En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES
DOSSIER : Le nucléaire

Nucléaire : vers un allongement de la durée de vie des centrales ?


le 12 février 2012 à 13h59 , mis à jour le 12 février 2012 à 18h52.
Temps de lecture
3min
Centrale nucléaire

Image d'archives / Crédits : TF1/LCI

À lire aussi
EnvironnementNicolas Sarkozy a demandé aux opérateurs du parc nucléaire français de se tenir prêts à "prolonger" sa durée de vie "au-delà de 40 ans", a déclaré dimanche Eric Besson. Une annonce qui intervient la veille de la publication d'un rapport d'experts sur les scénarios énergétiques à l'horizon 2050.

 

Le rapport des experts sur les scénarios énergétiques en France à l'horizon 2050 ne sera rendu public que lundi, mais déjà Eric Besson a dévoilé quelques-unes des pistes lancées. Parmi elles, la prolongation du parc nucléaire français, également souhaitée par Nicolas Sarkozy. Le président de la République, qui a reçu mercredi soir le comité de politique nucléaire, "a décidé de demander à tous les opérateurs de se mettre en situation de pouvoir prolonger la durée de vie de nos réacteurs et centrales nucléaires au-delà de 40 ans", a déclaré la ministre de l'Industrie sur Europe 1 et I-Télé.

Une décision qui devrait entraîner "tous les efforts de maintenance, de recherche des plus hauts standards de sécurité et de sûreté, pour faire en sorte que ce parc puisse être prolongé". Si le ministre a indiqué que "la décision était prise", il a également rappelé que "cela ne veut pas dire que cela se fera mécaniquement puisque c'est ensuite l'autorité de sûreté nucléaire" qui a le dernier mot.

Un réacteur "de moyenne gamme" en collaboration avec le Japon et la Chine

Car la prolongation du parc nucléaire français est l'une des autres options mises en avant par le rapport. Ce dernier devrait par ailleurs mettre en garde contre les conséquences d'une réduction de la part du nucléaire. "Ce serait un gâchis d'arrêter nos réacteurs à 40 ans", a avancé Eric Besson, en référence à l'idée de retrait progressif du nucléaire proposé par le PS. Selon lui, tout autre scénario que la prolongation entraînerait "des conséquences inéluctables", comme "l'augmentation du prix de l'électricité" et une "destruction d'emplois", "150.000" directs, de "300.000 à 400.000" indirects auxquels s'ajoutent les "2 millions d'emplois" industriels "potentiels" qui "peuvent être impactés".

Le ministre de l'Industrie a également indiqué que la France doit se doter "d'un réacteur de moyenne gamme", c'est-à-dire de 1000 mégawatts, que "nous allons développer en partie avec les Japonais et en partie avec les Chinois". Nicolas Sarkozy a de son côté souhaité que soit réalisée "une étude de faisabilité sur la possiiblité de lancer des réacteurs de faible puissance", autour de 300 à 400 mégawatts.

Des propositions qualifiées de "mensonge et faux-fuyant" par François Brotte, responsable des questions énergétiques dans l'équipe de François Hollande, rappelant que "les prix de l'énergie ont très fortement augmenté en 2011 : près de 6% pour les tarifs d'électricité, près de 10% pour les tarifs du gaz, près de 16% d'augmentation des prix du gazole et de 11% pour le super sans plomb". Il a également réaffirmé que "la réduction de la part du nucléaire dans le mix électrique" avait pour objectif de "faire une place plus grande aux énergies renouvelables".

Commenter cet article

  • iam_inko : Pourquoi vous dites ça ?

    Le 13/02/2012 à 15h02
  • alkira200 : Vous aurez l'air malin quand les mines d'uranium seront épuisées!

    Le 13/02/2012 à 12h42
  • jclo38 : Je suis pour le nucleaire super sécurisé et contre les moulins a vents qui coutent une fortune et ne produisent rien!

    Le 13/02/2012 à 09h08
  • franky37 : Il faut en sortir, mais pas à la manière Joly qui veut tout arrêter d'un seul coup, pour ensuite passer à un autre mode de production. Elle veut mettre la charrue avant les boeufs, sans se demander comment s'effectuera la transition. Pour le moment, ce sont les centrales nucléaires qui nous chauffent et font tourner nos usines (celles qui restent), quand la solution de remplacement sera valide, il sera temps de changer. On pourra alors l'applaudir ; pour le moment ce n'est que de l'utopie, un doux rêve.

    Le 13/02/2012 à 08h56
  • victor1133 : Et oui ça me rappelle un certain Costa Concordia... Il est temps que les choses changent et le vrai changement c'est de faire passer les prinicipes vitaux et de sauvegarde des espèces avant les intérêts économiques d'une ultra minorité. Il est temps que les êtres se réapproprient le pouvoir de décider sur des choses aussi vitales que le débat sur l'énergie nucléaire. Il est établi qu'il ne reste plus aucune raison valable de ne pas sortir du nucléaire. Alors pourquoi notre président se permet il de prendre une décision pareille? Au nom de quoi? Pour servir les intérêts de qui?

    Le 12/02/2012 à 21h54
      Nous suivre :
      PSG-Barça : Jay-Z, Beyoncé et ... Sarkozy ensemble dans les tribunes

      PSG-Barça : Jay-Z, Beyoncé et ... Sarkozy ensemble dans les tribunes

      logAudience