En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Le premier lancement de Soyouz depuis la Guyane reporté


le 20 octobre 2011 à 06h51 , mis à jour le 20 octobre 2011 à 11h24.
Temps de lecture
3min
La fusée russe Soyouz

La fusée russe Soyouz / Crédits : TF1 News

À lire aussi
TechniquesLa fusée russe devait s'élancer jeudi depuis le Centre spatial guyanais pour mettre en orbite les deux premiers satellites de la constellation Galileo, projet européen concurrent du GPS américain. Mais un report a été annoncé.

Pour la première fois de son histoire, la mythique fusée russe Soyouz s'élancera bientôt depuis le Centre spatial guyanais (CSG). Le tir, initialement prévu jeudi matin, a été reporté à une date encore indéterminée, a annoncé Arianespace. "A la suite d'une anomalie observée au cours de la fin du remplissage du troisième étage du lanceur Soyouz, la chronologie de lancement a été interrompue", a indiqué Arianespace dans un communiqué. "Une nouvelle date de lancement sera annoncée dans la journée", a ajouté le texte. Un porte-parole de l'Agence spatiale européenne (ESA) sur place avait  initialement évoqué "un report du tir de 24H00".

En Guyane française, Soyouz bénéficie d'un coup de pouce supplémentaire que lui fournit la rotation de la Terre, beaucoup plus importante à proximité de l'Equateur que sur ses bases habituelles de Plessetsk (Russie) ou Baïkonour (Kazakhstan). Cet "effet de fronde" permet d'augmenter de façon considérable la charge  utile emportée par Soyouz.

Le lancement doit placer sur une orbite circulaire, à plus de  23.000 km d'altitude, les deux premiers satellites de la constellation Galileo  (pesant chacun 700 kg), projet européen concurrent du GPS américain. Le lanceur russe, à la fiabilité éprouvée et déjà 1.776 tirs à son actif,  est opéré au CSG avec le minimum de modifications possible par rapport à sa  configuration d'origine. Le Centre national d'études spatiales (CNES) français et l'agence spatiale européenne (ESA) ont bâti un site entièrement consacré aux besoins de Soyouz  sur la commune de Sinnamary, voisine de celle de Kourou, à 13 km des ensembles  de lancement d'Ariane.
 
Une Soyouz modifiée
 
Même si elle reste très proche de son modèle d'origine et que les  ingénieurs russes en assurent la fabrication, la version "européenne" du lanceur a tout de même été modifiée pour son lancement depuis le CSG, avec un  système de neutralisation qui permet, depuis le sol, de stopper le lanceur en cas de déviation de trajectoire.

Après son décollage, le vol des trois étages inférieurs de Soyouz durera 9  minutes et 20 secondes. Ensuite, le troisième étage du lanceur se séparera de  l'étage supérieur "Fregat" qui renferme les deux satellites Galileo. Tandis que les trois étages inférieurs retomberont sur Terre les uns après  les autres, Fregat allumera son propre moteur pour venir placer les satellites  en orbite de transfert géostationnaire. Deux autres satellites Galileo doivent être par la suite lancés par Soyouz  en 2012. Le lanceur russe, seul engin spatial encore capable d'effectuer des vols  habités depuis l'arrêt de la navette américaine en juillet dernier, dispose déjà d'un carnet de commandes de 14 lancements programmés depuis la Guyane, selon Arianespace.

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Le canard géant jaune parade dans le port de Los Angeles

      Le canard géant jaune parade dans le port de Los Angeles

      logAudience