeur (lire notre article : Fuite de gaz : la presse anglaise se bidonne).

La direction de l'usine a par la suite expliqué que l'incident avait pour origine une réaction chimique "inattendue" dans un bac de fabrication. Les opérations de neutralisation consistent à transférer le contenu du bac d'où s'échappe le mercaptan vers un autre bac contenant une solution sodée. "Une fois que la cause de cette pollution aura été traitée, il y aura bien sûr une enquête administrative pour en déterminer l'origine et pour établir les responsabilités de l'exploitant", a annoncé mardi soir Delphine Batho.

Le mercaptan, qu'est ce que c'est ?  

Le mercaptan (son nom chimique est "méthanethiol") est un gaz nauséabond couramment utilisé pour "parfumer" le gaz de ville, inodore, afin de repérer les fuites et éviter ainsi les accidents. Son odeur puissante et nauséabonde explique que la fuite de ce gaz, partie de Rouen, a été sentie par de nombreux habitants de la Haute-Normandie et de l'Ile-de-France.

> Focus C'est quoi ce gaz ?

> Lire aussi : 50 incidents de fuite de mercaptan depuis 1988 en France

Spécialisée dans les additifs pour lubrifiants, Lubrizol France -qui dispose de trois sites de production basés à Rouen, au Havre et à Mourenx-, est la principale filiale étrangère du groupe Lubrizol Corporation, selon son site internet. C'est un site Seveso spécialisé dans la fabrication et le conditionnement d'additifs pour lubrifiants, carburants et peintures.

> VIDEO. "10.000 appels supplémentaires aux pompiers de Paris"

Commenter cet article

  • endiendo2 : Je vois surtout qu'ils ne maîtrisent rien dans leur usine..

    Le 23/01/2013 à 18h19
  • modifiable7 : Une enquête judiciaire pour mise en danger de la vie d'autrui alors que l'on nous répète qu'il n'y a pas de danger ! ... Tout ceci est vraiment cohérent n'est-il pas ? Et après cela, nous allons les croire.

    Le 23/01/2013 à 17h34
      Nous suivre :
      Transport aérien : y a-t-il des régions trop risquées à survoler ?

      Transport aérien : y a-t-il des régions trop risquées à survoler ?

      logAudience