En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Mini Mona Lisa : la Joconde plus petite qu'un cheveu

Edité par
le 07 août 2013 à 11h25 , mis à jour le 07 août 2013 à 13h11.
Temps de lecture
3min
Image au microscope de la mini Joconde

Image au microscope de la mini Joconde / Crédits : Georgia Institute of Technology

A lire aussi
TechniquesDes chercheurs américains, ont réalisé un exploit. Faire une copie de la Joconde de Leonard de Vinci sur une pièce métallique de 30 microns (30 millionième de mètre).

L'univers de l'infiniment petit n'a pas de limite. La Joconde, dont l'original exposé au Louvre n'est déjà pas très grand, a été copiée par des chercheurs du Georgia Institute of Technology, à Atlanta aux Etats-Unis. Mona Lisa est devenue ainsi la plus petite toile du monde. Les chercheurs ont réussi à reproduire le tableau sur une pièce métallique mesurant moins d'un tiers du diamètre d'un cheveu humain. Résultat : un sourire certes légendaire mais invisible à l'oeil nu. 

Cette prouesse a été réalisée à partir d'un microscope à force atomique ainsi qu'un procédé nommé nanolithographie termochimique (TCNL). En d'autres termes, les chercheurs ont utilisé un microscope muni d'une pointe capable d'utiliser la chaleur pour imprimer dans l'infiniment petit. Pour la Joconde, le groupe de la Georgia Tech a dû réguler la température de la pointe du microscope afin de pixéliser la plaque métallique. Plus la température est élevée, plus le nombre de molécules déposées est élevé, et plus le gris est clair (les mains et le visage). A l'inverse, si la température est basse, le nombre de molécules est bas et le gris est foncé (la robe et les cheveux).

Grâce à cette création, l'équipe américaine a réussi à montrer le potentiel du procédé de nano-fabrication. Pour Jennifer Curtis, maître de conférences à la Georgia Institute of Technology et citée dans l'étude, il est envisageable "que le procédé de TCNL nous permette de reproduire le gradient (grandeur physique) de n'importe quelle autre propriété physique ou chimique". Elle ajoute également que cette technique peut permettre "de nouvelles expérimentations irréalisables auparavant, par exemple dans la nano-optique et la nano-électronique".

A lire aussi : l'intégralité de l'étude (en anglais).

Commenter cet article

  • jerome_05 : Vraiment il y en a qui ne comprendront jamais rien et n'ont pas la culture pour faire le rapprochement entre cette etudes et les applications physiques. Si on les ecoutait il n'y aurait aucun progres. Comment pensez vous que vous puissiez avoir un ordi ou inyernet ou juste une console de jeux? Si il n'y a pas ce genre de recherche, vous ne seriez pas en train de critiquer ces etudes en ligne. Vraiment penible de voir ce manque de culture grandissant...

    Le 08/08/2013 à 04h04
  • ray5555 : En fait, ça coute cher et ça ne sert à rien...

    Le 07/08/2013 à 18h58
  • isshoni : Ils n'ont rien d'autre à faire les chercheurs ?????

    Le 07/08/2013 à 13h39
  • a6parterre : C'est comme la chair de poule au Riz Siliconé. Q.C.M Turing.

    Le 07/08/2013 à 12h34
  • jambo000 : Un moyen de rendre accessibles les oeuvres d'art à toutes les bourses ?

    Le 07/08/2013 à 12h28
      Nous suivre :
      Dark Vador en campagne pour les élections législatives ukrainienne

      Dark Vador en campagne pour les élections législatives ukrainienne

      logAudience