En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
Rejoignez-nous sur Facebook
Retrouvez les coulisses de l'info TF1 et LCI et partagez les meilleures vidéos avec vos amis
Devenez fan

Inondations au Pakistan: les eaux refluent

Edité par
le 30 août 2010 à 11h30
Temps de lecture
3min
[Expiré] [Expiré] festival avignon

Crédits : AFP

À lire aussi
Actu en continu

Des millions de personnes ont fui leurs villages situés dans cette province, qui est devenue ces derniers jours la région la plus inondée du Pakistan. De grandes villes ont aussi été évacuées à mesure que les flots de l'Indus ont rompu les digues en dévalant vers son embouchure dans la mer d'Oman.
 
Trois digues qui protégeaient Thatta ont rompu vendredi
 
Depuis la rupture de ces digues, des militaires et des ouvriers s'emploient à combler la principale brèche, d'une vingtaine de mètres, à environ 2 kilomètres de la ville. "La brèche a été à moitié bouchée et, par chance, les flots ont également changé de direction et s'écartent de la ville et des quartiers peuplés" a affirmé Hadi Bakhsh Kalhoro, haut responsable administratif du district de Thatta, la zone la plus touchée dans cette province méridionale du Sind. Autour de la ville de Thatta, les champs et les villages ont aussi disparu sous un gigantesque lac d'eau.

 A trente-trois kilomètres au sud-est de Thatta, les flots ont envahi dans la nuit de samedi à dimanche la ville de Sujawal, vidée de "97 % de ses 120.000 habitants" selon Bakhsh Kalhoro.

L'Indus va toutefois rester "à des niveaux exceptionnellement élevés pour encore 24 heures" a aussi prévenu le Centre de Prévision des Inondations.

Que se passent-ils dans les régions du nord et le centre ?

Les eaux ont fait place à la boue. Hyderabad, qui est la sixième ville du pays, est considérée désormais comme sauvée des eaux. Le niveau des eaux au barrage principal de la région, Kotri, a baissé, a confirmé le chef du département de la Météorologie nationale, Qamar-uz-Zaman Chaudhry : "Le niveau baisse doucement, le processus est lent mais nous espérons qu'il va s'accélérer dans deux jours". Les pluies diluviennes ont cessé depuis le 17 août
.

 
Depuis début août, plus de sept millions de personnes ont été déplacées dans le Sind, dont 19 des 23 districts sont sous les eaux.
Plus d'un million d'habitants avaient fui les villes et villages pour les seules journées de vendredi et samedi, essentiellement dans le district de Thatta, selon l'ONU et les autorités locales.
Huit millions de sinistrés, dont environ cinq millions de sans-abri, ont besoin d'une aide d'urgence, selon l'ONU.  Le bilan de 1.600 morts va aussi considérablement augmenter à mesure que les eaux vont se retirer, ont prévenu les autorités.
 

Ces intempéries ont détruit des écoles, des ponts, des routes et des hôpitaux. Et des milliards de dollars seront nécessaires pour reconstruire, a averti Oxfam.
Les inondations ont aussi détruit de très vastes superficies cultivées essentielles à l'économie du Pakistan, ainsi que des centaines de milliers de têtes de bétail.
Le Programme alimentaire mondial a déjà distribué des vivres à 2,5 millions de personnes au Pakistan, a indiqué à Islamabad le Bureau de l'ONU pour la coordination des affaires humanitaires.

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Extrait Sept à Huit. Sœur Christina : sur scène, "je me transforme"

      Extrait Sept à Huit. Sœur Christina : sur scène, "je me transforme"

      logAudience