En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Koala en Australie : la pollution est en train de le tuer


le 30 avril 2012 à 09h18 , mis à jour le 30 avril 2012 à 09h56.
Temps de lecture
3min
Koala - Australie.

Koala - Australie. / Crédits : John Foxx/Thinkstock

A lire aussi
EnvironnementLe koala, emblème de l'Australie, pourrait disparaître. L'animal a été classé lundi parmi les espèces à protéger dans plusieurs régions d'Australie où sa survie est menacée par le développement des villes, selon le gouvernement.

Le plus grand prédateur pour le koala c'est l'urbanisation.  L'animal a été classé lundi parmi les espèces à protéger dans plusieurs régions d'Australie où sa survie est menacée par le développement des villes, la circulation automobile, les chiens domestiques et les maladies, a annoncé le gouvernement.
 
Les populations des provinces de Nouvelle-Galles du Sud, du Queensland et de l'Australian Capital Territory (autour de la capitale fédérale Canberra), toutes situées dans l'est et le sud-est de l'île, ont été classées parmi les espèces "vulnérables". Il s'agit de la catégorie inférieure à celle d'espèce "en danger" selon la liste de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). "Le koala est l'emblème de l'Australie et il tient une place à part dans notre pays", a souligné le ministre de l'Environnement, Tony Burke.

Plusieurs millions avant 1788 
 
Le petit marsupial, espèce endémique australienne, est d'abord victime de la réduction de son habitat dans les régions les plus densément peuplées de l'île, selon un rapport officiel datant de 2011. Alors qu'ils étaient plusieurs millions avant l'arrivée des colons britanniques en 1788, ils ont été massivement chassés pour leur épaisse fourrure dans les années 1920 et leur population a drastiquement diminué.
 
L'indignation populaire a mis fin au carnage mais l'urbanisation de l'Australie est devenue un prédateur au moins aussi redoutable. Leur population est estimée aujourd'hui au maximum à quelques centaines de milliers, certaines études n'en dénombrant qu'un peu plus de 40.000. Dans les provinces de Victoria (extrême sud-est) et de South Australia (sud) en revanche, les populations sont excessives et "doivent être contrôlées", selon Tony Burke.

Commenter cet article

  • emmanuelle2407 : Quand l'homme aura détruit la planète, il se rendra peut-être compte de ses actes?? Bien que des associacions se mobilisent pour sauver des espèces, (et je respecte leur travail) il faudrait déja intégrer des changements dans la vie humaine... nous avons pleins de solutions pour moins polluer, pourquoi ne pas les établir?? Il ne faut pas être timide, ça devient grave là... Moi je dis, ce qui fera notre plus grand bonheur, c'est de vivre en bonne santé, pas en nous faisant grignoter par ces objets Higt-Tech!

    Le 04/05/2012 à 12h03
  • trunk69100 : Faut bien vivre avec son temps. Maintenant, faut être responsable, évitons d'acheter une nouveauté et jeter celui qui est démodé. Mais achetons uniquement quand l'objet en question est complètement mort, même quand on a assez d'argent.

    Le 30/04/2012 à 16h42
  • williams : Oh non pas ça! Quand l'homme se rendra compte qu'il ne lui restera plus que les livres pour voir les animaux qui l'entouraient et contribuaient à sa propre survie, alors il se rendra compte de la valeur que ces derniers apportaient à l'équilibre, l'harmonie, la beauté, la VITALITE, de notre Mère, la Terre. Je n'espère même pas être publié, mais il est temps 'avouer franchement que I-phone, I-pad, Higt-Tech et j'en passe ne sont par primordiaux tant que ça quand on sait que les matériaux, composants servant à les fabriquer, se trouvent dans des régions où la déforestation se fait, où des endroits couverts de végétation servant à l'équilibre de la faune et de la flore sont détruits pour récolter le précieux métal, et ce au détriment de tous ces animaux, ces plantes, ces insectes qui bien avant nous ont contribué à cet ensemble qui nous fait vivre nous les Humains.

    Le 30/04/2012 à 14h29
  • eltan599 : Ça aurait du être l'année de l'écologie. De la remise en cause totale de l'impact de l'homme sur la planète. C'est trop tard. Le futur est bien sombre...

    Le 30/04/2012 à 13h47
  • salomon54 : Tout ça fait réfléchir sur l'espèce humaine !!!

    Le 30/04/2012 à 11h47
      Nous suivre :
      Route du Rhum : ambiance festive à Saint-Malo

      Route du Rhum : ambiance festive à Saint-Malo

      logAudience