En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
Rejoignez-nous sur Facebook
Retrouvez les coulisses de l'info TF1 et LCI et partagez les meilleures vidéos avec vos amis
Devenez fan

UE : les tests sur les animaux vont continuer

Edité par
le 06 mai 2009 à 10h38
Temps de lecture
3min
[Expiré] [Expiré] festival avignon

Crédits : AFP

À lire aussi
Actu en continu

Les députés européens ont hier refusé de limiter l'expérimentation scientifique en laboratoire sur les animaux et le recours aux primates. Chaque année, dans l'UE, ce sont environ 12 millions d'animaux qui sont utilisés à des fins de recherches scientifiques.

 
 
« Nous voulons tous réduire le nombre de tests sur les animaux. Mais les citoyens européens demandent aussi à juste titre les meilleurs traitements médicaux les plus efficaces possibles », explique le britannique Neil Parish.
 
« C'est un compromis entre la nécessité d'assurer que la recherche puisse se poursuivre dans l'Union européenne et celle d'améliorer le bien-être animal », ajoute M. Parish.
 
Le Parlement rejette également l'idée que l'utilisation des « primates non humains » soit restreinte aux seules maladies à la fois « invalidantes et potentiellement mortelles », ce qui « risquerait d'entraver sérieusement les recherches notamment sur certains cancers, la sclérose en plaque ou la maladie d'Alzheimer ».

 
 
Les parlementaires sont favorables à l'interdiction de l'utilisation des grands singes (chimpanzés, bonobos, gorilles et orangs-outans), menacés d'extinction, sauf s'il s'agit d'expérimentations ayant pour but la conservation de ces espèces.
 
Mais ils ont par contre rejeté un projet destiné à restreindre de matière drastique les possibilités d'utilisation de primates comme les ouistitis et les macaques : cette décision aurait pu, selon eux,  « pénaliser la recherche européenne au profit de ses concurrents américains ou asiatiques, moins stricts en termes de bien-être animal ».


 
Les défenseurs des animaux réagissent avec fureur : « Si le parlement obtient gain de cause, les chercheurs seront autorisés à causer des souffrances graves et prolongées aux animaux, ce qui constitue une obscénité dans une société civilisée », s'insurge la Coalition européenne pour l'interdiction des expériences sur les animaux.
 
« Les députés européens ont montré qu'ils étaient déconnectés de l'opinion publique », ajoute t'elle dans un communiqué, soulignant que ce vote risquait par ailleurs d'encourager la capture des primates en milieu sauvage.
 
 
 
 
 

Commenter cet article

  • Thomas : Je suis tout simplement horrifiée, déçue. Pourra t_on un jour être réellement conscient et responsable en bonne intelligence...

    Le 06/05/2009 à 17h23
      Nous suivre :
      A la FIAC, Valls à Zahia : "C'est vous l'oeuvre, alors ? "

      A la FIAC, Valls à Zahia : "C'est vous l'oeuvre, alors ? "

      logAudience