En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Les années 2000, décennie la plus chaude de la planète ?


le 15 janvier 2013 à 21h45 , mis à jour le 15 janvier 2013 à 21h48.
Temps de lecture
3min
Terre planète

La Terre vue de l'espace. / Crédits : NASA

À lire aussi
EnvironnementHuit des neuf années les plus chaudes enregistrées sur le globe depuis le début des relevés de température en 1880 se sont toutes produites depuis 2000, a indiqué mardi la Nasa.

Pour ceux qui en doutaient encore, le réchauffement climatique est une vérité désormais statistique : huit des neuf années les plus chaudes enregistrées sur le globe depuis le début des relevés de température en 1880 se sont toutes produites depuis 2000.
 
L'année 2012 a été la neuvième la plus chaude avec 14,6 degrés Celsius de moyenne, soit 0,6 degré de plus qu'au milieu du 20e siècle, selon les dernières estimations de l'Institut Goddard pour les études spatiales (GISS) de la Nasa à New York. La température moyenne mondiale a grimpé d'environ 0,8 degré depuis 1880, 2010 et 2005 ayant été les années les plus chaudes.
 
Pour les scientifiques, ces statistiques ont du sens : "La température d'une année n'est pas en soi significative mais ce qui compte c'est le fait que la dernière décennie a été plus chaude que la précédente et que cette dernière a été plus chaude que celle d'avant", relève le climatologue Gavin Schmidt. "La planète se réchauffe et la raison est que nous continuons à émettre de plus en plus de dioxyde de carbone (CO2) dans l'atmopshère", a-t-il souligné. Le CO2 qui piège la chaleur du soleil et affecte dans une large mesure le climat terrestre se produit naturellement mais est aussi émis par la combustion d'énergie fossile qui ne cesse d'augmenter depuis des décennies, précise la Nasa.

Canicules extrêmes

En 1880, la concentration de CO2 dans l'atmosphère était environ de 285 parties par million en volume. En 1960, elle atteignait 315 parties par million, selon les mesures de l'Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA). Aujourd'hui, cette concentration dépasse 390 parties par million.
 
Logiquement, l'étude de la Nasa détaille le cas des Etats-Unis. Et là, le constat est saisissant. Si 2012 a été une année relativement chaude sur l'ensemble du globe, elle a été la plus torride jamais enregistrée aux Etats-Unis (hors Alaska et Hawaï) depuis 1880, avait annoncé la NOAA la semaine dernière. "Les températures élevées aux Etats-Unis durant l'été 2012 sont le signe d'une nouvelle tendance de vagues de chaleur saisonnières extrêmes, plus chaudes que durant les étés les plus chauds au milieu du 20e siècle", a relevé James Hansen, directeur du GISS. "Certaines saisons estivales pourront encore être plus fraîches que la moyenne à long terme, mais la fréquence des canicules extrêmes augmente et ce sont ces températures extrêmes qui affectent le plus les populations et les autres formes de vie sur notre planète", a-t-il ajouté.

Commenter cet article

  • trunk69100 : ça serais bien que la Nasa parle également de l'activité du soleil qui est relatif aussi avec nos températures.

    Le 16/01/2013 à 21h45
  • arpa463x : La planète se rechauffe mais est-ce un mal aussi grave qu'on le présente ? Il y a énormement de bénéfices à un rechauffement. Deux récoltes par an où il n'y en avait qu'une, meilleurs vins, terres cultivables au nord (en échange des terres innondées), baisse de la consommation pour le chauffage. Tout changement est forcement mauvais pour quelqu'un: les technologies qui laissent de côté ceux qui ne peuvent pas suivre, l'allongement de la durée vie qui rend difficile la gestion des personnes âgées... Pourquoi on ne parle que des mauvais côtés ? Parce que on obtient plus de crédits de recherche en alarmant les gouvernements ?

    Le 16/01/2013 à 12h22
      Nous suivre :
      Hitchbot : un robot a traversé le Canada en auto-stop

      Hitchbot : un robot a traversé le Canada en auto-stop

      logAudience