En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

En fait l'homme de Néandertal a disparu il y a 40.000 ans

Edité par avec
le 23 août 2014 à 18h00 , mis à jour le 23 août 2014 à 18h01.
Temps de lecture
3min
La Terre vue de l'espace

La Terre vue de l'espace / Crédits : Stockbyte/Thinkstock

À lire aussi
HistoireSi certaines études récentes avaient fixé autour de 30.000 ans avant aujourd'hui voire moins la disparition de Néandertal, ravivant un débat toujours âpre entre spécialistes, une nouvelle datation a été publiée cette semaine qui situe son déclin et sa disparition bien avant.

L'Homme de Néandertal avait totalement disparu d'Europe voici 40.000 ans, mais son déclin a été progressif et il a cohabité avec les humains anatomiquement modernes durant plusieurs milliers d'années avant de quitter la scène, selon une nouvelle datation publiée mercredi. Une équipe internationale de chercheurs dirigée par Thomas Higham, de l'Université britannique d'Oxford, a analysé près de 200 échantillons d'os, de charbon et de coquillages provenant de 40 sites archéologiques majeurs en Europe, de l'Espagne à la Russie.
 
Grâce à de nouvelles techniques de datation, plus précises, ils en sont arrivés à la conclusion que les Néandertaliens et les outils de pierre taillée qui leur sont associés avaient disparu de la surface de l'Europe voici 41.000 à 39.000 ans, abandonnant ainsi le continent à l'Homo sapiens. Une date beaucoup plus ancienne que certaines études récentes, qui avaient fixé autour de 30.000 ans avant le présent, voire moins, la disparition de Néandertal, ravivant un débat toujours âpre entre spécialistes. "Les précédentes datations par le radiocarbone (des variantes radioactives du carbone, comme le carbone 14, ndlr) ont souvent sous-estimé l'âge d'échantillons associés aux Néandertaliens car la matière organique était contaminée par des particules modernes", affirme Thomas Higham dans un communiqué. "Nous avons utilisé des techniques d'ultra-filtration, qui purifient le collagène extrait de l'os, pour éviter une telle contamination. Cela signifie que nous pouvons dire avec une plus grande fiabilité que nous avons finalement résolu la chronologie de la disparition de nos proches cousins Néandertals. Même s'ils ne se sont pas complètement éteints puisque nous portons certains de leurs gènes en nous aujourd'hui", souligne-t-il.
 
Les analyses génétiques récentes estiment en effet que l'ADN de tous les humains actuels, sauf ceux d'origine africaine, comporte en moyenne entre 1,5% et 2% de gènes légués par Néandertal, vraisemblablement lors de croisements entre les deux espèces. La nouvelle datation confirme qu'elles ont toutes deux vécu en Europe durant 2.600 à 5.400 ans, un laps de temps "amplement suffisant" pour avoir des rapports humains et sexuels, relèvent les auteurs. Selon les régions, cette cohabitation a pu durer entre 500 et 1.000 ans, soit l'équivalent de 25 à 250 générations. Impossible en revanche de savoir si les croisements entre Homo sapiens et Néandertaliens se sont produits en Europe ou plus à l'est, en Sibérie ou en Asie centrale, et s'il s'agit d'un événement unique ou répétitif. Les humains modernes n'auraient donc pas soudainement supplanté en Europe le vieux Néandertal, qui y régnait encore en maître voici 45.000 ans. Le tableau serait plus complexe et subtil, "une mosaïque biologique et culturelle qui a duré plusieurs milliers d'années", conclut l'étude, publiée dans la revue Nature.

Commenter cet article

  • tjrdestaxes : Pas si sur peut être quelque un en Syrie et dans la région !!!

    Le 28/08/2014 à 10h01
      Nous suivre :
      A la Fashion Week, il y avait aussi des mannequins de moins d'1m30

      A la Fashion Week, il y avait aussi des mannequins de moins d'1m30

      logAudience