En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×

Sri Lanka : un primate pas tout à fait éteint

Edité par
le 20 juillet 2010 à 10h40
Temps de lecture
3min
[Expiré] [Expiré] festival avignon

Crédits : AFP

À lire aussi
Actu en continu


Ce petit mammifère aux yeux rouges globuleux et protubérants surplombant un petit museau était considéré comme éteint car il n'avait pas été repéré entre 1939 et 2002.

"Depuis 2002, des yeux rouges ayant une forte ressemblance avec ceux du loris avaient été observés mais nous n'avions jusque-là aucune preuve confirmant cette hypothèse" a expliqué une porte-parole de la Société zoologique. Après des heures et des heures d'attente, les scientifiques ont non seulement réussi à apercevoir mais également à photographier ce petit mammifère nocturne. Le spécimen, un mâle adulte, a également subi un examen avant d'être remis en liberté.

Comment le reconnaître ?

L'animal, qui figure sur la liste rouge des espèces menacées de l'Union internationale pour la conservation de la nature, possède des pattes courtes et un pelage long et dense. Il mesure 20,32 centimètres.
"Les scientifiques ont découvert que les membres antérieurs et postérieurs du loris grêle des plaines d'Horton semblent plus courts et plus robustes que les membres des autres loris observés au Sri Lanka ou dans le sud de l'Inde, démontrant la façon dont le mammifère s'est adapté pour vivre dans la fraicheur de la forêt montagneuse" a relevé la Société zoologique de Londres.

Mêmes causes, mêmes effets

"Le loris grêle des plaines d'Horton est fortement menacé par la fragmentation et la dégradation de son habitat" a prévenu le docteur Craig Turner, biologiste de la Société zoologique, dénonçant la déforestation menée au profit des plantations de thé. Il ne resterait dans le monde qu'une centaine de loris grêles, l'une des cinq espèces de primates les plus menacées.

Commenter cet article

      Les dernières infos

      Le Raid et le GIPN ont mené mardi à l'aube opération anti-jihad à Lunel, dans l'Hérault. Selon le quotidien MidiLibre, 4 à 5 membres présumés de filières de recrutement auraient été interpellées. Au cours des derniers mois, une vingtaine de jeunes sont partis de cette commune de 26.000 habitants pour la Syrie. Six ont été tués depuis octobre.
      Nous suivre :
      Ca s'est passé un 27 janvier : en 1993, des écoliers du Nord parlent une étrange langue

      Ca s'est passé un 27 janvier : en 1993, des écoliers du Nord parlent une étrange langue

      logAudience