En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Sommet du développement durable à Rio : quels enjeux ?


le 20 juin 2012 à 06h00 , mis à jour le 20 juin 2012 à 18h33.
Temps de lecture
3min
Manifestation en marge de l'organisation du sommet Rio+20 (19 juin 2012)

Manifestation en marge de l'organisation du sommet Rio+20 (19 juin 2012) / Crédits : AFP / C. Simon

À lire aussi
EnvironnementLe sommet de la Terre Rio+20 a débuté ce mercredi au Brésil. Vingt ans après le sommet de la Terre, les participants vont tenter d'apporter des solutions à une planète en péril. Un sommet qui laisse sceptiques nombre de participants, peu optimistes sur l'issue de la réunion.

Quelque 130 chefs d'Etat et de gouvernement, des dizaines de milliers de responsables de collectivités locales, ONG, industriels et militants sont au Sommet sur le développement durable Rio+20 qui a commencé ce mercredi. Au programme, l'"économie verte" - énergies renouvelables, transports propres, tri des déchets, bâtiments à énergie positive... - le renforcement des instances mondiales de décision, et la fixation éventuelle d'"objectifs du développement durable" quantifiés et ambitieux. "Un véritable plan de sauvetage mondial", estime le représentant d'une ONG.
 
Le Programme des Nations unies pour l'environnement (Pnue) a publié récemment un rapport alarmant sur l'état de la planète: émissions de gaz à effet de serre en forte hausse, déchets qui s'accumulent, stocks de poisson de mer qui fondent, biodiversité menacée, eau potable qui manque pour des centaines de millions de personnes sont autant de sujets qui devraient être abordés lors du sommet. "Il n'y a pas de place pour le doute" ni pour "la paralysie de l'indécision", martèle Achim Steiner, directeur général du PNUE.

"Risque de l'échec" pour Hollande

Pourtant certains participants se montrent peu optimistes quant à l'issue du Sommet. François Hollande, un des seuls chefs d'Etat d'une des grandes puissances dont la présence a été confirmée, a déjà souligné le "risque de l'échec" et appelé à "une prise de conscience, un sursaut".
 
Le projet de document final, intitulé "L'avenir que nous voulons", un texte de 49 pages mis au point par les Brésiliens, pays hôte, a été approuvé ce mardi. Le document avait fait l'objet de longues discussions au cours de la nuit de lundi à mardi, les Européens refusant un document qui leur semblait dépourvu d'"ambition", avec "une régression du multilatéralisme". Ils demandent en particulier qu'une place plus grande soit faite au Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE), même s'il n'accède pas au titre d'organisation onusienne pleine et entière.

De grandes ONG ont également vigoureusement critiqué le texte. Greenpeace a parlé d'"échec épique". Comme les Européens, elle a protesté contre la suppression du plan de sauvetage de la haute mer, "le seul élément sensé du texte". Pour WWF, "c'est une déception significative".
 
Le texte doit être ratifié par les 193 pays membres des Nations unies.

Commenter cet article

  • pilonduroi : Tiens, maintenant que les ecolos sont dans le gouvernement, on ne les entend plus.... Pourtant, il y a un an, ils auraient dit que Sarko avait mal fait son boulot et la rien... Bizarre non?

    Le 21/06/2012 à 07h11
  • rkpmeister007 : Je pense que le sommet du G20, à servi surtout les intérêts des financiers, et rien d'autre, le but ultime, ce d'éviter que les riches ne perdent de l'argent, et que les banques fassent un maximum de profits, ils s'en foutent du petit peuple, qui à du mal à terminer ces fins de mois, où des gens qui meurent de faim !

    Le 20/06/2012 à 23h47
  • al38240 : L'avion acheté par Sarkozy, je précise !

    Le 20/06/2012 à 13h52
  • mony0815 : Ne vous en faites pas! FH reviendra enchanté car il aura joué le rôle primordial!

    Le 20/06/2012 à 12h06
  • chtichieur : Je me demande sur quelles bases vous vous reposez pour affirmer que le réchauffement climatique "se dément", Et je me permettrai simplement de vous rappeler que le sommet de Rio est le sommet du développement durable et non celui du réchauffement climatique, le principe est basé sur trois piliers : l'écologique, l'économique et le social, on ne parle de développement durable que lorsque les 3 conditions sont rencontrées (on parlera de viable, vivable et équitable lorsque seule 2 conditions le sont). L'écologique, l'économique et le social, si ce ne sont pas là des sujets d'importance capitale, alors je me demande dans quel monde vous croyez vivre.

    Le 20/06/2012 à 11h18
      Nous suivre :
      DiCaprio devient "messager de la paix pour le climat"

      DiCaprio devient "messager de la paix pour le climat"

      logAudience