ARCHIVES

Ces Japonais qui veulent ressusciter le mammouth

Edité par
le 17 janvier 2011 à 11h18
Temps de lecture
3min
TF1-LCI mammouth fossile

Un collectionneur privé a mis aux enchères un squelette de mammouth et divers fossiles préhistoriques en avril 2007 à Paris. / Crédits : LCI

À lire aussi
TechniquesUne équipe de scientifiques de l'université de Kyoto espère pouvoir implanter de l'ADN de mammouth dans des cellules énucléées provenant d'un éléphant vivant. Objectif : recréer l'espère éteinte. Et, peut-être, comprendre les causes de sa disparition...

Le projet semble un peu fou : des scientifiques japonais vont tenter de créer un mammouth par clonage et redonner vie à une espèce disparue depuis des milliers d'années. Selon le quotidien Yomiuri Shimbun, ces chercheurs comptent travailler sur les tissus d'un cadavre de mammouth retrouvé congelé et conservé dans un laboratoire russe. Le projet est déjà bien avancé : "les préparatifs son achevés" et l'équipe va bientôt pouvoir débuter les opérations, a assuré au journal Akira Iritani, chef de l'équipe scientifique et professeur à l'université de Kyoto.

Le projet consiste à introduire des noyaux de cellules du mammouth, mort depuis des milliers d'années, dans des cellules énucléées provenant d'un éléphant vivant, afin de créer un embryon contenant de l'ADN de mammouth. Cet embryon sera ensuite placé dans l'utérus d'une femelle éléphant en espérant qu'elle donnera plus tard naissance à un bébé mammouth.

Comment nourrit-on un mammouth ?

L'équipe japonaise va s'appuyer sur les travaux d'un autre scientifique japonais, Teruhiko Wakayama, du Centre Riken de Biologie du Développement de Yokohama, qui est parvenu à créer des clones de souris mortes et congelées depuis 16 ans. En utilisant sa technique, Akira Iritani et ses collègues ont mis au point un procédé permettant d'extraire des noyaux de cellules mortes, sans les abîmer.

"Si nous parvenons à créer l'embryon d'un clone, il nous faudra discuter, avant de l'implanter dans un utérus, de la manière dont nous pourrions nourrir (le futur mammouth) et de la pertinence de le montrer au public", explique le chercheur. Il pense que son expérience, si elle réussit, permettra d'en savoir plus sur ces grands herbivores laineux disparus il y a des millénaires de la surface de la Terre pour des raisons encore discutées.

L'équipe japonaise, qui travaille avec un spécialiste russe des mammouths et deux experts américains des éléphants, espère toucher au but d'ici à cinq ou six ans. Avec un secret espoir : "après l'éventuelle naissance du mammouth, nous examinerons ses conditions de vie et ses gènes afin de comprendre pourquoi l'espèce s'est éteinte, entre autres questions", explique Akira Iritani.

Commenter cet article

  • rv.nux : Napoléon ?? Ah oui !

    Le 07/02/2011 à 00h53
  • antoine100889 : Le Mamouth est seulement une étape, ensuite viendra les dinosaures ... puis les humains, un clone de Napoléon, ça vous branche pas?

    Le 19/01/2011 à 13h31
  • stlan : Les grenouilles aussi disparaissent, et nous Français continuons pourtant à les manger. Tous les peuples ont quelque chose à se reprocher.

    Le 19/01/2011 à 13h24
  • tommalex : Les poils de mammouth sont 100 fois plus aphrodisiaques que les nageoires de requins...

    Le 19/01/2011 à 08h20
  • criticdailleurs : Le taux de suicide est hors sujet mais l'estinction d'espèces est un drame chez nos amis nippons et vous avez raison de le souligner....Au lieu de financer un projet comme celui-ci ils feraient mieux de combattre tous les abus conduisant à la disparition d'espèces par dizaines...Hélas "Money is money", l'enjeu concernant le mamouth en vaut-il la chandelle, j'en doute !!!

    Le 18/01/2011 à 01h29
      Nous suivre :

      The Voice Italie : Soeur Cristina gagne sa battle !

      logAudience