En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

La crise, est-ce aussi la faute du changement climatique ?


le 26 septembre 2012 à 08h10 , mis à jour le 26 septembre 2012 à 08h13.
Temps de lecture
3min
terre craquelée.

terre craquelée. / Crédits : TF1/LCI

À lire aussi
EnvironnementLe changement climatique a déjà un impact sur l'économie mondiale : il ralentit de 1,6% la production globale, chiffre un rapport révélé mardi aux Etats-Unis. Et dans les vingt prochaines années, il devrait conduire à un doublement des coûts mondiaux.

Le rapport produit par le DARA and Climate Vulnerable Forum, un partenariat de vingt pays établi en 2009, et qui doit être présenté ce mercredi à New York, brosse un portrait sombre des retombées économiques du changement climatique. Des retombées qu'il annonce massives pour les années à venir... mais qui seraient, assurent les auteurs du texte, déjà mesurables aujourd'hui.

Ce rapport relève ainsi l'existence "d'un mal sans précédent pour la société humaine et le développement économique actuel qui va de plus en plus freiner la croissance, d'après une mise à jour décisive et une révision des estimations antérieures des pertes liées au changement climatique". Cependant, note le document, s'attaquer aux causes du changement climatique permettrait d'entraîner au contraire "des profits économiques majeurs pour la planète, qu'il s'agisse des grandes économies comme des nations pauvres".

Déjà cinq millions de morts par an ?

L'étude met notamment en avant des estimations selon lesquelles les économies fortement émettrices de carbone sont responsables de cinq millions de morts par an, essentiellement dues à la pollution de l'air. "L'échec des actions contre le changement climatique coûte déjà à l'économie mondiale 1,6% de son PIB, soit 1200 milliards de dollars par an de prospérité", poursuit-il. De plus, "les températures qui grimpent rapidement et la pollution liée au carbone vont contribuer à doubler les coûts mondiaux jusqu'à 3,2% du PIB de la planète d'ici 2030". Si les pays les plus pauvres devraient prendre de plein fouet ces retombées en terme de perte de PIB, les grandes économies ne seront pas épargnées. "Dans moins de 20 ans, la Chine va subir la plus grande part de toutes les pertes, au-delà de 1200 milliards de dollars", soulignent les auteurs, qui estiment que ces chiffres "éclipsent les coûts modestes" pour s'attaquer au changement climatique.

La présidente du Forum, le Premier ministre du Bangladesh Sheikh Hasina, a assuré que ces changements allaient être dévastateurs pour son pays. "Un degré Celsius en plus signifie 10% de perte de productivité dans l'agriculture", a-t-elle prévenu. "Pour nous, cela signifie perdre près de quatre millions de tonnes de céréales, ce qui équivaut à 2,5 milliards de dollars (...) Si l'on ajoute les autres dégâts en terme de prospérité, nous faisons face à une perte totale de 3 à 4% de notre PIB", a-t-elle renchéri.

Pour Jeremy Hobbs, directeur exécutif d'Oxfam International, ce rapport "rappelle une fois de plus que les conséquences les plus cruelles du changement climatique sont la faim et la pauvreté. Les coûts économiques et sociaux de l'inaction politique sur le changement climatique sont renversants", a-t-il regretté.

Commenter cet article

  • philippe_94 : Oui : 9 milliards sur Terre. Est-ce bien raisonnable ? On est deux ou trois fois trop nombreux

    Le 26/09/2012 à 13h50
  • lap89 : Tant mieux

    Le 26/09/2012 à 10h29
  • claudecouldouce : Je parie que vous êtes de ceux qui se plaignent que leur pouvoir d'achat n'augmente pas assez vite. L'addition des pouvoirs d'achat augmente à la vitesse où augmente les PIB.

    Le 26/09/2012 à 10h07
  • 1611157 : Normal plus on est nombreux et plus on consomme et maintenant elle est ou la solution gros malins ? le fric le fic le fric

    Le 26/09/2012 à 09h54
  • phrq : Organiser et accompagner la décroissance économique, mais aussi celle de la population mondiale, dont personne ne parle jamais, et qui est pourtant un enjeu majeur.

    Le 26/09/2012 à 09h29
      Nous suivre :
      A la Fashion Week, il y avait aussi des mannequins de moins d'1m30

      A la Fashion Week, il y avait aussi des mannequins de moins d'1m30

      logAudience