En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Le biomimétisme prépare les innovations scientifiques de demain

Edité par
le 03 mars 2014 à 22h35
Temps de lecture
3min
Le 20 heures du 3 mars 2014 : Avec le biomim�sme, les scientifiques imitent la nature - 1641.4983376464845
A lire aussi
Environnement Le biomimétisme consiste à imiter des organismes naturels pour créer des innovations technologiques. En plein essor, cette pratique scientifique pourrait aussi permettre d'étendre le développement durable.

"Va prendre tes leçons dans la nature, c'est là qu'est notre futur" conseillait Léonard de Vinci à ses élèves. Quelques siècles plus tard,  le message est passé par le biomimétisme. Cette pratique scientifique vise à copier des organismes naturels pour créer des innovations technologiques. Cette imitation est artificielle, puisqu'elle est faite en laboratoire, comme à Pessac en Gironde. Wilfrid Neiri, assistant ingénieur, y reproduit des toiles d'araignées reconnues pour leur résistance. L'équipe du laboratoire y voit déjà l'occasion de créer des parechocs de voiture mais aussi des gants de sécurité, voire des gilets par balle.

Les végétaux peuvent aussi être imités pour améliorer des objets de notre quotidien. Comme la feuille de lotus, qui a inspiré un plastique auto nettoyant et qui peut capter l'eau. Les chercheurs imaginent aussi les vitres de demain, qui pourront repousser la chaleur.

Une démarche écologique

Mais les plantes peuvent aussi servir à améliorer les économies d'énergie. Kalina Raskin, du comité  européen de biomimétisme, explique que les feuilles sont "les panneaux solaires de l'arbre". Si leurs propriétés sont reproduites, elles pourraient permettre de créer une source d'énergie non polluante et économe.

Depuis plusieurs années, le biomimétisme intéresse aussi les industries. Pour le développer, la ville de Senlis (Picardie) va ouvrir en fin d'année un centre européen de biomimétisme. Son coordinateur, Francis Puche, espère regrouper sous les toits de cette ancienne caserne des "chercheurs, des industriels, des start-up, des designers et pourquoi pas des philosophes".

Commenter cet article

      Nous suivre :

      Le soulagement de plus de 400 migrants sauvés par MSF en Méditerranée

      logAudience